285 Lettres

Lettre 4570 de Jean-Pierre Crousaz  à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 03.01.1734

Vous m'avés prévenu

JA a prévenu de Crousaz qui aurait dû écrire en premier; il est flatté de l'intérêt que JA lui porte, compte tenu des multiples engagements du théologien et de sa santé fragile; c'est du reste pour ne pas le distraire de ses occupations qu'il ne s'est pas manifesté en ce début d'année; mais, ce faisant, il a réagi comme s'il avait été lui-même à la place du correspondant car il est sûr que lui ne pourrait pas accomplir toutes les tâches qui incombent à JA. Si celui-ci arrive à faire face à toute...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00486_f070r_ug61607_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f070v_ug61608_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f071r_ug61609_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f071v_ug61610_turrettini_file.jpg

Lausanne 03.01.1734


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 486 (f.70-71)


Vous m'avés prévenu


JA a prévenu de Crousaz qui aurait dû écrire en premier; il est flatté de l'intérêt que JA lui porte, compte tenu des multiples engagements du théologien et de sa santé fragile; c'est du reste pour ne pas le distraire de ses occupations qu'il ne s'est pas manifesté en ce début d'année; mais, ce faisant, il a réagi comme s'il avait été lui-même à la place du correspondant car il est sûr que lui ne pourrait pas accomplir toutes les tâches qui incombent à JA. Si celui-ci arrive à faire face à toutes ses occupations, cela est sûrement dû à la fécondité extraordinaire de son esprit. Il est en tout cas honoré de se voir associé, dans l'intérêt et dans la plume de JA, aux magistrats de la République. C'est du reste pour ne pas décevoir le grand Alphonse qu'il a tâché de ne pas baisser dans ses dernières productions. Il jouit à présent d'une bonne santé mais ne peut en profiter pour étudier que depuis deux semaines, ayant été occupé avant par les visites et les travaux dans la maison. On est à la discrétion des ouvriers et il faut avoir de la patience au vu de la quantité d'ouvrage qu'on leur donne; un goût de bâtir et de meubler s'est emparé de Lausanne, même si ce n'est pas avec la magnificence de Genève. On est aujourd'hui plus sage et moins dépensier, à cause de la situation qui a changé. Près de la campagne de son fils [Abraham], il y a un terrain qu'il aurait pu acheter il y a 15 ans pour 4'000 francs; aujourd'hui il vaut à son propriétaire 15'000 francs. Le pays allemand est beaucoup plus riche. Dans l'Emmenthal, quatre bailliages fabriquent jusqu'à cinquante mille pistoles de toiles. Quant à lui, il est très content de son logement, une maison isolée, avec jardin et beau paysage. Il remercie JA de la sensibilité avec laquelle il a remarqué les sentiments qu'on éprouvait à son égard dans la maison du prince [Friedrich II de Hesse-Kassel]. Quant à la société savante à laquelle appartient JA, de Crousaz avoue que, s'il s'était trouvé dans l'assemblée, il n'aurait peut-être pas osé dire ce qu'il lui avait écrit, il y a des années de cela, sur les causes physiques qui s'opposaient à la réunification des protestants d'Allemagne. Il n'a du reste aucune copie de cette petite brochure, non plus que de celle, plus grande, sur la séparation des chrétiens que le baron de de Stain a fait traduire en allemand et qui a eu trois éditions en deux mois. S'il ne peut pas être à Genève, c'est pour des raisons dont il n'est nullement responsable. Quand il a appris que ses lettres à JA étaient montrées à d'autres personnes à Genève, il a été au début pris d'une peur panique qui a néanmoins disparu à la pensée que, s'il avait l'approbation de JA, celle des autres n'avait plus d'importance. De Crousaz est d'accord avec JA sur le fait que la disparition d'[Ézéchiel I] Gallatin constitue une perte considérable; il craint fort qu'on en fasse bientôt une autre en la personne de [François-Frédéric] Treytorrens. Il y a une longue éclipse dans l'auditoire de philosophie; on est tous d'accord pour penser que son fils [Abraham] y aurait été plus utile mais on croit qu'un autre utile a déterminé quelques suffrages. Le principe est équivoque dans l'application et il peut amener à des erreurs dangereuses. De Crousaz attend avec impatience la dissertation de JA sur les principes du juste et de l'injuste [De legibus naturalibus, pars prima, 1734] de même que celle sur la liberté [1734]. Pour revenir à Gallatin, il serait bon qu'un homme de lettres se regardât comme un pot cassé. Le fils de de Crousaz et sa femme [Louise I] sont sensibles au souvenir de JA.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Lausanne

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00486_f070r_ug61607_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f070v_ug61608_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f071r_ug61609_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f071v_ug61610_turrettini_file.jpg