19 Personnes

Description Correspondant Auteur Personne citée Nom Prénom
Barbeyrac Esther (1711-1743) (cf. aussi Brunet de Rochebrune Esther)       Barbeyrac Esther
Barrillot Jacques (~1684-1748)             Barrillot Jacques
Boullier David-Renaud (1699-1759)             Boullier David-Renaud
Brunet de Rochebrune Paul (1656-1733?)       Brunet de Rochebrune Paul
Brunet de Rochebrune Paul-Auguste (1699-1753)       Brunet de Rochebrune Paul-Auguste
Crousaz Jean-Pierre de (1663-1750)                   Crousaz  Jean-Pierre
Donop August Moritz von (1694-1762)             Donop August Moritz
Fatio II       Fatio II
Haverkamp Sigvert (1684-1742)             Haverkamp Sigvert
Hessen-Kassel Friedrich von II (1720-1785)             Hessen-Kassel Friedrich II
Huet Théodore-François (?-1733)       Huet Théodore-François
Joncourt Élie de II (1707?-1770)       Joncourt Élie II
Micheli du Crest François-Gratien (1705-1785)       Micheli du Crest François-Gratien
Micheli du Crest Jacques-Barthélemy (1690-1766)                   Micheli du Crest Jacques-Barthélemy
Oranje-Nassau Willem IV Karel Hendrik Friso van (1711-1751)       Oranje-Nassau Willem IV Karel Hendrik Friso
Pufendorf Samuel von (1632-1694)             Pufendorf Samuel
Turrettini Julie (1691-1752) (cf. aussi Du Pan Julie)       Turrettini Julie
Turrettini Marc (1712-1793)             Turrettini Marc
Vernet Jacob (1698-1789)                   Vernet Jacob

Micheli du Crest Jacques-Barthélemy null

(1690-1766)

Biographie

Micheli du Crest Jacques-Barthélemy (1690-1766) Né à Genève. Fils de Jacques* et d’Élisabeth* ; neveu de Barthélemy* ; cousin de Turrettini. Militaire et scientifique. Commença une carrière militaire comme capitaine au régiment suisse de Besenval, de 1713 à 1738, date à laquelle il démissionna. Élu au Deux-Cents à Genève en 1721, de même qu’à la Chambre des fiefs, il demeura membre de cette dernière jusqu’en 1727. À la suite de la publication à Strasbourg, en 1728, d’une critique des fortifications de Genève, il eut divers démêlés avec le Conseil et finit par être exclu du Deux-Cents et privé de sa bourgeoisie. Il fut condamné à la détention à vie en 1731 et à mort par contumace en 1735. Il se réfugia à Paris à partir de 1731 et s’y adonna à des recherches scientifiques sur la thermométrie et la barométrie. En 1742, il s’établit à Berne. Fut impliqué dans la conjuration de Henzi en 1749, placé en détention perpétuelle, à Aarbourg en 1749 mais élargi à la fin de 1765. Auteur de nombreuses publications scientifiques. La seule lettre de Turrettini à Micheli remonte à la deuxième décennie du XVIIIe siècle, bien longtemps avant les troubles des années 1730 qui devaient séparer définitivement les deux cousins dont les opinions politiques étaient opposées. Par ailleurs, le nom de Micheli revient souvent dans la correspondance, entre autres dans les lettres de Jean Barbeyrac* auquel Micheli s’était adressé en 1731 pour un avis juridique sur son cas. À l’insu de Barbeyrac, la réponse qu’il fit à Micheli fut rendue publique à Genève en 1734. Très dépité d’un procédé qui lésait la confidentialité de la démarche de son correspondant, Barbeyrac en rendit responsable Jacob Vernet* qui était en effet le seul à avoir vu la lettre en question, lors de son voyage en Hollande en compagnie de Marc Turrettini*. Barbeyrac exigea également qu’on dégageât publiquement sa responsabilité dans la divulgation de ce document (cf. lettres 4596 et 4598).

Bibliographie

LR, 4, p.539, n. 4966; M.-C. Loup-Micheli, Le Crest et les Micheli : 1637-1687, p.37-40; Jacques-Barthélemy Micheli du Crest, 1690-1766 : homme des lumières, Genève, 1995.

A reçu les lettres

Citation incertaine dans les lettres