202 Lettres

Lettre 4411 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 23.10.1732 [23.10. (n.s. à 9h du soir)]

Ce nous est un grand

Vernet et Marc Turrettini sont de retour à Londres; ils sont partis le 13 octobre pour Cambridge, où ils ont visité les bibliothèques, les collèges et deux personnes à qui ils avaient été recommandés, dont le professeur de théologie Newcome avec qui ils ont dîné. Ils ont fait une promenade à Newmarket pour voir une course de chevaux, qui est un spectacle particulier au pays et attire beaucoup de monde. Plusieurs raisons les ont convaincus de ne pas faire le détour par Peterborough où ils étaient...

+ 1 pages

page 1

02177_4411-1_ug72664_turrettini_file.jpg

page 2


02178_4411-2-3_ug72665_turrettini_file.jpg

page 3

02179_4411-4_ug72666_turrettini_file.jpg

Lettre 4411 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 23.10.1732 [23.10. (n.s. à 9h du soir)]


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1-II

Extrait dans Budé, Vie de Vernet, p.62-63.


Ce nous est un grand


Vernet et Marc Turrettini sont de retour à Londres; ils sont partis le 13 octobre pour Cambridge, où ils ont visité les bibliothèques, les collèges et deux personnes à qui ils avaient été recommandés, dont le professeur de théologie Newcome avec qui ils ont dîné. Ils ont fait une promenade à Newmarket pour voir une course de chevaux, qui est un spectacle particulier au pays et attire beaucoup de monde. Plusieurs raisons les ont convaincus de ne pas faire le détour par Peterborough où ils étaient invités chez [Hans Heinrich II] Ott: la femme de celui-ci venait d'accoucher quatre jours plus tôt seulement, sans tenir compte qu'avec le mauvais temps qu'il faisait, c'était un détour considérable et qu'ils avaient la possibilité de voyager avec deux gentilhommes allemands et leur valet, ce qui les protegeait davantage contre les voleurs. Ils ont donc décidé d'aller tout de suite à Oxford; ils avaient une lettre de [Pierre I] Coste non pas pour connaître des gens (mis à part Gagnier) mais plutôt pour visiter plus facilement l'université. Ils ont vu aussi la magnifique maison de Blenheim. Après avoir été à Windsor et à Hampton Court, qui sont sur la route, ils ont regagné Londres, après dix jours d'un voyage très agréable qui s'est terminé ce soir même. Malheureusement le temps ne leur a pas été très favorable; il a beaucoup plu, ce qui a été d'autant plus gênant qu'ils étaient à cheval mais ce moyen était le meilleur pour le type de voyage qu'ils voulaient faire. Vernet a été un peu surpris mais non pas chagriné par ce que JA a dit dans sa dernière lettre; il considère sa franchise comme un signe de confiance. Ayant exercé ce métier auparavant, il sait très bien les égards qu'on doit avoir pour celui qu'on accompagne et il peut assurer que chaque fois qu'on a rencontré des gens ou qu'on a donné des lettres de recommandation, les honneurs ont été pour le fils de JA et non pour lui. Il est vrai que parfois il a fallu vaincre la timidité du jeune homme et le pousser pour qu'il ne se soustraie pas à cet exercice; comme il est vrai aussi que, en les voyant ensemble, certains ont adressé des civilités particulières à Vernet face auxquelles il aurait été peu aimable de reculer. Mais il a toujours fait en sorte de paraître en second. En privé, il est vrai qu'ils n'ont pas fait de distinctions entre eux et que le fils de JA est très peu jaloux de son rang. Il se peut que l'ami de JA, en constatant les rapports qui régnaient entre eux en privé, en ait déduit qu'il en allait de même en public, ce qui n'a jamais été le cas. Vernet est parfaitement conscient de tout ce qu'il doit à JA et il fera encore plus attention après l'avertissement que son correspondant lui a donné. Il lui demande aussi de brûler cette lettre.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02177_4411-1_ug72664_turrettini_file.jpg

page 2


02178_4411-2-3_ug72665_turrettini_file.jpg

page 3

02179_4411-4_ug72666_turrettini_file.jpg