8 Lettres

Lettre 4405 de Marc Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Londres 06.10.1732 [25.09./06.10.1732]

J'ai été extremement

Marc Turrettini regrette sincÚrement que ses derniÚres lettres ne soient pas arrivées et, si JA s'indignait de ce long silence, il en serait trÚs affecté puisqu'il a écrit tant à lui qu'à sa mÚre et [Jacob] Vernet avait aussi chargé [Jean-Louis] Du Pan de donner de leurs nouvelles à la famille. Pour les frais engagés, il se doutait bien que JA risquait de les trouver excessifs mais il faut qu'il considÚre qu'il a dû faire des dépenses vestimentaires absolument nécessaires. Son habit s'étant abßm...

page 1

01946_4405-1_ug72654_turrettini_file.jpg

page 2


01947_4405-2_ug72655_turrettini_file.jpg

Lettre 4405 de Marc Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Londres 06.10.1732 [25.09./06.10.1732]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.T.19


J'ai été extremement


Marc Turrettini regrette sincĂšrement que ses derniĂšres lettres ne soient pas arrivĂ©es et, si JA s'indignait de ce long silence, il en serait trĂšs affectĂ© puisqu'il a Ă©crit tant Ă  lui qu'Ă  sa mĂšre et [Jacob] Vernet avait aussi chargĂ© [Jean-Louis] Du Pan de donner de leurs nouvelles Ă  la famille. Pour les frais engagĂ©s, il se doutait bien que JA risquait de les trouver excessifs mais il faut qu'il considĂšre qu'il a dĂ» faire des dĂ©penses vestimentaires absolument nĂ©cessaires. Son habit s'Ă©tant abĂźmĂ©, il a dĂ» en faire faire un nouveau; il en a choisi un bon aussi bien pour l'automne que pour l'Ă©tĂ©; pour contenir les frais, il a renoncĂ© Ă  tout or ou argent dessus, comme le lui avaient recommandĂ© plusieurs personnes Ă  La Haye; il s'est contentĂ© d'un habit de drap noisette, doublĂ© de gros de Tours, de couleur rose, avec un seul bouton en argent. Pour ce qui est des chemises, il lui en restait huit; il en a fait faire une douzaine, ayant soin d'acheter la toile recommandĂ©e par sa mĂšre. Il a pris deux garnitures de dentelles, puisqu'on lui a dit que, n'ayant pas de galon, il Ă©tait absolument nĂ©cessaire qu'il eĂ»t de celles-ci. Outre cela, il a fallu aussi habiller Simon et il a donnĂ© Ă©galement quelque chose Ă  Vernet, qui a dĂ©pensĂ© autant que lui, ayant aussi reçu de l'argent Ă  La Haye. Il ne pense pas que son pĂšre ait Ă  se plaindre de lui; ses dĂ©penses ordinaires de voyage ont Ă©tĂ© contenues et il n'a pas fait de folies ni jouĂ© aux cartes ni Ă  d'autres jeux. C'est pourquoi il a toujours refusĂ© d'aller Ă  ces assemblĂ©es oĂč beaucoup d'Ă©trangers vont; on n'y joue que de petites sommes mais il ne voulait pas perdre d'argent. À Londres, ils sont logĂ©s chez Mademoiselle Grosselier, aux conditions les meilleures possibles du marchĂ©. Ils n'ont pris un valet que pour quelque temps, pour leur indiquer les rues et leur Ă©viter des carrosses. Ils ont visitĂ© [Jacques] Serces, [Louis] Saurin, Ă  qui ils ont remis le portrait de son frĂšre [Jacques], l'Ă©vĂȘque de Londres [Gibson], qui ne parle guĂšre français (Serces a servi d'interprĂšte) et chez qui ils iront dĂ©jeuner Ă  la campagne jeudi. AufrĂšre les a conduits chez l'archevĂȘque de CantorbĂ©ry [Wake] en l'absence de [Hans Heinrich II] Ott Ă  qui ils ont Ă©crit. Ils ont dĂźnĂ© chez l'archevĂȘque en cĂ©rĂ©monie et s'y sont fort ennuyĂ©s car ils ne parlent que quelques mots d'anglais. Mylord n'a point parlĂ© en dĂźnant mais a dit quelques mots auparavant Ă  l'Ă©vĂȘque de Saint Davis [Sydall]. Quand Turrettini lui a donnĂ© la lettre de son pĂšre, il lui a demandĂ© si celui-ci allait bien. VoilĂ  tout ce qu'il lui a dit de la journĂ©e. Il est assez infirme et a besoin d'ĂȘtre soutenu pour marcher. On attend le roi [Georges II] d'un moment Ă  l'autre. Turrettini adresse ses salutations Ă  toute la famille. Simon prie de faire savoir Ă  sa femme qu'il se porte bien.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Londres

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

01946_4405-1_ug72654_turrettini_file.jpg

page 2


01947_4405-2_ug72655_turrettini_file.jpg