63 Lettres

Lettre 4217 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Berne 11.04.1731

Pour aujourdui vous

Dimanche après le prêche (pour lequel Vernet a eu un bel auditoire), ils ont eu l'honneur de faire la révérence à [Hieronymus] d'Erlach. Celui-ci a beaucoup loué le but du voyage et assuré que LL.EE. donneraient toutes les facilités, comme par exemple demander aux baillis de faire assembler tous les Vaudois. Vernet répondit que cela n'était pas nécessaire mais que ce dont ils avaient besoin c'était de pouvoir agir avec la permission de LL.EE. D'Erlach a réitéré qu'il présenterait le sujet des le...

+ 2 pages

page 1

02107_4217-1-2_ug72336_turrettini_file.jpg

page 2


02108_4217-3-4_ug72337_turrettini_file.jpg

page 3

02109_4217-5-6_ug72338_turrettini_file.jpg

page 4


02110_4217-7-8_ug72339_turrettini_file.jpg

Lettre 4217 de Jacob Vernet à Jean-Alphonse Turrettini

Berne 11.04.1731


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.V.1

Extrait dans Budé, Vie de Vernet, p.36-40.


Pour aujourdui vous


Dimanche après le prêche (pour lequel Vernet a eu un bel auditoire), ils ont eu l'honneur de faire la révérence à [Hieronymus] d'Erlach. Celui-ci a beaucoup loué le but du voyage et assuré que LL.EE. donneraient toutes les facilités, comme par exemple demander aux baillis de faire assembler tous les Vaudois. Vernet répondit que cela n'était pas nécessaire mais que ce dont ils avaient besoin c'était de pouvoir agir avec la permission de LL.EE. D'Erlach a réitéré qu'il présenterait le sujet des lettres qu'ils lui ont présentées et que tout se ferait dans la plus grande discrétion par égard à ceux qui font de telles charités. On leur donnerait une patente qui attesterait qu'ils sont chargés d'une mission louable et qu'il faut les seconder. Le Sénat les a laissés libres d'exécuter à leur guise la commission, suivant les indications du donateur et a mis [Auguste] de Trey à leur disposition. Quant à la somme et à la proportion qu'on doit garder, on s'est limité à dire qu'il fallait secourir les plus nécessiteux, notamment les vieillards et les infirmes. On a seulement remarqué qu'il aurait été souhaitable que ce secours fût venu plus tard puisqu'actuellement ces gens-là ne souffrent pas. En effet il y a à Berne un Dalençon, envoyé du roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] pour offrir à tous les Vaudois qui voudraient aller s'établir là-bas des terres et du pain. C'est un ami d' [Antoine] Achard et il loge à la même auberge que Vernet et les autres; jusqu'à présent, il n'a pas eu beaucoup de succès mais il se peut que quelques familles, ayant perdu l'espoir de revenir dans les Vallées, acceptent l'offre. Le duc de Wurtemberg [Eberhard Ludwig] fait des propositions analogues. Deux députés sont partis hier pour Aarau pour conférer avec ceux de Zurich au sujet de ces pauvres gens. On serait bien content de se soulager en partie du fardeau et même si on agit avec beaucoup de charité on attend que cela prenne fin. Le roi de Sardaigne [Charles-Emmanuel III] avait donné un terme pour le mois d'avril; c'est une nouvelle raison d'espérer que les choses se résolvent d'ici un mois ou deux. De Mutach a été chargé d'insinuer à de Trey, avec beaucoup de ménagement, la réflexion issue de ces diverses considérations. On a insisté sur le fait qu'on veut constituer des réserves et aider dès maintenant les infirmes et les vieillards. De Mutach et les deux avoyers [Christoph Steiger et d'Erlach] ont approuvé et on a pu agir en conséquence. Les Vaudois qui sont ici sont très bien entretenus; une vingtaine seulement a besoin d'une aide et une quarantaine d'écus a suffi. Il faudrait regarder plutôt du côté de ceux qui sont éloignés de la capitale; le millier d'écus que Vernet a pris devrait suffire tant pour le pays alémanique que pour le pays romand. En distribuant l'argent on déclare qu'il est réservé aux infirmes et aux vieillards. De Trey les aide beaucoup, notamment pour ce qui concerne Payerne, sa patrie. Il veut bien prendre sur lui toute la distribution de Moudon, qui est tout près; cela leur évitera de faire la montée, bien rude, de Yverdon à Moudon. Pour bénéficier de la compagnie de de Trey, ils iront à Neuchâtel en passant par Fribourg. Ils devraient y arriver vendredi ou samedi. Aujourd'hui ils ont eu l'honneur de dîner chez d'Erlach qui les a reçus avec beaucoup de civilités. Ils ont aussi pris congé de Steiger, qui est un homme plein de piété et de douceur. [Jean-Alphonse Rosset] de Rochefort ne réussira pas dans ce qu'il souhaite, les difficultés sont trop nombreuses. Son père [Marc-Benjamin] les a pressés d'aller loger chez lui à Lausanne. Le fils de JA, qui n'a pas le temps d'écrire par ce courrier, se porte bien.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Berne

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

02107_4217-1-2_ug72336_turrettini_file.jpg

page 2


02108_4217-3-4_ug72337_turrettini_file.jpg

page 3

02109_4217-5-6_ug72338_turrettini_file.jpg

page 4


02110_4217-7-8_ug72339_turrettini_file.jpg