85 Lettres

Lettre 4065 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 18.06.1729

J'avois resolu de vous

Ostervald est toujours inquiet pour la santĂ© de JA et il fait des priĂšres intenses pour que Dieu veuille le conserver, pour le bien de l'Église et de l'AcadĂ©mie de GenĂšve. Il souffre de beaucoup d'incommoditĂ©s mais il est surpris que malgrĂ© cela l'intĂ©rieur et le coffre se soutiennent. [Hans Heinrich II] Ott lui a malheureusement appris d'un cĂŽtĂ© que la santĂ© du prĂ©lat [Wake] s'affaiblissait et de l'autre que l'irreligion Ă©tait en grande progression en Angleterre sans qu'on voie de remĂšde possib...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f122r_ug64898_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f122v_ug64899_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f123r_ug64900_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f123v_ug64901_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 18.06.1729


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 491 (f.122-123)


J'avois resolu de vous


Ostervald est toujours inquiet pour la santĂ© de JA et il fait des priĂšres intenses pour que Dieu veuille le conserver, pour le bien de l'Église et de l'AcadĂ©mie de GenĂšve. Il souffre de beaucoup d'incommoditĂ©s mais il est surpris que malgrĂ© cela l'intĂ©rieur et le coffre se soutiennent. [Hans Heinrich II] Ott lui a malheureusement appris d'un cĂŽtĂ© que la santĂ© du prĂ©lat [Wake] s'affaiblissait et de l'autre que l'irreligion Ă©tait en grande progression en Angleterre sans qu'on voie de remĂšde possible Ă  une telle situation. Quant aux protestants, ils perdent tous les jours du terrain; il comprend ce que JA a voulu lui dire Ă  ce sujet. En Angleterre aussi on est inquiet mĂȘme si on affirme qu'il n'y a rien Ă  craindre. Il faut prier Dieu pour qu'il suscite des princes religieux. Les dĂ©putĂ©s qui ont Ă©tĂ© Ă  Berlin [Jean-Louis Chouppard, David Vattel et Abraham II Perrot] ont racontĂ© Ă  leur retour que quand le prince royal [Karl Friedrich de Brandebourg-Prusse] avait Ă©tĂ© reçu Ă  la communion, il avait proclamĂ© devant le roi [Friedrich Wilhelm I] et la reine [Sophia-Dorothea] qu'il n'abandonnerait jamais la religion et prĂ©fĂ©rerait renoncer Ă  la couronne plutĂŽt que de trahir sa foi. C'est un exemple trĂšs Ă©difiant. [Rodolphe] Chambrier avait dit Ă  Ostervald que le syndic [Jean-Robert] Chouet Ă©tait assez mal mais le silence de JA Ă  ce propos lui laisse espĂ©rer un rĂ©tablissement. Il a examinĂ© Chambrier qui lui a semblĂ© avoir fait Ă  GenĂšve des progrĂšs en hĂ©breu, en histoire et en thĂ©ologie; en revanche il ne peut rien dire pour ce qui concerne la prĂ©dication ne l'ayant pas encore entendu. On pourrait bien l'admettre Ă  l'examen avec Godefroy de Berlin [Benjamin] qui a demandĂ© Ă  ĂȘtre reçu au ministĂšre. C'est un digne Ă©lĂšve de Lenfant, plein de sagesse et de lumiĂšres. Il demeure ici au chĂąteau car il est le neveu de Madame la gouvernante [Marie de Froment]. Ostervald signale dans le PS que dans la nouvelle version du Nouveau Testament [GenĂšve, 1726] manquent des mots dans Rm 7,23.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f122r_ug64898_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f122v_ug64899_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f123r_ug64900_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f123v_ug64901_turrettini_file.jpg