277 Lettres

Lettre 4152 de Jean-Rodolphe II Ostervald Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 08.07.1730

M. Roques mon

Ostervald remercie JA des deux dissertations qu'il lui a envoyĂ©es par le biais de Roques [Dissertatio de existentia Dei, 1730; Dissertatio de adtributis Dei, 1730] ; ce que JA dit est solide, sensible et va droit au cƓur. Si tout le monde Ă©crivait la thĂ©ologie de cette façon, il y aurait moins de gens dont la foi est aveugle; surtout on ne pourrait pas dire ce qu'on reproche aux thĂ©ologiens, Ă  savoir qu'on peut lire des volumes entiers de leurs ouvrages sans que le cƓ...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_492_f019r_ug65212_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_492_f019v_ug65213_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_492_f020r_ug65214_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_492_f020v_ug65215_turrettini_file.jpg

BĂąle 08.07.1730


Lettre originale non autographe, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 492 (f.19-20)


M. Roques mon


Ostervald remercie JA des deux dissertations qu'il lui a envoyĂ©es par le biais de Roques [Dissertatio de existentia Dei, 1730; Dissertatio de adtributis Dei, 1730] ; ce que JA dit est solide, sensible et va droit au cƓur. Si tout le monde Ă©crivait la thĂ©ologie de cette façon, il y aurait moins de gens dont la foi est aveugle; surtout on ne pourrait pas dire ce qu'on reproche aux thĂ©ologiens, Ă  savoir qu'on peut lire des volumes entiers de leurs ouvrages sans que le cƓur en soit touchĂ©. JA a sĂ»rement entendu parler de l'affaire du diacre [Johann Jakob] Wettstein que le Magistrat a dĂ©posĂ© et remplacĂ© par [Andreas] Zwinger, fils de l'ancien antistĂšs [Johann Rudolf]. Un long mĂ©moire, que les thĂ©ologiens ont fait imprimer [Acta oder Handlungen Betreffen], renferme les hĂ©rĂ©sies de l'accusĂ© et montre la soliditĂ© des accusations. Cette affaire a fait un grand bruit et a partagĂ© les esprits. Il s'agit en tout cas de points fondamentaux qui touchent l'essence de la religion et cela sans considĂ©rer l'esprit railleur et hautain de Wettstein. En plus il dĂ©bitait ses doctrines non seulement dans les collĂšges des thĂ©ologiens mais aussi dans les sermons. Il se serait nĂ©anmoins tirĂ© d'affaire s'il avait voulu avouer la vĂ©ritĂ© en demandant du temps pour s'Ă©clairer et confĂ©rer avec ces messieurs mais il a toujours refusĂ© cela. En outre il a parlĂ© des thĂ©ologiens (le ministĂšre ne s'est pas mĂȘlĂ© de cette affaire, Ă  l'exception de [Johann Heinrich] Gernler) d'une maniĂšre propre Ă  les rĂ©volter. Si on l'avait laissĂ© Ă  sa place, il y aurait eu un grand tumulte car plusieurs membres de l'assemblĂ©e avaient dĂ©clarĂ© que jamais ils ne communieraient de sa main ni ne lui feraient administrer le baptĂȘme Ă  leurs enfants. Ostervald raconte tout ceci, qui est la stricte vĂ©ritĂ©, parce qu'il a su que plusieurs personnes s'Ă©taient employĂ©es Ă  rĂ©pandre Ă  GenĂšve une autre version de l'affaire, prĂ©sentĂ©e comme le fruit de la passion aveuglĂ©e des professeurs et de leur orthodoxie intolĂ©rante. Ces mĂȘmes professeurs ont appris avec douleur que certains de leurs disciples avaient dĂ©bitĂ© des choses dĂ©nuĂ©es de tout fondement. Ostervald n'a jamais pris parti dans cette affaire qui ne le concerne guĂšre; il n'a d'ailleurs jamais Ă©tĂ© mĂ©content de Wettstein, au contraire. C'est du reste dommage parce que c'est un homme qui a de beaux talents, des lumiĂšres et qui sait bien les manifester. Ostervald aimerait que personne ne sache qu'il lui a Ă©crit sur cette affaire; s'il s'est dĂ©cidĂ© Ă  le faire, c'est parce qu'il a su qu'un partisan de Wettstein lui a racontĂ© les choses Ă  sa maniĂšre. S'il le dĂ©sire, il pourra lui envoyer l'Ă©crit allemand publiĂ© par le Conventus theologicus. Il paraĂźt qu'on va vendre la bibliothĂšque du professeur [Johannes] Zwinger (le prĂ©dĂ©cesseur de [Samuel] Werenfels) et que le catalogue est dĂ©jĂ  imprimĂ©. S'il y a des choses intĂ©ressantes, Ostervald pourra les lui envoyer. Son Ă©tat de santĂ© est toujours triste et il est incroyable qu'une mĂȘme maladie puisse produire un tel nombre d'accidents. Il prĂȘche pourtant tous les quinze jours. Il faut se soumettre Ă  la volontĂ© de Dieu mais il aimerait pouvoir mieux le faire. Roques continue son Moreri [Le Grand Dictionnaire, 1731-1732], c'est un ouvrage de longue haleine. Il aimerait savoir s'il est vrai qu'on imprime un volume de sermons de feu l'excellent [Samuel] Turrettini.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_492_f019r_ug65212_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_492_f019v_ug65213_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_492_f020r_ug65214_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_492_f020v_ug65215_turrettini_file.jpg