18 Lettres

Lettre 4585 de Jean-Alphonse Turrettini à Jean-Pierre Crousaz 

GenĂšve 03.03.1734

Vous etes toujours semblable

JA remercie de Crousaz de son jugement trÚs positif sur l'abrégé d'histoire ecclésiastique; il ne le mérite pas, puisqu'il se rend compte qu'il n'a pas assez approfondi certains aspects. S'il a loué les sentiments du prince [Fiedrich II de Hesse-Kassel], il l'a fait en sachant que de Crousaz y était pour beaucoup puisque c'est grùce à lui que le naturel heureux de son disciple a pu se développer. Il a sincÚrement souhaité que son correspondant puisse rester plus longtemps auprÚs du prince; et s'...

GenĂšve 03.03.1734


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
BibliothÚque Cantonale Universitaire (Lausanne), IS 2024 XII (f.129-131)


Vous etes toujours semblable


JA remercie de Crousaz de son jugement trĂšs positif sur l'abrĂ©gĂ© d'histoire ecclĂ©siastique; il ne le mĂ©rite pas, puisqu'il se rend compte qu'il n'a pas assez approfondi certains aspects. S'il a louĂ© les sentiments du prince [Fiedrich II de Hesse-Kassel], il l'a fait en sachant que de Crousaz y Ă©tait pour beaucoup puisque c'est grĂące Ă  lui que le naturel heureux de son disciple a pu se dĂ©velopper. Il a sincĂšrement souhaitĂ© que son correspondant puisse rester plus longtemps auprĂšs du prince; et s'il lui a rapportĂ© ce qu'il voyait et ce qu'il apprenait, il l'a fait au nom de leur amitiĂ©. Des deux maux, il a choisi celui qui lui semblait le moindre pour de Crousaz, Ă  savoir un repos meritĂ© et honorable. Il a mĂȘme fait entendre Ă  plusieurs reprises qu'il Ă©tait temps que son ami fĂ»t rendu Ă  sa libertĂ©. Il aurait souhaitĂ© qu'on en fĂ»t restĂ© lĂ . Pour ce qui concerne les engagements pris Ă  son Ă©gard, il est persuadĂ© qu'on les respectera, mais il faut savoir qu'on n'est pas toujours trĂšs ponctuels dans les cours et que ce genre de choses doivent ĂȘtre maniĂ©es avec adresse et prudence. De Crousaz peut s'adresser Ă  Kassel Ă  [Johann Friedrich] de Stain et ici Ă  Moudry [III]. S'il souhaite qu'on en parle Ă  de Donop, ils sont trois ou quatre Ă  pouvoir le faire. Mais il ne faut rien manifester par Ă©crit puisque cela risque d'indisposer. Aujourd'hui les professions que son correspondant a exercĂ©es autrefois sont indignes de lui; il doit ĂȘtre le surintendant de l'Ă©ducation, ni le gouverneur ni l'informateur de la jeunesse. S'il veut encore informer, il ne doit le faire qu'Ă  travers ses livres que JA et sa famille attendent toujours avec aviditĂ©.

Adresse

[Lausanne]


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

Lausanne

Conservation

Lausanne


Cités dans la lettre