12 Lettres

Lettre 4421 de Jean-Alphonse Rosset de Rochefort à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 09.11.1732

Dés long tems je

La femme de Rosset [Susanne] a accouché très heureusement dimanche d'un gros garçon [Rosset de Rochefort IV] sur lequel l'expéditeur invoque la bénédiction du destinataire, qui a tant fait pour lui et pour son propre père [Marc-Benjamin]. Il est dommage que le fils de JA ne soit pas à Genève car, dans ce cas, il serait peut-être venu pour le baptême et cela d'autant plus qu'il n'avait pas pu participer au mariage. Il y a une nouvelle qui circule dans ces quartiers et d'après laquelle l'histoire...

+ 1 pages

page 1

01124_4421-1_ug72679_turrettini_file.jpg

page 2


01125_4421-2-3_ug72680_turrettini_file.jpg

page 3

01126_4421-4_ug72681_turrettini_file.jpg

Lausanne 09.11.1732


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.R.12

Budé, Lettres, III, p.269-272.


Dés long tems je


La femme de Rosset [Susanne] a accouché très heureusement dimanche d'un gros garçon [Rosset de Rochefort IV] sur lequel l'expéditeur invoque la bénédiction du destinataire, qui a tant fait pour lui et pour son propre père [Marc-Benjamin]. Il est dommage que le fils de JA ne soit pas à Genève car, dans ce cas, il serait peut-être venu pour le baptême et cela d'autant plus qu'il n'avait pas pu participer au mariage. Il y a une nouvelle qui circule dans ces quartiers et d'après laquelle l'histoire ecclésiastique de JA serait sous presse et sortirait en volume in-8. Si c'est vrai, Rosset en serait ravi; il voudrait que JA en fît de même avec beaucoup de ses excellents manuscrits qui sont renfermés dans son cabinet. Tout le monde ne peut pas assister à ses leçons mais tous les gens éclairés soupirent après celles-ci. Le seul moyen de les contenter est de les rendre publiques. Les plus heureux moments de la vie de Rosset ont été ceux où il a écouté JA; la lecture de ses ouvrages le consolent un peu de ce qu'il a perdu en quittant Genève. Il voudrait savoir si son correspondant a terminé son commentaire sur les Romains; c'est grand dommage que les affaires de Rosset l'aient empêché d'assister aux leçons de JA sur un sujet aussi intéressant. Il ne peut s'en consoler; l'Académie de Lausanne offre très peu de moyens pour avancer dans la connaissance, ce qui rend plus cuisant le regret des occasions manquées. Tout est calme ici mais il y a un fait surprenant attesté par des gens dignes de foi. Loriol [I], officier au service de l'empereur [Karl VI], arrivé depuis peu de Hongrie, a raconté que dans un village près de la capitale plusieurs personnes étaient mortes attaquées d'un mal subit qui ne donnait aucun symptôme excepté un certain abattement. Deux personnes considérables du lieu, frappées de la même maladie, ont raconté avoir eu l'impression que des défunts de leur entourage, décédés peu de temps auparavant, étaient venus dans la nuit leur sucer le sang. Sur ordre des supérieurs, on s'est rendu au cimetière et on a déterré les corps de ces défunts; on les a trouvé frais, le teint vif et, une fois piqués, le sang fort. On leur a coupé la tête et le sang, abondant, a giclé partout. On a brulé ces cadavres et dispersé les cendres; au même moment les deux personnes malades se sont trouvées guéries et la contagion arrêtée. Loriol a été témoin oculaire de ce fait, de même que les autres officiers du régiment qui ont même signé un document. Rosset demande l'avis de JA sur cette affaire, sachant qu'il ne croit pas aux spectres.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Lausanne

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

01124_4421-1_ug72679_turrettini_file.jpg

page 2


01125_4421-2-3_ug72680_turrettini_file.jpg

page 3

01126_4421-4_ug72681_turrettini_file.jpg