507 Lettres

Lettre 4570 de Jean-Pierre Crousaz  à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 03.01.1734

Vous m'avés prévenu

JA a prĂ©venu de Crousaz qui aurait dĂ» Ă©crire en premier; il est flattĂ© de l'intĂ©rĂȘt que JA lui porte, compte tenu des multiples engagements du thĂ©ologien et de sa santĂ© fragile; c'est du reste pour ne pas le distraire de ses occupations qu'il ne s'est pas manifestĂ© en ce dĂ©but d'annĂ©e; mais, ce faisant, il a rĂ©agi comme s'il avait Ă©tĂ© lui-mĂȘme Ă  la place du correspondant car il est sĂ»r que lui ne pourrait pas accomplir toutes les tĂąches qui incombent Ă  JA. Si celui-ci arrive Ă  faire face Ă  toute...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00486_f070r_ug61607_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f070v_ug61608_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f071r_ug61609_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f071v_ug61610_turrettini_file.jpg

Lausanne 03.01.1734


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 486 (f.70-71)


Vous m'avés prévenu


JA a prĂ©venu de Crousaz qui aurait dĂ» Ă©crire en premier; il est flattĂ© de l'intĂ©rĂȘt que JA lui porte, compte tenu des multiples engagements du thĂ©ologien et de sa santĂ© fragile; c'est du reste pour ne pas le distraire de ses occupations qu'il ne s'est pas manifestĂ© en ce dĂ©but d'annĂ©e; mais, ce faisant, il a rĂ©agi comme s'il avait Ă©tĂ© lui-mĂȘme Ă  la place du correspondant car il est sĂ»r que lui ne pourrait pas accomplir toutes les tĂąches qui incombent Ă  JA. Si celui-ci arrive Ă  faire face Ă  toutes ses occupations, cela est sĂ»rement dĂ» Ă  la fĂ©conditĂ© extraordinaire de son esprit. Il est en tout cas honorĂ© de se voir associĂ©, dans l'intĂ©rĂȘt et dans la plume de JA, aux magistrats de la RĂ©publique. C'est du reste pour ne pas dĂ©cevoir le grand Alphonse qu'il a tĂąchĂ© de ne pas baisser dans ses derniĂšres productions. Il jouit Ă  prĂ©sent d'une bonne santĂ© mais ne peut en profiter pour Ă©tudier que depuis deux semaines, ayant Ă©tĂ© occupĂ© avant par les visites et les travaux dans la maison. On est Ă  la discrĂ©tion des ouvriers et il faut avoir de la patience au vu de la quantitĂ© d'ouvrage qu'on leur donne; un goĂ»t de bĂątir et de meubler s'est emparĂ© de Lausanne, mĂȘme si ce n'est pas avec la magnificence de GenĂšve. On est aujourd'hui plus sage et moins dĂ©pensier, Ă  cause de la situation qui a changĂ©. PrĂšs de la campagne de son fils [Abraham], il y a un terrain qu'il aurait pu acheter il y a 15 ans pour 4'000 francs; aujourd'hui il vaut Ă  son propriĂ©taire 15'000 francs. Le pays allemand est beaucoup plus riche. Dans l'Emmenthal, quatre bailliages fabriquent jusqu'Ă  cinquante mille pistoles de toiles. Quant Ă  lui, il est trĂšs content de son logement, une maison isolĂ©e, avec jardin et beau paysage. Il remercie JA de la sensibilitĂ© avec laquelle il a remarquĂ© les sentiments qu'on Ă©prouvait Ă  son Ă©gard dans la maison du prince [Friedrich II de Hesse-Kassel]. Quant Ă  la sociĂ©tĂ© savante Ă  laquelle appartient JA, de Crousaz avoue que, s'il s'Ă©tait trouvĂ© dans l'assemblĂ©e, il n'aurait peut-ĂȘtre pas osĂ© dire ce qu'il lui avait Ă©crit, il y a des annĂ©es de cela, sur les causes physiques qui s'opposaient Ă  la rĂ©unification des protestants d'Allemagne. Il n'a du reste aucune copie de cette petite brochure, non plus que de celle, plus grande, sur la sĂ©paration des chrĂ©tiens que le baron de de Stain a fait traduire en allemand et qui a eu trois Ă©ditions en deux mois. S'il ne peut pas ĂȘtre Ă  GenĂšve, c'est pour des raisons dont il n'est nullement responsable. Quand il a appris que ses lettres Ă  JA Ă©taient montrĂ©es Ă  d'autres personnes Ă  GenĂšve, il a Ă©tĂ© au dĂ©but pris d'une peur panique qui a nĂ©anmoins disparu Ă  la pensĂ©e que, s'il avait l'approbation de JA, celle des autres n'avait plus d'importance. De Crousaz est d'accord avec JA sur le fait que la disparition d'[ÉzĂ©chiel I] Gallatin constitue une perte considĂ©rable; il craint fort qu'on en fasse bientĂŽt une autre en la personne de [François-FrĂ©dĂ©ric] Treytorrens. Il y a une longue Ă©clipse dans l'auditoire de philosophie; on est tous d'accord pour penser que son fils [Abraham] y aurait Ă©tĂ© plus utile mais on croit qu'un autre utile a dĂ©terminĂ© quelques suffrages. Le principe est Ă©quivoque dans l'application et il peut amener Ă  des erreurs dangereuses. De Crousaz attend avec impatience la dissertation de JA sur les principes du juste et de l'injuste [De legibus naturalibus, pars prima, 1734] de mĂȘme que celle sur la libertĂ© [1734]. Pour revenir Ă  Gallatin, il serait bon qu'un homme de lettres se regardĂąt comme un pot cassĂ©. Le fils de de Crousaz et sa femme [Louise I] sont sensibles au souvenir de JA.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Lausanne

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00486_f070r_ug61607_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f070v_ug61608_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f071r_ug61609_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f071v_ug61610_turrettini_file.jpg