507 Lettres

Lettre 4598 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 22.03.1734

Je vous écrivis... par la poste

La derniĂšre lettre de JA a confirmĂ© ce que [Jacques-BarthĂ©lemy] Micheli du Crest lui avait Ă©crit et qu'il avait lui-mĂȘme de la peine Ă  croire; il a rĂ©pondu Ă  celui-ci que la copie de la "Consultation" n'Ă©tait jamais sortie de chez lui et qu'il n'en avait autorisĂ© aucune copie. [Jacob] Vernet du reste ne lui avait pas manifestĂ© la moindre intention de recopier le document et, s'il l'avait fait, Barbeyrac le lui aurait dĂ©fendu ou lui aurait donnĂ© sa permission Ă  condition que la lettre ne fĂ»t mont...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f285r_ug60823_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f285v_ug60824_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f286r_ug60825_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f286v_ug60826_turrettini_file.jpg

Groningue 22.03.1734


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.285-286)


Je vous écrivis... par la poste


La derniĂšre lettre de JA a confirmĂ© ce que [Jacques-BarthĂ©lemy] Micheli du Crest lui avait Ă©crit et qu'il avait lui-mĂȘme de la peine Ă  croire; il a rĂ©pondu Ă  celui-ci que la copie de la "Consultation" n'Ă©tait jamais sortie de chez lui et qu'il n'en avait autorisĂ© aucune copie. [Jacob] Vernet du reste ne lui avait pas manifestĂ© la moindre intention de recopier le document et, s'il l'avait fait, Barbeyrac le lui aurait dĂ©fendu ou lui aurait donnĂ© sa permission Ă  condition que la lettre ne fĂ»t montrĂ©e qu'Ă  JA. Toute cette affaire le gĂȘne beaucoup; il a toujours le plus grand soin de ne pas trahir la confiance d'un consultant et il ne veut absolument pas fournir des armes supplĂ©mentaires contre un homme qui a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  condamnĂ©. Dans la lettre que Barbeyrac avait Ă©crite Ă  Micheli, il y avait des allusions Ă  des choses que celui-ci lui avait confiĂ©es dans l'espoir que son avis lui serait favorable et, mĂȘme si le Genevois ne lui avait pas demandĂ© le silence, il estime qu'il Ă©tait de son devoir de le garder, comme l'exigeait du reste l'affaire. Il souhaite autant que JA la paix de la RĂ©publique mais il ne pense pas que sa "Consultation" puisse y contribuer d'une façon ou d'une autre et c'est pourquoi, Ă  son grand regret, il ne peut pas donner le consentement que JA lui demande. Les Messieurs du Conseil font trop de cas d'une lettre dans laquelle il s'est limitĂ© Ă  dire ce qu'il pensait et Ă  suggĂ©rer Ă  Micheli la solution qui lui semblait la plus convenable et pour GenĂšve et pour l'intĂ©ressĂ© lui-mĂȘme. Et mĂȘme s'il a souhaitĂ© pouvoir convaincre cet homme, il n'a jamais eu Ă  l'esprit d'acquĂ©rir par lĂ  des titres de mĂ©rite auprĂšs du Magistrat genevois, Ă  qui la chose devait rester inconnue. On pourra du reste dissiper sans lui la mauvaise impression que la "Consultation" a pu faire sur les esprits et il voit difficilement comment sa lettre pourrait convaincre ceux qui sont acquis aux idĂ©es qui y sont exprimĂ©es et qui sont favorables Ă  Micheli. Il insiste donc pour que JA fasse en sorte que sa lettre ne circule point. Il remercie d'avance son correspondant pour l'exemplaire de son abrĂ©gĂ© d'histoire ecclĂ©siastique qu'il lui a envoyĂ© par le biais de Pels. Il en fera un extrait pour la BibliothĂšque raisonnĂ©e ; il s'Ă©tonne de ce que JA n'ait pas encore reçu l'exemplaire de Pufendorf [Le droit des gens, 1733] ; mais il a appris que [Jacques] Barrillot n'Ă©tait parti de Paris que le 15 du mois.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f285r_ug60823_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f285v_ug60824_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f286r_ug60825_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f286v_ug60826_turrettini_file.jpg