81 Lettres

Lettre 4602 de Jakob Christoph Iselin à Jean-Alphonse Turrettini

Bâle 31.03.1734 [prid.Kal. April.1734]

Tam crebris antea

Iselin, qui remercie JA de lui avoir envoyé ses savantes disputations, lui fait parvenir, non sans un certain embarras, sa réponse aux calomnies de [Johann Jakob] Wettstein [Depulsio calumniarum]. Sa publication aurait été meilleure si une fièvre catharrale, à laquelle il est sujet, ne l'en avait empêché. Connaissant l'équité de JA, il imagine qu'il désire entendre les deux parties et c'est pour cela qu'il lui envoye son travail, convaincu qu'ainsi le Genevois pourra se faire une idée pré...

+ 2 pages

page 1

0201_4602-3-4_ug72995_turrettini_file.jpg

page 2


2162_4602-1_ug72996_turrettini_file.jpg

page 3

2163_4602-2-3_ug72997_turrettini_file.jpg

page 4


2164_4602-4_ug72998_turrettini_file.jpg

Bâle 31.03.1734 [prid.Kal. April.1734]


Lettre autographe, signée, adressée. (L et F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.I.3

Budé, Lettres, II, p.84-87. Traduite en français. Incomplète et souvent erronée.


Tam crebris antea


Iselin, qui remercie JA de lui avoir envoyé ses savantes disputations, lui fait parvenir, non sans un certain embarras, sa réponse aux calomnies de [Johann Jakob] Wettstein [Depulsio calumniarum]. Sa publication aurait été meilleure si une fièvre catharrale, à laquelle il est sujet, ne l'en avait empêché. Connaissant l'équité de JA, il imagine qu'il désire entendre les deux parties et c'est pour cela qu'il lui envoye son travail, convaincu qu'ainsi le Genevois pourra se faire une idée précise sur Wettstein, d'autant que, toutes les pièces étant en allemand, la possibilité de juger correctement l'affaire lui a manqué jusqu'à présent. Or, dans la publication d'Iselin, JA pourra trouver un récit des principaux événements écrit en latin car, sans cela, il serait impossible de comprendre correctement l'accusation même, que l'adversaire a volontairement obscurcie et entortillée. JA se demandera pourquoi [Samuel] Werenfels n'a pas souscrit au témoignage d'Iselin et à celui du corps ecclésiastique. Cela n'a pas été parce que ce grand homme regrettait la part qu'il avait eue dans l'affaire ou qu'il ne partageait pas l'attitude des ecclésiastiques, ce qui est prouvé par la récurrence de son nom tout au long des actes officiels. La raison est ailleurs; en effet, devant les batailles qui ne cessent quotidiennement de se rallumer, il a décidé de s'abstenir de toute participation, répétant que, si cet agitateur pouvait s'adonner à un travail de sape de l'Église, la faute n'était pas à lui ni au corps ecclésiastique mais à ceux qui, après l'avoir déclaré coupable, le réintégrerait dans la chaire sacrée, sans trop se préoccuper d'enquêter véritablement sur sa répentance ou son orthodoxie. Ce serait très bien s'il était possible d'adopter une telle attitude mais il faut que quelqu'un continue de suivre cette affaire; et du reste Werenfels n'aurait jamais obtenu des magistrats la permission de se retirer s'ils n'avaient pas su que d'autres s'en occuperaient. Dans un PS en français, Iselin demande à JA de distribuer quelques exemplaires de sa défense, n'étant pas lui-même en contact avec d'autres Genevois. Il suggère de les donner à [Antoine I] Maurice, [Pierre] Crommelin, [Ami] Lullin et [Léonard] Baulacre.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Bâle

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

0201_4602-3-4_ug72995_turrettini_file.jpg

page 2


2162_4602-1_ug72996_turrettini_file.jpg

page 3

2163_4602-2-3_ug72997_turrettini_file.jpg

page 4


2164_4602-4_ug72998_turrettini_file.jpg