63 Lettres

Lettre 4596 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 20.03.1734

Dans le tems... que je reçûs

Barbeyrac a reçu en son temps la lettre de JA du 2 octobre, à laquelle était jointe celle de [Jean-Pierre] de Crousaz. À la même époque, son correspondant a dû en recevoir une de lui sous le couvert de Fatio [II]. Depuis ce temps-là, Barbeyrac aurait voulu à plusieurs reprises demander des nouvelles de la santé de son ami, mais il est chargé du rectorat cette année, pour la troisième fois. Il aurait refusé ce fardeau si d'autres considérations ne l'avaient pas retenu. Il espère que JA a reçu son...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f283r_ug60819_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f283v_ug60820_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f284r_ug60821_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f284v_ug60822_turrettini_file.jpg

Groningue 20.03.1734


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.283-284)

Une phrase dans Meylan, Barbeyrac, p.153.


Dans le tems... que je reçûs


Barbeyrac a reçu en son temps la lettre de JA du 2 octobre, à laquelle était jointe celle de [Jean-Pierre] de Crousaz. À la même époque, son correspondant a dû en recevoir une de lui sous le couvert de Fatio [II]. Depuis ce temps-là, Barbeyrac aurait voulu à plusieurs reprises demander des nouvelles de la santé de son ami, mais il est chargé du rectorat cette année, pour la troisième fois. Il aurait refusé ce fardeau si d'autres considérations ne l'avaient pas retenu. Il espère que JA a reçu son Pufendorf [Le droit des gens, 1733] par le biais de [Jacques] Barrillot. Il va marier sa fille [Esther] avec [Paul-Auguste] Brunet, capitaine dans le régiment de Frise du prince d'Orange [Willem IV Karel Hendrik Friso van Oranje-Nassau], dont le père [Paul] s'était retiré en Irlande il y a une dizaine d'années; c'est un jeune homme de 33 ou 34 ans, fort sage, qui n'a pas déplu à sa fille; il n'aurait voulu en aucun cas lui forcer la main. Du reste elle ne voulait pas quitter son père, sans quoi elle se serait probablement déjà mariée, mais la solution trouvée lui permet de ne pas sortir de la maison. Barbeyrac estime heureux le sort de de Crousaz qui a quitté son prince [Friedrich II de Hesse-Kassel] dans un état qui lui permettra de vivre honorablement où il voudra (à Lausanne ou à Genève, semble-t-il) ; Barbeyrac avait prévu depuis le début qu'on aurait donné au jeune prince un précepteur d'un autre ordre, une fois qu'il aurait atteint l'âge d'avoir un gouverneur et un vrai. Barbeyrac a reçu deux lettres de [Jacques-Barthélemy] Micheli du Crest: dans la première, il lui raconte les démarches inutiles qu'il a faites auprès du Magistrat genevois pour trouver un accommodement et il lui envoie un imprimé intitulé Consultation de Mrs les Avocats au Parlement de Paris [1734] ; dans la deuxième, il lui écrit ce que son frère [François-Gratien] lui a communiqué, à savoir qu'il paraît depuis peu de jours à Genève une "Consultation" que Micheli avait demandée à Barbeyrac en 1731. Barbeyrac est très surpris de cela puisqu'il a jalousement gardé la copie unique qu'il avait faite de cette pièce, ne la montrant qu'à [Jacob] Vernet, lors du passage de celui-ci à Groningue avec le fils de JA. Il n'y a donc que Vernet qui ait pu recopier la consultation, qu'il a gardée deux jours chez lui; si tel est le cas, Barbeyrac en serait extrêmement fâché puisqu'il ne voulait absolument pas que cette copie se répandît. Vernet aurait dû lui demander la permission de la recopier et, dans ce cas, Barbeyrac lui aurait explicitement défendu de la faire connaître à d'autres qu'à JA. Il demande à son correspondant de se renseigner sur l'affaire et de faire retirer les copies en circulation; il n'aurait jamais voulu en aucune manière trahir la confiance d'un homme qui croyait pouvoir compter sur lui et qu'il n'a pas pu servir. Barbeyrac espère que l'abrégé d'histoire ecclésiastique de JA continuera à être imprimé sans interruption et il est ravi que les éditeurs aient pu convaincre JA d'une telle entreprise. Il n'a pas de nouvelles à communiquer, si ce n'est la parution du Thesaurus Morellianus avec un commentaire de Haverkamp. On avait appelé [Élie II] de Joncourt à l'Église d'Amsterdam pour succéder à [Théodore-François] Huet mais la cabale de certains ministres s'en est mêlée et on a finalement fait venir [David-Renaud] Boullier, ministre à Londres et auteur d'un Essai sur l'âme des bêtes paru quelques années auparavant.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f283r_ug60819_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f283v_ug60820_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f284r_ug60821_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f284v_ug60822_turrettini_file.jpg