45 Lettres

Lettre 4108 de Jean-Pierre Crousaz  à Jean-Alphonse Turrettini

Kassel 01.11.1729

Il y a... eu l'honneur

De Crousaz avait pensĂ© qu'on lui confierait l'Ă©ducation du prince d'Orange [Willem IV Karel Hendrik Friso van Oranje-Nassau] et il avait Ă©tĂ© trĂšs bien reçu Ă  la Cour, notamment par la rĂ©gente [Marie van Oranje-Nassau] mais les intrigues de ceux qui Ă©taient opposĂ©s Ă  cette vocation firent Ă©chouer le projet. Il se trouve maintenant Ă  Kassel oĂč il a la charge d'Ă©duquer le jeune prince [Friedrich II] dans la Cour paternelle. Il a essayĂ© depuis le dĂ©but de gagner la confiance de ce jeune homme et de...

+ 1 pages

page 1

1094_4108-1_ug72184_turrettini_file.jpg

page 2


1095_4108-2-3_ug72185_turrettini_file.jpg

page 3

1096_4108-4_ug72186_turrettini_file.jpg

Kassel 01.11.1729


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.C.36

Budé, Lettres, I, p.298-303. Omissions.


Il y a... eu l'honneur


De Crousaz avait pensĂ© qu'on lui confierait l'Ă©ducation du prince d'Orange [Willem IV Karel Hendrik Friso van Oranje-Nassau] et il avait Ă©tĂ© trĂšs bien reçu Ă  la Cour, notamment par la rĂ©gente [Marie van Oranje-Nassau] mais les intrigues de ceux qui Ă©taient opposĂ©s Ă  cette vocation firent Ă©chouer le projet. Il se trouve maintenant Ă  Kassel oĂč il a la charge d'Ă©duquer le jeune prince [Friedrich II] dans la Cour paternelle. Il a essayĂ© depuis le dĂ©but de gagner la confiance de ce jeune homme et de lui faire sentir qu'il avait du plaisir Ă  l'Ă©clairer et Ă  l'instruire; il a dĂ» s'occuper non seulement de l'esprit mais aussi du corps, en lui apprenant Ă  monter Ă  cheval, Ă  danser, Ă  prendre de l'exercice, bref Ă  en faire un soldat. Heureusement ce prince fait l'admiration de tout le monde, en Allemagne et Ă  l'Ă©tranger; le roi d'Angleterre [George II] lui a mĂȘme promis en mariage sa fille [Mary de Braunschweig-LĂŒneburg-Hanovre]. Il rĂ©ussit aussi bien sur les champs de bataille que dans les Ă©tudes. De la façon dont les choses sont organisĂ©es, de Crousaz a pu reprendre, avec un plaisir doublĂ© d'un nouvel enthousiasme, ses anciennes activitĂ©s. L'Ă©ducation de son Ă©lĂšve n'en subit aucun prĂ©judice. Sa santĂ© est dans le mĂȘme Ă©tat qu'il y a 40 ans, Ă  quelques inconvĂ©nients prĂšs auxquels il a toujours Ă©tĂ© sujet. Les sciences et le ministĂšre sont dans un triste Ă©tat, lĂ  oĂč il se trouve; la profession de pasteur est considĂ©rĂ©e comme un avilissement et les acadĂ©mies sont dans une telle situation qu'on en sort sans politesse, sans savoir-vivre et sans savoir tout court. Le ministre de la Cour, qui est un homme de mĂ©rite, voit tout cela et en est affligĂ© sans en ĂȘtre dĂ©couragĂ©. Il est vĂ©ritablement Ă©clairĂ© et vĂ©ritablement chrĂ©tien; il connaĂźt et pratique la vraie mĂ©thode de prĂȘcher. De Crousaz essaie d'inspirer au prince l'amour des ministres et de la religion et invite le ministre deux fois par semaine pour les repas. Il a achevĂ© son Examen du pyrrhonisme et l'aurait donnĂ© plus tĂŽt Ă  l'imprimeur s'il n'avait trouvĂ© Ă  propos et mĂȘme nĂ©cessaire de convaincre les courtisans Ă  ne pas s'effaroucher d'un homme de lettres. Il en envoie le plan Ă  JA et lui demande conseil sur l'opportunitĂ© de le publier par souscription; son correspondant est toujours le centre de la RĂ©publique des Lettres.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Kassel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

1094_4108-1_ug72184_turrettini_file.jpg

page 2


1095_4108-2-3_ug72185_turrettini_file.jpg

page 3

1096_4108-4_ug72186_turrettini_file.jpg