4245 Lettres

Lettre 4376 de Jacques II Eynard à Jean-Alphonse Turrettini

Francfort 19.07.1732

J'ay renvoyé jusqu'à

Eynard répond à la lettre de JA dans laquelle celui-ci lui demande des renseignements sur [Pierre] Romagnac, suite aux plaintes qui sont arrivées à la Vénérable Compagnie sur ce pasteur. Il faut tout d'abord dire un mot de l'Église de Mannheim: elle se compose en grande partie de jardiniers, laboureurs, planteurs de tabac etc. et les deux membres les plus éminents sont un parfumeur nommé Renouard et un perruquier nommé Clément. Ces deux personnes avaient depuis longtemps l'habitude de dominer le...

+ 5 pages

page 1

1645_4376-1_ug72606_turrettini_file.jpg

page 2


1646_4376-2-3_ug72607_turrettini_file.jpg

page 3

1647_4376-4-5_ug72608_turrettini_file.jpg

page 4


1648_4376-6_ug72609_turrettini_file.jpg

page 5

1649_4376-7_ug72610_turrettini_file.jpg

page 6


1650_4376-8-9_ug72611_turrettini_file.jpg

page 7

1651_4376-10_ug72612_turrettini_file.jpg

Francfort 19.07.1732


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.E.9


J'ay renvoyé jusqu'à


Eynard répond à la lettre de JA dans laquelle celui-ci lui demande des renseignements sur [Pierre] Romagnac, suite aux plaintes qui sont arrivées à la Vénérable Compagnie sur ce pasteur. Il faut tout d'abord dire un mot de l'Église de Mannheim: elle se compose en grande partie de jardiniers, laboureurs, planteurs de tabac etc. et les deux membres les plus éminents sont un parfumeur nommé Renouard et un perruquier nommé Clément. Ces deux personnes avaient depuis longtemps l'habitude de dominer les autres, qui sont bien grossiers, pour ne pas dire plus. Lorsqu'on appella Romagnac, on ne consulta même pas les chefs de famille, ce qui révolta ceux-ci et les disposa très défavorablement à l'égard du nouveau pasteur. Ils allèrent jusqu'à s'opposer à son installation. Dans ces circonstances par contre Renouard et Clément montrèrent à l'égard du nouveau pasteur beaucoup de chaleur et lui rendirent maints services, en sorte que les autres furent forcés de se plier à son installation, tout en restant mal disposés. Pour leur part, Renouard et Clément commencèrent à se prévaloir des services qu'ils avaient rendus à Romagnac pour que celui-ci entre dans leurs sentiments et leurs cabales; et quand le pasteur se sentit obligé, en conscience, de se démarquer de ces deux hommes, ce fut la brouille, qui continue jusqu'à aujourd'hui et qui est à l'origine des plaintes. Il y a trois ans, Eynard se rendit discrètement à Mannheim pour se rendre compte personnellement de la situation et constata que les plaintes allaient beaucoup trop loin. Il est vrai que Romagnac avait donné quelques sujets de critique à ces gens à cause de ses fréquentations mais ce motif de mécontentement tomba à la suite du départ des personnes qui étaient mises en cause. Par la suite on lui reprocha de passer trop de temps avec son collègue La Broquère qui, disait-on, le détournait afin qu'il ne prêchat pas mieux que lui. Mais les plus grandes plaintes concernent ses sermons: on lui reproche de ne pas les travailler suffisamment et d'occuper son temps avec d'autres activités, comme la peinture. Les gens sont insatisfaits et il y en a de plus en plus qui vont à l'Église allemande, ce qui est d'autant plus regrettable qu'on avait espéré qu'en appellant un pasteur de Genève, on arriverait à attirer plusieurs personnes et même de la Cour. Or, il est sûr que Romagnac n'est pas un bon prédicateur mais ses sermons sont suffisamment bons pour les gens de cette Église, qui seraient incapables de dire ce qui lui manque et qui ne feraient du reste pas de différence s'il leur débitait les sermons des meilleurs prédicateurs. En outre leur procédé d'écrire directement à la Vénérable Compagnie n'est pas du tout correct, puisqu'il manque la signature d'un pasteur et que les chefs de famille n'ont pas été consultés. Les discours deviennent de plus en plus insolents et ils en sont arrivés à dire que ceux qui ont donné l'imposition des mains à Romagnac en répondront devant Dieu. Compte tenu des circonstances, on doit reconnaître qu'il est fâcheux pour Romagnac et pour l'Église et l'Académie de Genève qu'on l'ait envoyé là-bas et qu'à l'avenir il faudrait être plus attentifs dans la réception au ministère et cela d'autant plus que la réputation de l'Académie suscite de la jalousie. La meilleure solution serait qu'on rappellât Romagnac et qu'on lui trouvât un établissement plus propre à ses capacités. Cette histoire lui rappelle qu'à présent Verdier [de La Blaquière] devrait être sorti de prison et avoir quitté le ministère; on n'a pas manqué de souligner que c'était pourtant un ministre formé à Genève. Eynard a communiqué à sa Compagnie le projet des Églises de France que JA lui avait envoyé; ils sont disposés à contribuer pour ce qui est en leur pouvoir. Ils ont déjà donné deux cents florins pour les Églises et envoyé plusieurs catéchismes à Du Plan dont ils n'ont plus de nouvelles depuis qu'il est parti de Kassel pour la Hollande, ce qui les inquiète. Eynard et son Église sont sensibles à l'int"érêt que JA porte à leurs affaires qui, pour l'instant, n'ont pas encore abouti; en effet les soins de l'archevêque de Cantorbéry [Wake] ont été inutiles. Il y a quelque temps la reine d'Angleterre [Caroline Wilhelmina] demanda à Degenfeld si la raugrave [Luise de Wittelsbach] avait une Église; elle devrait pourtant savoir que l'on ne s'est pas beaucoup empressé à donner sur ce sujet des ordres aux ministres de la Cour de Vienne. Un récent décret, obtenu en l'absence d'un des plus puissants protecteurs des réformés, établit que ceux-ci doivent de nouveau s'adresser au Magistrat pour l'exercice de la religion en ville et que, s'ils sont lésés sur cet article, ils doivent avoir recours à Sa Majesté impériale. On confirme la grossesse de la duchesse de Wurtemberg [Johanna Élisabeth], qui doit accoucher le mois prochain; la comtesse de Grävenitz est toujours aux arrêts mais le duc [Eberhard Ludwig] a une autre maîtresse, belle-sœur du comte [Friedrich Wilhelm] de Grävenitz, son premier ministre et frère de la comtesse. Eynard a appris avec plaisir l'heureuse arrivée en Hollande des voyageurs [Marc Turrettini et Jacob Vernet] et les applaudissements qu'a reçus Vernet à Amsterdam, à l'occasion de son sermon. Ils se réjouit de les voir à Kassel.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Francfort

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 5 pages

page 1

1645_4376-1_ug72606_turrettini_file.jpg

page 2


1646_4376-2-3_ug72607_turrettini_file.jpg

page 3

1647_4376-4-5_ug72608_turrettini_file.jpg

page 4


1648_4376-6_ug72609_turrettini_file.jpg

page 5

1649_4376-7_ug72610_turrettini_file.jpg

page 6


1650_4376-8-9_ug72611_turrettini_file.jpg

page 7

1651_4376-10_ug72612_turrettini_file.jpg