97 Lettres

Lettre 3267 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.05.1723 [12.05.1723 (n.s.)]

J'ai reçû dans son  tems

JA a écrit plusieurs fois à Wake et lui a aussi envoyé un récit très circonstancié de l'affaire très surprenante du major Davel; Wake trouvera ci-joint le dernier acte de cette tragédie où l'acteur a fait preuve d'une grande fermeté et de beaucoup de bons sentiments. Malheureusement les visions et les inspirations qu'il prétend avoir eues depuis sa jeunesse (mais dont il n'avait jamais parlé) font de lui un véritable fanatique. JA joint aussi deux lettres, l'une de Maichel et l'autre de [Jean-Pi...

Lettre 3267 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.05.1723 [12.05.1723 (n.s.)]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Christ Church Library (Oxford), Arch. W. Epist.31 (158)


J'ai reçû dans son  tems


JA a écrit plusieurs fois à Wake et lui a aussi envoyé un récit très circonstancié de l'affaire très surprenante du major Davel; Wake trouvera ci-joint le dernier acte de cette tragédie où l'acteur a fait preuve d'une grande fermeté et de beaucoup de bons sentiments. Malheureusement les visions et les inspirations qu'il prétend avoir eues depuis sa jeunesse (mais dont il n'avait jamais parlé) font de lui un véritable fanatique. JA joint aussi deux lettres, l'une de Maichel et l'autre de [Jean-Pierre] de Crousaz. Le Genevois a aussi reçu de [Daniel Ernst] Jablonski une lettre que le roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] a envoyée au sujet du Consensus [Friedrich Wilhelm I, "Aux Illustres", 1723] et qui est aussi pressante que celle du roi d'Angleterre [George I, "Aux Illustres", 1723]. Il paraît même que le Corps évangélique de Ratisbonne, animé par la Cour de Berlin, médite aussi d'envoyer une lettre. Si, après toutes ces démarches, rien ne sort de positif, cela voudra dire que l'entêtement est extrême. Si tel était le cas, on aurait un durcissement ultérieur des luthériens rigides qui sont déjà très échauffés. Cela détruirait toute espérance de réunification. En revanche, il vient de paraître à Heidelberg un écrit très modéré: les Pensées sur la réunion des protestants. Bien qu'écrit dans un très bon français, JA soupçonne que l'auteur [Brucker] soit un Allemand, car il y a des expressions qui ne sont pas françaises. JA en ignore toutefois l'identité; on peut dire seulement que c'est un esprit excellent qui connaît à fond l'histoire de l'Église et qui est plein de douceur. Il soutient deux principes qui devraient plaire à Wake: 1) les protestants devraient commencer par s'unir et "se concentrer" dans l'Église anglicane. JA transcrit à ce propos un passage du livre qui loue les mérites de l'Église d'Angleterre 2) la réunion devrait se faire par l'uniformité du service divin, notamment dans la manière de célébrer la cène. JA approuve personnellement sans réserve ces deux principes; mais il y aurait de la difficulté à convaincre beaucoup de théologiens rigides qui ne veulent rien céder ni rien adoucir. L'auteur affirme qu'il faudrait que les réformés abandonnent le synode de Dordrecht et les luthériens la Formule de concorde. Mais comment espérer que cela se produise si les Suisses ne veulent pas abandonner le Consensus qui porte sur des questions moins considérables? Une personne bien intentionnée à répandu à Zurich un écrit allemand intitulé Defensor fidei defensus qui a pour but de montrer les liens entre les rois d'Angleterre et l'Église de Zurich. À Berne les professeurs publient chaque jour des dissertations pour montrer le bien-fondé du Consensus; c'est une façon de contrer l'effet des lettres royales qui, sans cela, pourraient très facilement convaincre les politiques, comme le disent les lettres de différents magistrats. L'un d'entre eux affirme que cette affaire sera traitée à la Diète de la Saint-Jean.

Adresse

[Angleterre]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Angleterre

Conservation

Oxford


Cités dans la lettre