285 Lettres

Lettre 3462 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.02.1725 [12.02.1725 (n.s.)]

J'ai eu l'honneur de

JA remercie Wake de ses deux lettres et des pièces annexes qu'il lui a envoyées, dont la lettre du marquis de Courtances à [Thomas Pelhalm] de Newcastle et le mémoire sur l'état actuel de la réunion en Allemagne. Si JA n'a pas répondu plus tôt cela a été pour ne pas déranger son correspondant pris par ses multiples occupations. L'intervention des puissances protestantes a déjà eu un effet positif pour les pauvres frères des Vallées qui ont été très bien reçus par leur souverain [Victor-Amédée II...

Lettre 3462 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.02.1725 [12.02.1725 (n.s.)]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Christ Church Library (Oxford), Arch. W. Epist.31 (189)


J'ai eu l'honneur de


JA remercie Wake de ses deux lettres et des pièces annexes qu'il lui a envoyées, dont la lettre du marquis de Courtances à [Thomas Pelhalm] de Newcastle et le mémoire sur l'état actuel de la réunion en Allemagne. Si JA n'a pas répondu plus tôt cela a été pour ne pas déranger son correspondant pris par ses multiples occupations. L'intervention des puissances protestantes a déjà eu un effet positif pour les pauvres frères des Vallées qui ont été très bien reçus par leur souverain [Victor-Amédée II]. Il est convaincu que ce qu'on fait aussi en faveur de pauvres fidèles de Thorn [Torún] aura des suites favorables: si on ne peut pas redonner vie à ceux qui ont été martyrisés, on pourrait en revanche espérer voir en Pologne les choses rétablies comme elles étaient auparavant. On dit que le roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] fera passer des troupes là-bas et que le tsar [Pierre I] se joindra aux puissances protestantes. Certaines lettres d'Allemagne prétendent que ce prince songerait à se faire protestant mais JA n'ose pas le croire. Il y a trop peu d'honnêtes gens et trop d'entêtement dans ce pays-là, même si l'actuel souverain fait preuve d'une grande élévation d'esprit et d'un grand intérêt pour les sciences; mais cela concerne davantage la navigation et le commerce que l'étude et la religion. JA a fait savoir à Du Plan tout ce que Wake fait en faveur de ce qui le concerne. Il ne serait pas difficile de faire voir que la couronne d'Angleterre est intervenue souvent en faveur des protestants de France, même s'il s'agit de choses anciennes. Le 17 janvier, on a arrêté dans les Cévennes 16 personnes qui auraient été dénoncées par de faux frères; mais on n'a rien pu prouver contre elles et elles n'ont pas été prises lors d'une réunion. On peut donc espérer que l'affaire se calmera. Un de ces pauvres gens, se sachant recherché, est tombé du toit de la maison et est mort quelques jours plus tard; un autre s'est jeté dans un puit mais il y a été pris. Il faut tout mettre en œuvre, prières et bons offices, pour leur venir en aide. JA sait que les encouragements de Wake ont affermi le zèle un peu tiédi pour la réunification de certains ministres publics. Ce qui s'est passé à Thorn doit faire ouvrir les yeux aux luthériens ainsi qu'aux calvinistes rigides. JA a reçu d'Allemagne un écrit, destiné pour information aussi à l'envoyé d'Angleterre [Edward Finch (?)], dont les deux premiers articles affirment qu'on peut rechercher l'union avec les anglicans mais non avec les calvinistes. Les autres articles ne contiennent que des choses injurieuses contre les Églises réformées. JA a envoyé des remarques là-dessus en Allemagne où il affirme que les gens sages des deux partis doivent oublier les injures échangées (bien plus violentes, il est vrai, chez les luthériens). JA ne nie pas qu'une éventuelle union de l'Église luthérienne et de l'Église anglicane serait un bien en soi et pourrait entraîner par la suite celle avec les Églises calvinistes mais il pense que ce serait plus digne du roi d'Angleterre [George I] et des prélats de ce pays de ne pas abandonner les Églises réformées et notamment celle de Genève qui montre autant de vénération pour l'Église anglicane. Même les Cantons protestants, qui ne montrent pas beaucoup d'égards à ce qu'on leur demande de faire, témoignent un si grand désir de réunion qu'il serait trop dur de les laisser en arrière. Si une union particulière se faisait entre anglicans et luthériens, cela donnerait prétexte aux rigides qui se trouvent parmi eux d'insulter les réformés et de les maltraiter comme des frères abandonnés de tout le monde. Les réformés ont en Wake un protecteur mais qui peut dire quels seront les sentiments de ses successeurs? Voilà pourquoi cette union particulière serait davantage un traité de séparation et de schisme. Du reste, même si on regarde la question du point de vue politique, il est douteux qu'une telle union servirait les intérêts du roi d'Angleterre, alors qu'une union générale le ferait certainement. Il faudrait former une alliance entre le roi d'Angleterre, celui de Prusse, les couronnes du Nord et les autres États protestants. Une fois cette alliance constituée, il faudrait députer quelques personnes à négocier pour obtenir l'abolition du Consensus en Suisse, le relâchement par rapport à Dordrecht et pour faire raisonner les plus rigides d'entre les luthériens. [Antoine I] Maurice, le nouveau collègue de JA, a fait imprimer une oraison funèbre sur [Bénédict] Pictet dans laquelle il mentionne la bienveillance que Wake avait à l'égard du défunt. Puisqu' il est probable qu'il en enverra une copie au prélat, il serait bon que celui-ci le louât sur tout ce qu'il y a de modéré dans la pièce. Il pourrait même lui suggérer de concourir avec JA au projet de réunion. Comme c'est un homme très sensible aux louanges, cela pourrait contribuer à l'adoucir. JA a proposé vendredi dernier devant la Compagnie de cesser de faire mention, dans la consécration des ministres, du Synode de Dordrecht et du Consensus. Le sujet a été reporté au premier vendredi de juin. JA espère que cela passera. Il a appris avec douleur la mort de [Paul] L'Escot, son ancien précepteur. Il recommande à la bonté de Wake la veuve [Françoise] qui est très pauvre.

Adresse

[Angleterre]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Angleterre

Conservation

Oxford


Cités dans la lettre