181 Lettres

Lettre 4882 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 23.06.1736

Vôtre Lettre... du 30 Janvier

Barbeyrac n'a reçu qu'en mai les pièces [De legibus naturalibus, pars prima et Sermon, 1735] que JA lui annonçait dans sa lettre du 30 janvier précédent. Cela explique qu'il n'ait pas écrit plus tôt car il les attendait de jour en jour pour pouvoir le remercier. Il est affligé par la situation politique de Genève qui n'a que l'apparence de la tranquillité; à propos des attentats séditieux de [Jacques-Barthélemy Micheli] du Crest, il fallait s'attendre à ce que celui-ci pêchâ...

page 1

0250_4882-1-2_ug73384_turrettini_file.jpg

page 2


0251_4882-3-4_ug73385_turrettini_file.jpg

Groningue 23.06.1736


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.B.4

Budé, Lettres, I, p.89-95.


Vôtre Lettre... du 30 Janvier


Barbeyrac n'a reçu qu'en mai les pièces [De legibus naturalibus, pars prima et Sermon, 1735] que JA lui annonçait dans sa lettre du 30 janvier précédent. Cela explique qu'il n'ait pas écrit plus tôt car il les attendait de jour en jour pour pouvoir le remercier. Il est affligé par la situation politique de Genève qui n'a que l'apparence de la tranquillité; à propos des attentats séditieux de [Jacques-Barthélemy Micheli] du Crest, il fallait s'attendre à ce que celui-ci pêchât en eau trouble, c'est l'homme qu'il faut le plus craindre. Il est heureux qu'il ait offensé les chefs de la bourgeoisie et qu'il se soit trouvé privé du soutien du duc du Maine, pour le cas où il aurait pensé à l'obtenir. Barbeyrac a beaucoup apprécié le Mémoire de Trembley qui éclaire l'affaire et qui, en plaidant sa cause particulière, plaide la cause publique du gouvernement. Barbeyrac a lu et apprécié la dissertation de JA sur les lois naturelles de même que son Sermon sur le jubilé. Pour ce qui est de l'ouvrage de Vernet [Traité, V-VI, 1736], il partage l'avis de JA, à savoir que les preuves de la religion chrétienne devaient précéder. La façon dont Vernet traite la trinité, selon les idées de JA, est la plus raisonnable mais en Hollande elle risque de trouver bien des oppositions, les gens de ce pays étant encore attachés aux termes scolastiques. Au début de l'année, de La Chapelle, qui avait reçu une censure de la part du Consistoire de La Haye, a fait dans un sermon amende honorable pour ce qu'il avait dit au sujet de [Jacques] Saurin et d'autres personnes qu'il avait offensées; il s'offrit d'aller de porte en porte faire réparation à chacun. Sa femme, qui n'était pas au courant du dessein de son mari, poussa des hauts cris dans l'Église et s'évanouit. À la fin du prêche, [Wassenaer van] Twickel, frère de [Johan Hendrik van Wassenaer van] Obdam, alla l'embrasser et lui dit qu'il lui rendait son amitié. Par la suite de La Chapelle lui envoya son sermon et donna son accord au cas où Twickel voudrait le faire imprimer. Tout cela n'apaisa pourtant pas les membres de la famille de Saurin qui ne restèrent pas inactifs pour faire exiger davantage de lui et le perdre. Des députés de huit Églises ayant aussi trouvé cela insuffisant, exigèrent que de La Chapelle fît une réparation publique et, en cas de refus, qu'il fût suspendu pendant six mois. Barbeyrac a appris qu'on avait procédé dans ce sens contre lui et qu'il avait été effectivement suspendu. Mais pour l'instant rien ne s'est passé, puisque le personnage en question a la protection du Grand Pensionnaire [Singelandt]. Il continue à exercer et vient de publier un nouveau livre en réponse au jésuite Scheffmacher [Lettres d'un théologien réformé]. Barbeyrac en saurait davantage sur l'affaire si [Charles] de La Motte ne connaissait de graves problèmes de santé. Il a pratiquement perdu la vue, mais tout espoir n'est pas perdu qu'il puisse la recouvrer. L'éloge historique de [Jean] Le Clerc paru dans la Bibliothèque raisonnée est de Barbeyrac lui-même; il n'a pas voulu faire un panégyrique et, surtout, il a voulu éviter de parler de toutes les polémiques dans lesquelles Le Clerc avait été impliqué, et notamment celles avec Bentley et [Pieter] Burman. Dans la préface, il a néanmoins retracé l'histoire de la dispute que Le Clerc a eue avec Bayle. On a publié aussi l'éloge à part, avec un portrait de Le Clerc. Quant à Burman, il ne cesse de mordre sur ses vieux jours et Verburg vient de faire une satire contre lui [Chrestomatia Petronio-Burmannia], publiée sous le pseudonyme de Florence, à Leipzig, et portant l'année 1734. Une nouvelle édition de la traduction de l'Histoire du Concile de Trente de Sarpi a paru à Amsterdam [1736] presqu'en même temps que l'originale en Angleterre [Londres, 1736]. L'édition hollandaise est plus maniableque l'autre. Il a eu l'occasion de les comparer, ayant eu entre les mains l'exemplaire de la princesse royale d'Orange [Anne van Oranje-Nassau] qu'il a connue par l'intermédiaire de son chapelain [Chenevix], dont il est parent par alliance, car il avait dû lui prêter des livres français et anglais qu'elle voulait lire et qu'elle n'avait pas amenés avec elle. La princesse a reçu Barbeyrac de la façon la plus obligeante: c'est une femme très cultivée et éclairée, qui aime passer plusieurs heures de suite à lire ou à se faire lire. Ne prévoyant pas un long séjour ici, elle n'avait pas pris beaucoup de livres et son chapelain en emprunta pour elle auprès de Barbeyrac. Celui-ci se sentit donc obligé de lui demander une audience. Il fut reçu de la manière la plus affable et familière et put découvrir chez la princesse un esprit très vif mais aussi fort modeste. Elle n'aime pas les théologiens hollandais. Elle était allée entendre prêcher Gerdes, un nouveau professeur, mais elle en fut très déçue. Ce Gerdes, originaire de Brême, était à Duisburg avant de venir à Groningue à la place de Voget, qui est passé à Utrecht. JA devrait l'avoir connu, puisqu'il a dit à Barbeyrac qu'il s'était rendu à Genève; c'est un grand coccéien. L'expéditeur a été reçu une deuxième fois par la princesse et, cette fois-ci, il a pu voir le prince [Willem IV Karel Hendrik Friso] et parler longuement avec lui. Celui-ci a regretté de ne pas avoir étudié à Groningue sous Barbeyrac et [Jean-Pierre] de Crousaz, comme le projet en avait été formé autrefois. En confidence, Barbeyrac doit dire que le prince n'a pas semblé faire un grand cas de de Crousaz; il était au courant de l'attitude que celui-ci a eue envers Barbeyrac et n'a pas manqué de le blâmer. Il a exprimé le vœu de revoir Barbeyrac lors d'une prochaine visite et de parler avec lui de droit naturel. Son gendre [Paul-Auguste Brunet de Rochebrune] et sa fille, cette dernière présente à la Cour les jours de cercle en tant que femme d'officiers, lui ont fait savoir que le prince et la princesse les avait chargés de lui transmettre leurs compliments et s'étaient de nouveau enquis de lui. Barbeyrac s'excuse auprès de son correspondant de la longueur de tout ce détail mais ces événements sont si extraordinaires pour lui qu'il s'est un peu laissé entraîner. Son Traité du jeu est sous presse et il y a joint d'autres pièces. L'éloge de Le Clerc, paru à part, a été tiré à six cents exemplaires, [Gabriel (?)] de Normandie en a retenu cent. Barbeyrac en enverra un exemplaire à JA et à Vernet à la première occasion. Sans doute le Genevois est-il fort satisfait de l'augmentation de sa famille. [Johann Albert] Fabricius, de Hambourg, vient de mourir."

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

Ouvrages

Bibliotheca latina mediæ et infimæ ætatis [...] [liber XVI-XXI quos post fata viri summi addidit Christianus Schoettgenius] Chrestomathia Petronio-Burmannia, sive cornu-copiæ observationum [...] quas [...] Petrus Burmannus congessit in Petronium Arbitrum De legibus naturalibus. Pars prima, quâ leges naturales demonstrantur. Disputationi […] præerit Joh. Alph. Turrettinus […] respondebit Paulus Gallatin Genevensis Eloge historique de feu Mr Jean Le Clerc. Tiré de la Bibliothèque Raisonnée, mais revû et augmenté avec une préface de l'auteur Emendationes in Menandri et Philemonis reliquias Histoire du concile de Trente Histoire du concile de Trente Le Babillard, ou le Nouvelliste philosophe traduit par A. D. L. C. Lettres d'un théologien réformé à un gentilhomme luthérien, pour servir de réponse à celles qu'un docteur allemand de l'Université catholique de Strasbourg [le P. Scheffmacher] a écrites à ce gentilhomme Mémoire justificatif pour Jean Trembley sindic de la garde de la République de Genève en 1734 Opera quæ supersunt omnia [...] Isaacus Verburgius collegit, disposuit, recensuit Sermon sur le jubilé de la Réformation établie il y a deux-cens ans dans l'Eglise de Genève. Prononcé à Genève le 21 Août MDCCXXXV Jour solennel d'actions de graces Traité de la vérité de la religion chrétienne. Tiré du latin de Mr J. Alphonse Turrettini […] Section V-VI. De l'authenticité des livres du Nouveau Testament. Du caractère des fondateurs du christianisme Traité du jeu, où l'on examine les principales questions de droit naturel et de morale qui ont du rapport à cette matière « Eloge historique de feu Mr Jean Le Clerc » ➤ Lister (15)

page 1

0250_4882-1-2_ug73384_turrettini_file.jpg

page 2


0251_4882-3-4_ug73385_turrettini_file.jpg