97 Lettres

Lettre 3251 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.02.1723 [12.02.1723 (n.s.)]

J'ai honte de me voir

JA n'a pas écrit à Wake parce qu'il attendait la conclusion des affaires du voisinage. Depuis quelques jours, la commission établie par Messieurs de Berne s'est prononcée sur une partie des cas: 1) pour ce qui concerne [Marc-Benjamin Rosset] de Rochefort, un jeune ministre de Lausanne qui avait remis son emploi à cause des scrupules qu'il avait sur le Serment, on a décidé qu'il prêterait serment "sur les explications qui lui ont été données" sans dire pour autant par qui ou quand ou en qu...

Lettre 3251 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 12.02.1723 [12.02.1723 (n.s.)]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Christ Church Library (Oxford), Arch. W. Epist.31 (148)


J'ai honte de me voir


JA n'a pas écrit à Wake parce qu'il attendait la conclusion des affaires du voisinage. Depuis quelques jours, la commission établie par Messieurs de Berne s'est prononcée sur une partie des cas: 1) pour ce qui concerne [Marc-Benjamin Rosset] de Rochefort, un jeune ministre de Lausanne qui avait remis son emploi à cause des scrupules qu'il avait sur le Serment, on a décidé qu'il prêterait serment "sur les explications qui lui ont été données" sans dire pour autant par qui ou quand ou en quoi celles-ci consistent 2) [Albert-François] Bourgeois, pasteur d'Yverdon qui s'était exprimé sur la prédestination, demeure suspendu tant qu'il n'est pas disposé à faire comme les autres 3) tous les ministres qui ont fait des difficultés ont été admis à prêter le Serment "sur les explications qui leur ont été données". Ces explications n'ont pas été les mêmes pour tous, les différents baillis ayant exprimé des opinions différentes. 4) de Watteville, ministre allemand de Vevey, qui a refusé de prêter le Serment tant qu'on ne lui aurait pas expliqué ce qu'on entend par piétistes, arminiens etc. contre lesquels on est censé se battre, sera convoqué à Berne pour être entendu. Ce pasteur est connu pour ses sympathies et ses liens piétistes et, comme il appartient à une famille puissante, on imagine que ce sera le début de nouveaux troubles en pays alémanique. Le sort reste indécis pour les impositionnaires, à savoir les jeunes ministres sans Église, qui ont refusé de signer le Consensus et de prêter le Serment. Tout cela est le travail de la commission mais le Sénat n'a pas encore délibéré. Il serait vraiment souhaitable que la lettre du roi d'Angleterre [George I, "Aux Illustres", 1723] puisse partir puisqu'elle peut contribuer à adoucir les esprits avant que l'on prononce une nouvelle sentence. [Jean-Pierre] de Crousaz a reçu une longue lettre latine du théologien luthérien Cyprian qui affirme que, après ce qui s'est passé en Suisse, il ne faut plus parler de réunification; il parle aussi de manière très emportée des intérêts politiques des luthériens et des réformés. Et voilà qu'un théologien que JA croyait modéré s'est révélé très peu pacifique. [Ludwig Friedrich] Bonet vient d'être chargé par le roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] d'une commission pour terminer un différend entre Neuchâtel et Valangin. Il est fâcheux qu'on continue à disputer sur la question de l'arianisme; en établissant une lecture réglée, on donne au fond au peuple une occasion de disputer sur ce thème et d'augmenter le désordre auquel on voulait remédier. Il ne sait pas si ceux qui traitent de ces questions ne le font pas d'une manière trop scolastique et qui donne trop de prise à leurs adversaires. Il est heureux que l'ouvrage de Bingham [Origines] ait paru ; il connaît les volumes précédents et se réjouit de voir la suite. On a un IIe volume de Sermons de de Crousaz, très beaux, très touchants, pleins d'idées originales pour confirmer la religion et faire avancer la piété.

Adresse

[Angleterre]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Angleterre

Conservation

Oxford


Cités dans la lettre