209 Lettres

Lettre 3715 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 27.11.1726

Voicy deux ordinaires

MĂȘme en admettant que les deux Cours de Prusse et d'Angleterre soient un peu brouillĂ©es, le plan d'Ostervald demeure valable du moment que les liaisons personnelles et les Ă©gards que l'on a pour le roi d'Angleterre [George I] et la princesse de Galles [Caroline Wilhelmina de Braunschweig-LĂŒneburg-Hanovre] demeurent toujours. Il pense mĂȘme, en raison d'un certain projet de mariage, que les recommandations venant de ce pays-lĂ  auront un grand poids. Il y a du reste de plus en plus de raisons de so...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f095_001r_ug64842_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f095_001v_ug64843_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f095_002r_ug64844_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f095_002v_ug64845_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 27.11.1726


Lettre autographe, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 491 (f.95-95 bis)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.LXIV, n°119.


Voicy deux ordinaires


MĂȘme en admettant que les deux Cours de Prusse et d'Angleterre soient un peu brouillĂ©es, le plan d'Ostervald demeure valable du moment que les liaisons personnelles et les Ă©gards que l'on a pour le roi d'Angleterre [George I] et la princesse de Galles [Caroline Wilhelmina de Braunschweig-LĂŒneburg-Hanovre] demeurent toujours. Il pense mĂȘme, en raison d'un certain projet de mariage, que les recommandations venant de ce pays-lĂ  auront un grand poids. Il y a du reste de plus en plus de raisons de solliciter l'intervention de l'archevĂȘque [Wake], compte tenu des lettres que certains conseillers envoient Ă  la Cour pour faire rĂ©voquer ce qui a Ă©tĂ© accordĂ©. Ils ont ameutĂ© le peuple de Valangin et ils ont de leur cĂŽtĂ© celui qui peut tout [d'Ilgen]. Il faut donc que JA fasse partir incessamment la lettre d'Ostervald; Ă  l'occasion, il faudrait aussi que JA appuie cette dĂ©marche. Si les choses ne se rĂ©tablissent pas, ils seront livrĂ©s aux passions de gens sans religion. Le mois prochain, Ostervald enverra quelques essais pour la rĂ©vision de l'Ancien Testament. Le degrĂ© atteint par la fureur contre le maire [François de Chambrier] est inimaginable; son annĂ©e de suspension est proche de sa fin mais on fait tout le possible pour qu'il ne soit pas rĂ©tabli; c'est, comme pour tout le reste, l'ouvrage d'un seul homme. En effet, en dehors de lui, tous les autres ministres de la Cour rendent justice au mĂ©rite du maire. S'il ne s'agissait pas d'une affaire politique dans laquelle est impliquĂ© son beau-frĂšre, il en aurait dit un mot Ă  l'archevĂȘque. Mais il craint que cela ne soit mal pris. Le Magistrat de la ville non plus n'est pas bien vu par le ministre du roi, qui fait la pluie et le beau temps. Les brouilleries et les divisions augmentent tous les jours. On a fait deux piĂšces contre les ecclĂ©siastiques: la premiĂšre est constituĂ©e de thĂšses latines contre les ministres et leur autoritĂ©, l'autre ce sont des vers abominables adressĂ©s au peuple de Valangin pour qu'il se soulĂšve et rĂ©pande le sang des ecclĂ©siastiques. Le maire est fort maltraitĂ© et Ostervald est citĂ© sous le nom de Calehas. Les deux piĂšces ont paru en mĂȘme temps pour soulever les peuples; les vers traduisent bien les sentiments de certains et font beaucoup d'impression sur les Valanginois.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00491_f095_001r_ug64842_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00491_f095_001v_ug64843_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00491_f095_002r_ug64844_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00491_f095_002v_ug64845_turrettini_file.jpg