34 Personnes

Description Correspondant Auteur Personne citée Nom Prénom
Addison Joseph (1672-1712)                   Addison Joseph
Artis Gabriel d' (1660-ap.1730)                   Artis  Gabriel
Barrillot Jacques (~1684-1748)             Barrillot Jacques
Baux (?-1714)             Baux
Beausobre Isaac de (1659-1738)                   Beausobre Isaac
Bernard Jacques (1658-1718)                   Bernard Jacques
Canis Hendrik (1557-1610)             Canis Hendrik
Dacier André (1651-1722)             Dacier André
Dacier Le Fèvre Anne (1654-1720)             Dacier Le Fèvre Anne
Du Cange Charles Du Fresne (1610-1688)             Du Cange Charles Du Fresne
Fabri Jacques (1676-1735)       Fabri Jacques
Friedrich Wilhelm I (Prusse) (dit le Roi-Sergent) (1688-1740)             Friedrich Wilhelm I (Prusse)
Got Pierre I (1651-1719)             Got Pierre I
Grotius Hugo (1583-1645)             Grotius Hugo
Hesychius d'Alexandrie (~VIe s.)       Hesychius d'Alexandrie
Hotman François (1524-1590)             Hotman François
Houdar de La Motte Antoine (1672-1731)             Houdar de La Motte Antoine
Humbert Pierre (1680/1681-1745)       Humbert Pierre
Joncourt Pierre de (?-1720)             Joncourt Pierre
Keppel d'Albemarle Arnold Joost van (1670-1718)       Keppel d'Albemarle Arnold Joost

Artis  Gabriel null

(1660-ap.1730)

Biographie

Artis Gabriel d’ (v.1660-ap.1730) Né en France, à Millau. Pasteur. D’abord officier de marine, il se tourna dans un deuxième temps vers la théologie qu’il étudia en Hollande, en 1681. Après quelques atermoiements, il finit par être reçu, en 1683, et passa en Brandebourg où il devint pasteur de l’Église française de Berlin en 1685. Esprit brouillon et querelleur, il fut suspendu à l’issue d’une controverse qui l’opposa à un collègue installé en Hollande, Élie Benoît. Fit un voyage en Hollande, où il entreprit de publier une gazette hebdomadaire qu’il transféra à Hambourg lorsqu’il s’y installa en 1694. Fut rétabli en 1696 dans son poste de Berlin mais, à la suite de nouvelles querelles, fut de nouveau suspendu. Nouveaux voyages, apparemment en Hollande, puis en Suède, enfin en Angleterre. De retour à Berlin, il reprit ses fonctions mais les abandonna définitivement en 1715, avant d’aller s’installer en Angleterre, où il finit ses jours. Très attaché à l’orthodoxie calviniste, il dénonça comme prétendument socinien le Nouveau Testament publié en 1718 par ses anciens collègues Jacques Lenfant* et Isaac de Beausobre*. Connu également de Jean I Barbeyrac* qui en parle sans sympathie dans ses lettres.

Bibliographie

FP, 1, p.139-141; FP2, 1, p.406-409; Labrousse, p.332; Sgard, Journalistes, (notice de J. Sgard), 1, p.24-25; M.-C. Pitassi, «Sensibilité orthodoxe et fantasmes sociniens dans une polémique du Refuge» dans M. Rose (éd.), Histoire et herméneutique. Mélanges offerts à Gottfried Hammann, Genève, 2002, p.311-320.

A envoyé les lettres