207 Lettres

Lettre 3252 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 24.02.1723

J'ay reçu la lettre

Ostervald est heureux d'apprendre que l'Ă©tat de JA s'est amĂ©liorĂ©. Il ne savait pas comment s'Ă©taient terminĂ©es Ă  Berne les affaires des anticonstitutionnaires; comme JA le dit, cela donnera lieu Ă  la dissimulation et Ă  l'hypocrisie. Ostervald ne peut pas digĂ©rer ce Serment; il ne voit pas comment un homme consciencieux peut le prĂȘter, seulement parce que le Souverain a prescrit d'observer telle ou telle doctrine. Dans cette optique les rĂ©formĂ©s de France n'auraient eu qu'Ă  obĂ©ir Ă  Louis ...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f218r_ug64520_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f218v_ug64521_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f219r_ug64522_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f219v_ug64523_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 24.02.1723


Lettre autographe, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.218-219)

Budé, Lettres, III, p.157-159. Omissions.


J'ay reçu la lettre


Ostervald est heureux d'apprendre que l'Ă©tat de JA s'est amĂ©liorĂ©. Il ne savait pas comment s'Ă©taient terminĂ©es Ă  Berne les affaires des anticonstitutionnaires; comme JA le dit, cela donnera lieu Ă  la dissimulation et Ă  l'hypocrisie. Ostervald ne peut pas digĂ©rer ce Serment; il ne voit pas comment un homme consciencieux peut le prĂȘter, seulement parce que le Souverain a prescrit d'observer telle ou telle doctrine. Dans cette optique les rĂ©formĂ©s de France n'auraient eu qu'Ă  obĂ©ir Ă  Louis XIV; la vĂ©ritĂ© est que dans les Églises rĂ©formĂ©es on n'a fait que changer de pape et que presque partout le Magistrat est l'arbitre souverain des affaires religieuses. C'est une des causes de l'affaiblissement progressif de la RĂ©formation. Ostervald se rĂ©jouit que le roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] envoie [Ludwig Friedrich] Bonet Ă  NeuchĂątel; Ă©clairĂ© comme il l'est, celui-ci pourra se rendre compte trĂšs vite de la situation et en rĂ©fĂ©rer Ă  la Cour; le fils d'Ostervald [Samuel] l'a rencontrĂ© Ă  Londres. À BĂąle, on dĂ©plore la perte de [Theodor] Gernler, pasteur Ă  Sainte-Élisabeth, qui a suivi de prĂšs le bon [Friedrich] Battier. Les deux Ă©taient des personnes de grand mĂ©rite. Ostervald avait pensĂ© faire partir son fils [Jean-Rodolphe II] de BĂąle et lui donner une jolie Église qui Ă©tait devenue vaquante dans le pays de NeuchĂątel; mais son Église, le Consistoire, [Samuel] Werenfels et Roques ont fait des dĂ©marches si fortes pour le retenir qu'il a fallu renoncer Ă  ce projet. Cependant Ostervald vieillit et dĂ©sespĂšre dĂ©sormais de l'avoir auprĂšs de lui. Un ministre de MontbĂ©liard, qui est l'un de ses amis, lui a Ă©crit que Pfaff se relĂąchait sur la question de la rĂ©union; si tel est le cas, il faut penser que l'affaire du Consensus, et en particulier les attitudes de Zurich et de Berne, ont dĂ» le dĂ©courager.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f218r_ug64520_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f218v_ug64521_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f219r_ug64522_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f219v_ug64523_turrettini_file.jpg