7819 Personnes

Description Correspondant Auteur Personne citée Nom Prénom
Brandt Jonas (?-1749)       Brandt Jonas
Nassau van (Comte)       Nassau (Comte)
Braunschweig-Lüneburg-Hannover Sophia Dorothea von (1687-1757) (cf. aussi Sophia Dorothea)       Braunschweig-Lüneburg-Hannover Sophia Dorothea
Néau Élie (1662-1722)       Néau Élie
Brés Jean (?-1741)       Brés Jean
Neumann Johann Georg (1661-?)       Neumann Johann Georg
Brigantin       Brigantin
Nicod Jean-Étienne       Nicod Jean-Étienne
Bruce d'Ailesbury and Elegin Thomas (1655-1741) Bruce d'Ailesbury and Elegin Thomas
Nieustad de Neufville Robert (1670-1735)       Nieustad de Neufville Robert
Brun (d'Oleyres) Jean-Pierre (~1680-1757)       Brun (d'Oleyres) Jean-Pierre
Norfolk (cf. Howard) Norfolk
Normandie Jean-Louis (1684-1741)       Normandie Jean-Louis
Budé de Boisy Guillaume de (1643-1719)       Budé de Boisy Guillaume
Nüscheler Georg       Nüscheler Georg
Buisson I       Buisson I
Oecolampade Johann (1482-1531)       Oecolampade Johann
Burckhardt Christoph (1679?-1753)       Burckhardt Christoph
Ollier de Nointel Charles-François       Ollier de Nointel Charles-François
Burlamaqui Benjamin (1643-1697)       Burlamaqui Benjamin

Barnaud Barthélemy null

(1692-1747)

Biographie

Barnaud Barthélemy (1692-1747) Né en Suisse, à Lausanne. Famille d’origine française. Pasteur. Étudiant de Turrettini. Études commencées à Lausanne en 1706, puis théologie à Genève en 1717. Thèse en théologie soutenue à Lausanne en 1717. Précepteur de Marc Turrettini en 1719. Consacré en 1720 à Lausanne, il fut rayé deux ans plus tard, avec entre autres Abraham de Crousaz* et Louis-Antoine Curchod*, pour avoir refusé de signer le Consensus. Réhabilité toutefois après sa soumission. Suffragant dans le Pays de Vaud, au Mont et à Romanel en octobre 1725, puis pasteur à Rossinière de 1725 à 1728 et à La Tour-de-Peilz en 1728. Secrétaire de l’Académie de Lausanne. Fut un informateur privilégié de Turrettini au moment de la crise du Consensus à Lausanne. Auteur anonyme des Mémoires pour servir à l’histoire des troubles arrivés en Suisse à l’occasion du Consensus (Amsterdam, 1726). Il est très probable qu’il soit également l’auteur de la traduction française du Consensus, faussement attribuée à l’époque à Jean I Barbeyrac* et à Jean-Pierre de Crousaz*, parmi d’autres. Ami de Gabriel Bergier*, Vincent Perret*, Georges Polier de Bottens* et François-Frédéric Treytorrens.

Bibliographie

FP2, 1, p.853-854; LR, 2, p.122, n.5283; DHS (notice de G. Marion), 2, p.33.

A envoyé les lettres

Citation incertaine dans les lettres