47 Lettres

Lettre 4195 de Hans Heinrich II Ott à Jean-Alphonse Turrettini

Lambeth House (Londres) 15.01.1731 [04.01.1730/1]

I take this opportunity

Ott présente ses vœux à JA à l'occasion de la nouvelle année. Il n'a pas encore reçu le paquet auquel JA fait allusion dans sa lettre de novembre mais il a su par [Pierre] Du Noyer, un imprimeur installé à Londres, qu'un tel paquet de livres était annoncé de Hollande pour l'archevêque [Wake]. Il est impatient de voir la peinture et remercie JA de la peine qu'il s'est donnée pour elle; il la gardera toujours devant les yeux. Il insiste pour pouvoir la payer. Wake est de plus en plus faible; cela...

+ 1 pages

page 1

00613_4195-1_ug72302_turrettini_file.jpg

page 2


00614_4195-2-3_ug72303_turrettini_file.jpg

page 3

00615_4195-4_ug72304_turrettini_file.jpg

Lambeth House (Londres) 15.01.1731 [04.01.1730/1]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (Ang)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.O.5


I take this opportunity


Ott présente ses vœux à JA à l'occasion de la nouvelle année. Il n'a pas encore reçu le paquet auquel JA fait allusion dans sa lettre de novembre mais il a su par [Pierre] Du Noyer, un imprimeur installé à Londres, qu'un tel paquet de livres était annoncé de Hollande pour l'archevêque [Wake]. Il est impatient de voir la peinture et remercie JA de la peine qu'il s'est donnée pour elle; il la gardera toujours devant les yeux. Il insiste pour pouvoir la payer. Wake est de plus en plus faible; cela fait longtemps qu'il n'a plus quitté la maison et même à l'intérieur il n'est pas en mesure de se mouvoir tout seul et a besoin de l'aide de quelqu'un. Tout le monde a été surpris en Angleterre de l'abdication du roi de Sardaigne [Victor-Amédée II]. Le tableau que JA brosse des pauvres Vaudois est vraiment triste; malheureusement, ils sont de plus en plus faiblement défendus. L'année dernière, l'archevêque avait reçu plusieurs mémoires sur la condition des Vaudois de la vallée de Pragelas; Wake, qui n'était pas en mesure d'aller à la Cour, les envoya, accompagnés d'une lettre, à la reine [Caroline Wilhelmina]. Celle-ci en fut très émue et fit appeler l'envoyé du roi de Sardaigne [Osorio-Alarcon] qui nia tout, prétendant qu'il n'y avait que quelques vagabonds que la pauvreté avait poussé à quitter leur pays. Ott a peur qu'on l'ait cru. Il pense aussi que l'excessive indiscrétion de certains d'entre eux a affaibli la charité de leurs amis et diminué leur zèle à les aider. JA lui-même a raconté comment ils se sont conduits à l'égard de [Michel] Léger et ils ont fait de même avec Chetwynd, leur plus chaud partisan en Angleterre. Ils ont envoyé plusieurs lettres en insinuant qu'il aurait gardé pour lui l'argent qui leur était destiné, alors qu'il est le seul à s'affairer pour eux. Mais il faut penser aux souffrances de ce pauvre peuple, privé de la possibilité d'exercer ses droits religieux et Ott va essayer de faire son possible. Il faudrait que les Cantons protestants, avec leurs confédérés, écrivent au roi [George II] en lui recommandant d'intercéder en faveur de ces pauvres persécutés, en ayant soin de détailler toutes les circonstances et même les noms des expulsés et la façon dont ils l'ont été. Il espère qu'une telle relation, bien documentée, pourra le convaincre; c'est la seule manière efficace d'agir avec la Cour d'Angleterre. Ott est surpris des doutes persistants de [Jean] Dassier au sujet de la commission dont il s'est chargé pour lui, après tout ce qu'il lui a écrit, tant en anglais qu'en français. Il prie JA de lui demander les trois lettres qu'il lui a écrites dans lesquelles JA verra tout le détail expliqué. Quant à ce que JA veut savoir, le voici: 1) il a transmis lui-même les médailles au roi et les lui a laissées 2) il a demandé au roi la permission que Dassier dédicace la série à Sa Majesté, ce à quoi le roi a répondu par une inclination de la tête (?) [un geste de salutation (?)], ce qu'il laisse à l'interprétation de Dassier; quant à Ott, il l'interprète comme une réponse positive. Il a déjà dit tout cela à Dassier dans ses lettres. Le roi a récemment montré les médailles à la reine et les deux en ont été satisfaits. Il ne comprend donc pas pourquoi Dassier se montre si soupçonneux; peut-être attendait-il une récompense mais Ott lui avait dit qu'il n'était pas la personne adéquate pour solliciter une telle chose. Il explique par la suite les raisons qui l'ont empêché de répondre plus tôt à la lettre de JA; elles consistent dans les nombreux voyages et occupations que lui a occasionnés le contexte de l'installation de l'évêque de Petersborough [Clavering]. L'évêque de Lichfield [Chandler], bon ami d'Ott, succède au docteur Talbot, évêque de Durham; l'évêque de Saint Davids [Smalbroke] va à Lichfield et Sydall, doyen de Cantorbéry, va à Saint Davids. Il vient de recevoir à l'instant une nouvelle lettre de JA.

Adresse

Genève


Lieux

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

00613_4195-1_ug72302_turrettini_file.jpg

page 2


00614_4195-2-3_ug72303_turrettini_file.jpg

page 3

00615_4195-4_ug72304_turrettini_file.jpg