66 Lettres

Lettre 3928 de Jean IV Sarasin Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Londres 26.02.1728 [15/26.02.1727/8]

J'ay reçeu à mon retour

Sarasin, qui est resté deux mois à Cambridge, s'est acquitté à son retour des commissions dont JA l'avait chargé dans sa lettre. Il a notamment remis à l'archevêque [Wake] la médaille de [Louis I (?)] Tronchin. Il a acheté les journaux de [Michel] de La Roche [New Memoirs] qui commencent en janvier 1725 et s'achèvent en décembre 1727. Il compte les envoyer à la première occasion. De La Roche, qui est sensible au fait que JA se rappelle de lui, a arrêté son périodique anglais et aimerait e...

page 1

01285_3928-1-2_ug71889_turrettini_file.jpg

page 2


01286_3928-3-4_ug71890_turrettini_file.jpg

Lettre 3928 de Jean IV Sarasin Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Londres 26.02.1728 [15/26.02.1727/8]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.S.6


J'ay reçeu à mon retour


Sarasin, qui est resté deux mois à Cambridge, s'est acquitté à son retour des commissions dont JA l'avait chargé dans sa lettre. Il a notamment remis à l'archevêque [Wake] la médaille de [Louis I (?)] Tronchin. Il a acheté les journaux de [Michel] de La Roche [New Memoirs] qui commencent en janvier 1725 et s'achèvent en décembre 1727. Il compte les envoyer à la première occasion. De La Roche, qui est sensible au fait que JA se rappelle de lui, a arrêté son périodique anglais et aimerait en publier un en français; mais en Hollande on imprime déjà un journal de livres anglais [Bibliothèque angloise] et il craint qu'un périodique de ce genre ne se débite pas assez. Il se demande en revanche si on ne pourrait pas pallier cet inconvénient en le faisant imprimer à Genève qui est plus central; on pourrait ainsi le faire passer plus facilement en France et en Italie. De La Roche aimerait avoir là-dessus l'avis de JA. On voit depuis peu de jour les leçons de JA sur l'interprétation de l'Écriture [De methodo] imprimées dans un petit volume in-12° et précédées d'une préface très élogieuse envers l'auteur. Publier ainsi des ouvrages à l'insu de l'auteur devrait inciter celui-ci à donner au public ses autres travaux. Mosheim a écrit d'Allemagne au vice-chancelier de l'Université de Cambridge [Snape (?)] qu'il a l'intention de traduire en latin le système intellectuel de Cudworth [Ienæ, 1733] et prie l'université de lui transmettre les manuscrits et tout ce qui est en sa possession. On lui enverra le peu qu'on a. [Philippe] Archimbaud a écrit de Hollande à Sarasin qu'on pensait appeler [Charles] Chais à La Haye pour remplacer [Henri] Châtelain parti à Amsterdam. Voilà ce qui est de l'affaire [Isaac] de Beausobre. Celui-ci, n'étant plus obligé de quitter Berlin à cause des améliorations obtenues, a écrit aux amis de Londres qui pensaient l'appeler. Sarasin transcrit là une partie de la lettre que de Beausobre a écrite à l'un d'entre eux; dans celle-ci il reproche aux ministres d'avoir voulu le faire passer pour un hérétique et un socinien mais incite son ami à la modération. Il ajoute qu'on lui a écrit d'Amsterdam que [Jacques] Abbadie se déchaînait contre lui et contre Lenfant de même que le fait la "ligue des ministres refugiés de Londres". Il se dit surpris de ces réactions et cela d'autant plus qu'il y a de la présomption à condamner un livre estimé en Suisse, en Allemagne, en Hollande et même en France et recommandé par les professeurs de Genève à leurs étudiants [Nouveau Testament, 1718]. Mais de Beausobre dit aussi ne pas vouloir être à l'origine de troubles ou de divisions et laisser à Dieu le jugement sur son livre. Il trouve en tout cas qu'on aurait mieux fait de soumettre l'ouvrage à une critique plutôt que de médire les auteurs parmi les réfugiés de Londres. Il conclut en regrettant quand même la mort d'Abbadie, qui avait pourtant brisé leur ancienne amitié et terni sa réputation par ses derniers ouvrages qui montrent que l'imagination est ce qu'il leur restait de meilleur. De Beausobre a envoyé un exemplaire de son Nouveau Testament au roi [George II] et à la reine [Caroline Wilhelmina]. [François II] Pictet se charge de l'envoi du portrait de Wake.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Londres

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

01285_3928-1-2_ug71889_turrettini_file.jpg

page 2


01286_3928-3-4_ug71890_turrettini_file.jpg