202 Lettres

Lettre 3318 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 25.09.1723

Nous voila donc privez

À l'heure qu'il est, [Étienne] Jallabert doit être mort, d'après ce que JA et les Tronchin [Antoine et Jean] en ont écrit à Ostervald; dès que celui-ci a su que Parisot venait de Lyon pour le tailler, il a compris que c'était fini. C'était l'un de ses bons amis et de telles pertes ne se réparent pas; il forme des vœux pour la conservation de JA et de [Samuel] Werenfels. Son correspondant en particulier doit faire très attention à ne pas perdre le peu de santé qu'il a et à ne pas abuser de ses fo...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f236r_ug64556_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f236v_ug64557_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f237r_ug64558_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f237v_ug64559_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 25.09.1723


Lettre autographe, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 490 (f.236-237)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.LIX, n°109.


Nous voila donc privez


À l'heure qu'il est, [Étienne] Jallabert doit être mort, d'après ce que JA et les Tronchin [Antoine et Jean] en ont écrit à Ostervald; dès que celui-ci a su que Parisot venait de Lyon pour le tailler, il a compris que c'était fini. C'était l'un de ses bons amis et de telles pertes ne se réparent pas; il forme des vœux pour la conservation de JA et de [Samuel] Werenfels. Son correspondant en particulier doit faire très attention à ne pas perdre le peu de santé qu'il a et à ne pas abuser de ses forces quand il va mieux. C'est assez qu'il vive, il a déjà suffisamment travaillé. Il est bon que le duc de Saxe-Gotha [Friedrich II] ait écrit, et de façon si bien intentionnée, à JA. Il a raison de blâmer certains sentiments durs qu'on voudrait faire passer pour essentiels et qui devraient plutôt être rejetés comme dangereux; ce qu'il dit des réformés du Palatinat fait de la peine à Ostervald. [Jean-Henri] de Montmollin, gendre d'Ostervald, doit se rendre à Berlin appelé par le roi [Friedrich Wilhelm I] ; il passera par Ratisbonne et Ostervald lui a demandé de s'informer des affaires de la religion. Comment celles-ci pourraient-elles bien aller s'il n'y a, entre les protestants, ni union, ni hiérarchie, ni chefs? C'est l'abolition de l'épiscopat qui est à l'origine de tous ces désordres, comme celle des princes ruinerait la société. Le fils [Hans Heinrich II] de [Johann Baptista] Ott s'est rendu à Bâle et il s'en retourne à Zurich; l'affaire qu'il avait en justice matrimoniale lui a coûté mille gouldes et vingt ducats. Il est certain que les lettres que l'archevêque [Wake] a écrites sur la Formula ont contribué à ce qui est arrivé. Ostervald a vu l'ouvrage dont lui parle JA [Remarques sur le Catéchisme] ; il est d'un ministre réfugié nommé Combes et il a causé du déplaisir à l'archevêque qui s'en est ouvert à Ostervald. Voilà que celui-ci est réfuté et accusé d'hétérodoxie par deux écrits publics, l'un de Berlin [Naudé, Lettre apologétique] et l'autre de Londres. Il vient de recevoir une lettre de JA qui lui annonce le décès prévisible du cher ami [Jallabert] ; compte tenu de l'état dans lequel il était, cela a été une grâce de Dieu.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f236r_ug64556_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f236v_ug64557_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f237r_ug64558_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f237v_ug64559_turrettini_file.jpg