69 Lettres

Lettre 4409 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 12.et 13.10.1732

La lettre que Mr

Le fils de JA n'a pas pu joindre les comptes à la lettre dans laquelle il annonçait son arrivée à Londres car ils étaient trop embrouillés; Vernet a exigé de lui qu'il les mette au net. Le manque d'ordre est le seul sujet qu'il a de le gronder un peu. Comme il fallait l'imaginer, JA a trouvé les frais de Hollande forts; ce n'est toutefois pas leur faute à eux, mais plutôt celle du pays où la vie est fort chère. Et il est évident que trois personnes qui y séjournent longtemps font une dépense imp...

+ 3 pages

page 1

02174_4409-1_ug72658_turrettini_file.jpg

page 2


02175_4409-2-3_ug72659_turrettini_file.jpg

page 3

02176_4409-4_ug72660_turrettini_file.jpg

page 4


02227_4409-6_ug72661_turrettini_file.jpg

page 5

02228_4409-5_ug72662_turrettini_file.jpg

Lettre 4409 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 12.et 13.10.1732


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1-II

Extrait dans Budé, Vie de Vernet, p.56-57.


La lettre que Mr


Le fils de JA n'a pas pu joindre les comptes à la lettre dans laquelle il annonçait son arrivée à Londres car ils étaient trop embrouillés; Vernet a exigé de lui qu'il les mette au net. Le manque d'ordre est le seul sujet qu'il a de le gronder un peu. Comme il fallait l'imaginer, JA a trouvé les frais de Hollande forts; ce n'est toutefois pas leur faute à eux, mais plutôt celle du pays où la vie est fort chère. Et il est évident que trois personnes qui y séjournent longtemps font une dépense importante, notamment quand ils logent dans les bonnes auberges et empruntent les meilleures voitures. À cela, il faut ajouter que JA avait laissé à son fils le soin de s'habiller en Hollande où tout est cher; si du décompte final on enlève un millier de florins utilisés pour les emplettes, pour Vernet et pour Simon, il en reste 1'600, ce qui n'est pas une dépense excessive pour trois personnes en voyage de Groningue à Londres pendant quatre mois. Les frais occasionnés par le séjour en Angleterre seront réglés environ sur le même pied. Les 375 florins qu'ils ont touchés en Brabant pour venir en Angleterre ont été payés sur une lettre de crédit de [Gabriel] de Normandie à qui [Paul] Bennelle devait rembourser la somme utilisée. Conduits par Aufrère, ils ont dîné lundi dernier chez l'archevêque [William Wake] mais l'ont trouvé cassé et insensible; il n'a fait aucun cas du nom de JA, dont autrefois il parlait si volontiers. Il ne dit que quelques mots aux personnes de son entourage proche, tout le reste est effacé de son esprit et il est hors d'état d'agir. Son gendre le docteur Lynch et d'autres personnes de son entourage qui savaient l'estime que l'archevêque avait pour JA, ont essayé de remédier, par leurs civilités, à l'accueil du prélat. Le même jour ils ont rendu visite à l'évêque de Londres [Gibson] chez qui [Jacques] Serces les a introduits; il a été très aimable, a demandé des nouvelles de JA et l'a remercié de la lettre et du présent. Il a parlé un peu latin, en s'excusant de ne pas connaître le français. Il les a invités pour le jeudi suivant à dîner à la campagne. Il a donné à chacun d'entre eux un exemplaire de ses lettres pastorales ; il les a ensuite confiés à son gendre le docteur Terwes qui parle français et que Vernet avait connu à Paris. En dépit de cet accueil engageant, il ne faut pas compter sur lui pour leur affaire; il ne veut pas en entendre parler soit pour ne pas marcher sur les plates-bandes des autres soit pour ne pas donner l'impression de s'arroger une autorité qu'il n'a pas encore et dont il lui convient de ne pas sembler avide. L'autre jour, ils sont allés à Greenwich visiter [Pierre] Seignoret, [Roger (?)] Harenc et [Jean de Remy (?)] de Montigny. La vue y est magnifique et ils ont eu le plaisir de voir les bâteaux du roi [George II] remonter la Tamise. [Mary] Dutry les avait invités dîner à sa campagne mais ils avaient déjà reçu et accepté l'invitation de [Cornelis] Hop, l'envoyé de Hollande à qui les avait recommandés [Marie-Madeleine] Falaiseau. C'est chez ce Hop qu'était Masson [II] qui a volé la vaisselle de l'une de leurs amies; le fripon est passé ensuite en Turquie. Aujourd'hui [Louis] Saurin les a conduits à Kensington où ils ont vu la Cour en cercle; ils ont visité les appartements et les jardins. [Gabriel] Du Quesne était là, il est revenu de sa Jamaïque non seulement sans profit mais même avec quelque désavantage. Il s'occupe aujourd'hui du négoce de vin. Ils ont aussi rencontré un gentilhomme nommé Heraut qui a été gouverneur chez [Scroop Egerton] de Bridgewater et qui leur a beaucoup parlé de Genève et de JA. La plupart des seigneurs n'est pas encore en ville. Ils feront prochainement une course à Cambridge et à Oxford qui leur permettra de jouir encore de la belle saison. Townshend restera à la campagne toute l'année, étant en froid avec ses beaux-frères et avec la Cour. Il s'étonne que [Armand-Louis] du Marsay ne leur ait pas donné une lettre pour son beau-frère [Georg Wilhelm Helwig] Schültz."Ficsor est devenu, étrangement, l'auteur d'un périodique anglais intitulé The present State of the Republick of Letters; dans le volume 9 dont il a fait cadeau à Marc, il fait un grand éloge du gouvernement genevois, de l'Académie et de JA. Il faudra payer un peu cet encens bien que le personnage lui semble toujours un patelin, rusé et dangereux. Pour le séjour à Paris, Vernet serait content de pouvoir loger chez [Jean-Jacques I] Rilliet dont la femme [Judith] est agréable et polie; il est toujours mieux de loger dans une maison bourgeoise que dans une auberge et cela conviendrait bien au fils de JA. Avant de faire des démarches, il attend l'avis de JA. Dans un PS, Vernet dit qu'il a reçu la réponse de [Hans Heinrich II] Ott qui annonce que sa femme a accouché d'une fille [Mary]. Il dit aussi que le petit Jean qui les avait accompagnés en Suisse est actuellement chez le curé de Fulham et que François aussi est placé quelque part. Il vient de recevoir (le 13 au soir) la lettre de JA du 2 octobre; s'il l'avait reçue plus tôt, il aurait pu parler de son contenu à l'archevêque chez qui ils ont été à nouveau aujourd'hui; il a été un peu plus expansif et les a recommandés à un docteur de l'Université de Cambridge qui était chez lui, puisqu'ils s'apprêtent à se rendre dans cette ville. Ils ont rencontré aussi [Pierre I] Coste qui leur a donné une lettre de recommandation.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 3 pages

page 1

02174_4409-1_ug72658_turrettini_file.jpg

page 2


02175_4409-2-3_ug72659_turrettini_file.jpg

page 3

02176_4409-4_ug72660_turrettini_file.jpg

page 4


02227_4409-6_ug72661_turrettini_file.jpg

page 5

02228_4409-5_ug72662_turrettini_file.jpg