69 Lettres

Lettre 4367 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 13.06.1732

Monsieur votre fils

Marc Turrettini a raconté leur voyage dans ses lettre à JA envoyées de Hanovre à Groningue; ils ont même devancé les lettres de JA en Hollande puisque [Paul] Bennelle leur en a envoyé du 27 mai. Il faudra que JA remercie [François] Martel et [Philippe] et [Susanne] de Rochemont pour leurs honnêtetés. À Hanovre, ils ont rendus visite à l'abbé [Justus Christoph] Böhmer, dont ils connaissaient l'estime qu'il nourrit pour JA; il les a en effet reçus avec ses ouvrages à la main et leur a montré sa be...

+ 1 pages

page 1

02146_4367-1_ug72587_turrettini_file.jpg

page 2


02147_4367-2-3_ug72588_turrettini_file.jpg

page 3

02148_4367-4_ug72589_turrettini_file.jpg

Lettre 4367 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 13.06.1732


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1-II


Monsieur votre fils


Marc Turrettini a raconté leur voyage dans ses lettre à JA envoyées de Hanovre à Groningue; ils ont même devancé les lettres de JA en Hollande puisque [Paul] Bennelle leur en a envoyé du 27 mai. Il faudra que JA remercie [François] Martel et [Philippe] et [Susanne] de Rochemont pour leurs honnêtetés. À Hanovre, ils ont rendus visite à l'abbé [Justus Christoph] Böhmer, dont ils connaissaient l'estime qu'il nourrit pour JA; il les a en effet reçus avec ses ouvrages à la main et leur a montré sa belle bibliothèque. Le fils [Ernst August] de [Claude Guillaume] de La Bergerie, dont Vernet avait été ami à Genève, ne les a point quittés. Ils avaient espéré voir le roi d'Angleterre [George II] qui était attendu mais son arrivée a été différée. Ils avaient une lettre de recommandation pour l'un des amis de [Marc-André (?)] Sarasin à Brême qui leur a été très utile. Ils ont visité la ville en une demi-journée et ont couché le soir à Oldenburg où ils sont arrivés avec un chariot de poste qu'ils avaient pris pour eux seuls; c'est la seule voiture dans ce pays-là. Heureusement qu'ils ont traversé un pays de sable si bien qu'ils n'ont pas senti la rudesse du chariot; en revanche devoir s'astreindre à la lenteur de la poste et cela sans rien comprendre de la langue, c'était très pénible. Le peu d'allemand que Simon sait ne vaut rien dans ce pays. En plus les gîtes sont très mauvais et on serait mal à l'aise si on n'avait pas de provisions, comme du pain, de la viande froide et des coussins. La plupart du temps ils ont dû en effet coucher sur la paille mais il est bon de tâter de tout, cela fait partie de l'utilité des voyages. En revanche, ce qui est bien en Allemagne, c'est qu'on y voyage en toute sécurité. C'est pourquoi ils ont renvoyé à JA les deux pistolets. Le dernier trait du voyage jusqu'à Groningue s'est fait en bâteau et a duré dix heures. Arrivés à Groningue, ils se sont mis à la recherche d'une auberge mais [Jean I] Barbeyrac, qu'un Français avait averti de leur arrivée, est allé les chercher en robe de chambre et les a obligés à venir chez lui. Malgré eux, le séjour s'est prolongé et ils en ont profité pour faire blanchir leur linge; ils voulaient aussi attendre l'arrivée de [Everst Joost Lewe van] Aduard qui est allé faire un tour en Hollande. On l'attend incessamment mais ils ont décidé de partir demain pour Amsterdam. Ils ont été très contents de rester à Groningue parce qu'ils ont été reçu avec davantage de cordialité que de façons. Ils ont visité certains des professeurs, le bourgmestre Gockinca qui est un homme de lettres et Butterman, ministre anabaptiste qui fait grand cas des ouvrages de JA. Il a traduit en chaire la Nubes Testium de JA en disant à ses paroissiens qu'il ne pouvait rien leur dire de meilleur. JA n'aurait probablement jamais pensé être prêché dans une Église anabaptiste! Ils apprécient de lui le principe de tolérance et l'idée d'un christianisme ramené à la pratique. C'est [Jean-Pierre] de Crousaz qui lui a donné l'occasion de le connaître. Ils ont été bien heureux d'être agréablement installés chez Barbeyrac quand la pluie continuelle les a enfermés du matin au soir. JA les avait exhorté à arriver en Hollande avant les grandes chaleurs, ils y sont arrivés assez tôt pour avoir encore froid. Vernet a prêché dimanche à l'Église française; il y avait beaucoup de professeurs et de magistrats qui lui ont témoigné avoir été contents de sa prédication. Les gens de Hollande seront plus difficiles. Barbeyrac a reçu la lettre de JA pour [Nicolas] Fatio [de Duillier] un ordinaire après les leurs. Vernet joint le compte de leurs dépenses [non parvenu]. Simon est soigneux, sage et fidèle; il est aussi très sensible aux marques d'affection, raison pour laquelle Vernet lui a dit que dans la dernière lettre de JA il y avait quelques mots pour lui. Un PS ajoute qu'ils ont dû retarder leur départ de Groningue à cause du mauvais temps et du retour de van Aduard et de son fils [Evert Joost (?)] van Hoogkerk. Ils ont passé une journée très agréable dans sa terre.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Groningue

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02146_4367-1_ug72587_turrettini_file.jpg

page 2


02147_4367-2-3_ug72588_turrettini_file.jpg

page 3

02148_4367-4_ug72589_turrettini_file.jpg