207 Lettres

Lettre 4695 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 22.09.1734

J'avois deja vu

Ostervald a été très heureux de faire la connaissance de [Jacques-Antoine (?)] Arlaud, un honnête homme très savant en tout ce qui concerne les belles-lettres; malheureusement son séjour à Neuchâtel a été court, ce qui l'a empêché de le fréquenter davantage. Ostervald s'est réjoui de la vocation de [Jacob] Vernet et pour celui-ci et pour JA lui-même qui en a été très content. Entre eux, les raisons importantes qui ont empêché les éditeurs [Galandre] du Mercure [suisse] de continuer...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f228r_ug65110_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f228v_ug65111_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f229r_ug65112_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f229v_ug65113_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 22.09.1734


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 491 (f.228-229)


J'avois deja vu


Ostervald a été très heureux de faire la connaissance de [Jacques-Antoine (?)] Arlaud, un honnête homme très savant en tout ce qui concerne les belles-lettres; malheureusement son séjour à Neuchâtel a été court, ce qui l'a empêché de le fréquenter davantage. Ostervald s'est réjoui de la vocation de [Jacob] Vernet et pour celui-ci et pour JA lui-même qui en a été très content. Entre eux, les raisons importantes qui ont empêché les éditeurs [Galandre] du Mercure [suisse] de continuer la relation sur ce qui s'était passé à Genève [[Vernet], "Suite de la relation"] sont les remarques des députés de Zurich [Hans Kaspar II Escher et Johannes III Escher] qui avaient fait savoir au Magistrat de Neuchâtel qu'il n'était peut-être pas opportun de continuer à parler de ces événements de crainte de réveiller les passions et que l'un ou l'autre des partis se plaignît que ses raisons n'étaient pas rendues de la juste façon. Les députés avaient en particulier désapprouvé l'épître à Monsieur le syndic [Louis] Le Fort et le rondeau "Libertinage". Pour ce dernier Ostervald les rassura en leur disant qu'il ne se référait pas à Genève. Il doit dire, pour avoir été presque tout le temps avec eux, qu'ils n'ont pas parlé de façon désavantageuse des magistrats de Genève, étant toujours très circonspects à l'égard des affaires de la République et ne laissant pas voir de quel côté ils penchaient. Ostervald est bien attristé d'apprendre qu'à Genève les esprits sont toujours échauffés et que beaucoup de libelles circulent qui demandent le départ de certains magistrats. Il prie Dieu qu'il rétablisse la paix. Ce que JA lui dit de certains échanges est une énigme mais ce sont des choses sur lesquelles on ne peut pas s'exprimer par écrit. Le bruit qui circule, selon lequel le roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] se brouillerait avec la Cour de France, fait de la peine à Neuchâtel où on ne sera tranquille que tant que les deux Cours s'entendront bien. Le roi a été très malade mais il va mieux maintenant.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f228r_ug65110_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f228v_ug65111_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f229r_ug65112_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f229v_ug65113_turrettini_file.jpg