4245 Lettres

Lettre 3901 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 19.12.1727

Nihil tam grave

Werenfels est un correspondant trĂšs nĂ©gligent et il en demande pardon Ă  JA. Il a lu l'ouvrage que son ami a Ă©crit [DĂ©fense] contre un adversaire qui lui est inconnu [Crinsoz de Bionnens]. Il trouve qu'il sait trĂšs bien se dĂ©fendre mais que cela ne valait pas la peine de le faire dans ce cas-lĂ . À l'avenir, JA ne doit pas s'abaisser Ă  rĂ©pondre Ă  de tels adversaires qui ne peuvent en aucune maniĂšre atteindre son honneur. Le seul point qui mĂ©rite une discussion est celui dont JA lui parle da...

page 1

00058_3901-1-2_ug71846_turrettini_file.jpg

page 2


00059_3901-3-4_ug71847_turrettini_file.jpg

BĂąle 19.12.1727


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-III

Budé, Lettres, III, p.430-432. Traduite en français. Omissions.


Nihil tam grave


Werenfels est un correspondant trĂšs nĂ©gligent et il en demande pardon Ă  JA. Il a lu l'ouvrage que son ami a Ă©crit [DĂ©fense] contre un adversaire qui lui est inconnu [Crinsoz de Bionnens]. Il trouve qu'il sait trĂšs bien se dĂ©fendre mais que cela ne valait pas la peine de le faire dans ce cas-lĂ . À l'avenir, JA ne doit pas s'abaisser Ă  rĂ©pondre Ă  de tels adversaires qui ne peuvent en aucune maniĂšre atteindre son honneur. Le seul point qui mĂ©rite une discussion est celui dont JA lui parle dans sa lettre, Ă  savoir si les articles essentiels du christianisme sont les mĂȘmes que les articles que Paul, Pierre et Jacques dĂ©clarent nĂ©cessaires au salut. Or, presque tout le monde convient de cela mais Werenfels se pose des questions. En effet les premiers lui paraissent quelque chose de fixe et d'Ă©tabli alors que les seconds peuvent varier d'aprĂšs la façon dont Paul, Pierre et Jean les comprennent et suivant les circonstances. Werenfels croit que c'est la pratique du chrĂ©tien qui dĂ©termine la thĂ©orie; si on sait quelle est la pratique qu'on demande Ă  un chrĂ©tien quelconque, on saura aussi quelle est la connaissance nĂ©cessaire Ă  cette pratique. Mais cela ne manque pas de difficultĂ©. Werenfels a lu d'un bout Ă  l'autre le Nouveau Testament français de GenĂšve [1726] ; il l'a fait non dans un esprit de critique – qui conviendrait mal Ă  son Ăąge – mais pour en profiter. Il l'a jugĂ©e la version la plus claire qu'il ait jamais lue. Il a juste un doute concernant les passages obscurs: doit-on les laisser comme tels ou doit-on leur donner le sens qui semble au traducteur le plus vraisemblable? Il remercie JA du portrait du vĂ©nĂ©rable [Louis I] Tronchin et lui demande d'ajouter le sien. Il invite enfin son ami Ă  prendre soin de sa santĂ©.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

00058_3901-1-2_ug71846_turrettini_file.jpg

page 2


00059_3901-3-4_ug71847_turrettini_file.jpg