97 Lettres

Lettre 4464 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 21.02.1733

Votre Lettre... du 25 janvier

C'est [Jacques] Barrillot, qui est revenu d'Amsterdam Ă  Groningue, qui a apportĂ© Ă  Barbeyrac la derniĂšre lettre de JA; il lui a aussi donnĂ© des nouvelles du fils de JA et de [Jacob] Vernet qui sont Ă  prĂ©sent Ă  Paris oĂč ils auront encore davantage d'agrĂ©ment que dans les autres pays. Barbeyrac et JA partagent le mĂȘme avis sur le livre de de Crousaz [Examen du pyrrhonisme] ; d'aprĂšs [Charles] de La Motte, qui corrige les Ă©preuves de la BibliothĂšque raisonnĂ©e, l'extrait que Barbeyrac...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f280r_ug60813_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f280v_ug60814_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f281r_ug60815_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f281v_ug60816_turrettini_file.jpg

Groningue 21.02.1733


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.280-281)


Votre Lettre... du 25 janvier


C'est [Jacques] Barrillot, qui est revenu d'Amsterdam Ă  Groningue, qui a apportĂ© Ă  Barbeyrac la derniĂšre lettre de JA; il lui a aussi donnĂ© des nouvelles du fils de JA et de [Jacob] Vernet qui sont Ă  prĂ©sent Ă  Paris oĂč ils auront encore davantage d'agrĂ©ment que dans les autres pays. Barbeyrac et JA partagent le mĂȘme avis sur le livre de de Crousaz [Examen du pyrrhonisme] ; d'aprĂšs [Charles] de La Motte, qui corrige les Ă©preuves de la BibliothĂšque raisonnĂ©e, l'extrait que Barbeyrac en a rĂ©digĂ© fait honneur Ă  l'auteur sans ĂȘtre pour autant flatteur; Barbeyrac se rĂ©serve de revenir sur les derniĂšres parties un peu plus tard, de façon Ă  relancer l'ouvrage. JA souhaiterait qu'il publie Ă  lui seul un pĂ©riodique mais il n'en a ni les forces ni les moyens: une chose est de faire, quand on veut et sur ce qu'on veut, des extraits et une autre de devoir parler de tout ce qui sort, ce qui est un travail impossible pour une seule personne. Il lui rappelle que dĂ©jĂ  en 1718, aprĂšs la mort de [Jacques] Bernard, il avait refusĂ© l'offre que les libraires lui avaient faite de continuer les Nouvelles de la RĂ©publique des Lettres. Barbeyrac s'Ă©tonne que les nouvelles concernant son collĂšgue Driessen soient arrivĂ©es jusqu'Ă  GenĂšve et dans ce que JA lui Ă©crit il y a du vrai et du faux; il est vrai que pendant une annĂ©e son cerveau a Ă©tĂ© fort dĂ©rangĂ© et on peut se demander si, en dĂ©pit du fait qu'il a maintenant repris ses fonctions et ses publications, la maladie ne lui a pas laissĂ© des sĂ©quelles. Il a eu des accĂšs de mĂ©lancolie, Ă  la suite desquels on l'a amenĂ© Ă  Utrecht. Quelques temps plus tard il a voulu revenir mais, ses proches l'en ayant empĂȘchĂ©, il s'est enfui en robe de chambre et est arrivĂ© ainsi Ă  Groningue. Depuis son rĂ©tablissement, il a publiĂ© diffĂ©rentes piĂšces et dans l'une d'elles, il affirme avoir eu des rĂ©vĂ©lations l'assurant de son salut, aprĂšs avoir eu une espĂšce d'Ă©charde, comme saint Paul et s'ĂȘtre trouvĂ© dans un Ă©tat dĂ©sespĂ©rĂ©. Barbeyrac se souvient qu'Ă  l'Ă©poque un collĂšgue lui avait rapportĂ© que Driessen avait prĂ©tendu ne plus ressentir aucun amour de Dieu. À prĂ©sent, l'un des professeurs qu'il a attaquĂ© dans ses Ă©crit, Cremer, professeur de thĂ©ologie Ă  Harderwic, lui a rĂ©pondu vigoureusement en commençant par lui souhaiter mentem sanam in corpore sano. Il sera bien obligĂ© de rĂ©pondre; Barbeyrac se tient Ă  l'Ă©cart de toutes ces disputes qui montrent combien les thĂ©ologiens hollandais s'enfoncent dans les spĂ©culations mĂ©taphysiques. Il estime qu'il n'y a aucun autre pays oĂč la thĂ©ologie aille plus mal qu'en Hollande. Un mĂ©decin trĂšs rĂ©putĂ©, Massuet, a publiĂ© un livre sur la nature et les ravages des vers sur lesquels les gazettes ont dĂ©bitĂ© tant de faussetĂ©s; il y a aussi une brochure de Rousset sur le mĂȘme sujet mais qui ne vaut pas grand-chose. Pour ce qui est des nouvelles littĂ©raires, rien de nouveau, sauf la publication des tomes IVe et Ve des Ouvrages de Politique de l'abbĂ© de Saint-Pierre, le IVe tome de l'Histoire de Rollin et une nouvelle Ă©dition de la traduction de [Pierre I] Coste du TraitĂ© de l'Ă©ducation de Locke. Son grand Pufendorf est sur le point d'ĂȘtre publiĂ© [Le droit de la nature, 1733] puisqu'on en a presqu'achevĂ© l'impression. Barbeyrac est content d'apprendre que JA est satisfait de [William] Elliot.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f280r_ug60813_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f280v_ug60814_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f281r_ug60815_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f281v_ug60816_turrettini_file.jpg