207 Lettres

Lettre 4175 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 04.11.1730

Ce que vous me dites

Ostervald est heureux d'apprendre la maniĂšre cordiale dont la VĂ©nĂ©rable Compagnie a reçu l'avis de celle de NeuchĂątel; malheureusement la mĂȘme lettre lui apprend que l'Ă©tat de santĂ© de JA n'est pas bon, ce qui augmente son inquiĂ©tude; il redouble ses vƓux. Ostervald est Ă©galement trĂšs chagrinĂ© d'apprendre le triste accident qui a enlevĂ© [MichĂ©e] Jallabert, veuve de feu son bon ami le professeur [Étienne]. Il en avait connaissance puisque le frĂšre de la victime [Jean Tronchin] lui en avait donnĂ©...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f148r_ug64946_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f148v_ug64947_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f149r_ug64948_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f149v_ug64949_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 04.11.1730


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 491 (f.148-149)


Ce que vous me dites


Ostervald est heureux d'apprendre la maniĂšre cordiale dont la VĂ©nĂ©rable Compagnie a reçu l'avis de celle de NeuchĂątel; malheureusement la mĂȘme lettre lui apprend que l'Ă©tat de santĂ© de JA n'est pas bon, ce qui augmente son inquiĂ©tude; il redouble ses vƓux. Ostervald est Ă©galement trĂšs chagrinĂ© d'apprendre le triste accident qui a enlevĂ© [MichĂ©e] Jallabert, veuve de feu son bon ami le professeur [Étienne]. Il en avait connaissance puisque le frĂšre de la victime [Jean Tronchin] lui en avait donnĂ© avis. Il a toujours eu beauoup d'affection pour la famille de feu [Louis I] Tronchin. Ce que JA lui dit d'un certain pays est bien affligeant; on n'a aucune nouvelle de cet endroit-lĂ  mais le silence lui-mĂȘme est trĂšs parlant. À propos du double mariage, Ostervald, quand il Ă©crivit Ă  la reine [Sophia Dorothea] pour la remercier de ce qu'elle avait fait quand le fils d'Ostervald [Samuel] briguait la charge de maire de Valangin, lui toucha un mot de ce mariage qui devait faire le bonheur des deux royaumes. La souveraine tĂ©moigna que cette lettre lui avait fait plaisir; Ă  l'Ă©poque – au mois de juin – on croyait la chose sĂ»re et le roi [Friedrich Wilhelm I] avait annoncĂ© le mariage de la princesse [Frederica Augusta Sophie Wilhelmina (?)], mais les choses ont bien changĂ© depuis. Ostervald termine en disant combien la lettre de la VĂ©nĂ©rable Compagnie, lue devant l'assemblĂ©e, les a rĂ©confortĂ©s.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f148r_ug64946_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f148v_ug64947_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f149r_ug64948_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f149v_ug64949_turrettini_file.jpg