97 Lettres

Lettre 3159 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 03.01.1722

J'eus l'honneur... l'Automne

En ce début d'année, Barbeyrac souhaite à JA la délivrance des attaques fréquentes qui l'accablent; quant à lui et à sa famille, ils ont été victimes de fiÚvres persistantes, maintenant heureusement disparues. Il a envoyé à JA sa leçon rectorale, De Magistratu, dans laquelle il s'exprime avec beaucoup de liberté; il est à parier qu'un grand nombre d'ecclésiastiques n'en seront pas contents, alors qu'il sait que les milieux politiques hollandais la goûtent fort; c'est en effet l'un des bou...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f227r_ug60707_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f227v_ug60708_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f228r_ug60709_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f228v_ug60710_turrettini_file.jpg

Groningue 03.01.1722


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.227-228)


J'eus l'honneur... l'Automne


En ce dĂ©but d'annĂ©e, Barbeyrac souhaite Ă  JA la dĂ©livrance des attaques frĂ©quentes qui l'accablent; quant Ă  lui et Ă  sa famille, ils ont Ă©tĂ© victimes de fiĂšvres persistantes, maintenant heureusement disparues. Il a envoyĂ© Ă  JA sa leçon rectorale, De Magistratu, dans laquelle il s'exprime avec beaucoup de libertĂ©; il est Ă  parier qu'un grand nombre d'ecclĂ©siastiques n'en seront pas contents, alors qu'il sait que les milieux politiques hollandais la goĂ»tent fort; c'est en effet l'un des bourgmestres qui lui a annoncĂ© une prochaine traduction en flamand de cette oraison. Barbeyrac pense que si davantage de gens osaient exprimer leurs idĂ©es, avec les mĂ©nagements requis par la prudence, les autoritĂ©s n'en seraient pas mĂ©contentes et on pourrait briser la tyrannie du clergĂ©. Malheureusement les thĂ©ologiens, ainsi que les autres enseignants, ont trop d'intĂ©rĂȘt Ă  ne pas irriter les zĂ©lateurs pour s'exposer personnellement. Un de ses collĂšgues de thĂ©ologie qui, tout en Ă©tant bon orthodoxe et voĂ©tien, partageait les idĂ©es exprimĂ©es par Barbeyrac dans sa harangue, s'est Ă©tonnĂ© qu'il ait osĂ© manifester sa pensĂ©e avec autant de libertĂ©. L'impression de sa traduction française de Grotius [Le droit de la guerre, 1724] procĂšde toujours trĂšs lentement; on l'imprime Ă  trois mille exemplaires, ce qui explique, en partie, le retard accumulĂ©. On l'a engagĂ© Ă  traduire le livre de Binjkershoek sur le juge compĂ©tent des ambassadeurs [De foro legatorum] ; c'est l'auteur lui-mĂȘme, grand jurisconsulte et conseiller de la Cour de Hollande, qui a suggĂ©rĂ© que Barbeyrac s'attĂšle Ă  une telle tĂąche; celui-ci n'a pas pu refuser et la traduction est maintenant trĂšs avancĂ©e [TraitĂ© du juge compĂ©tent]. Il a l'avantage de pouvoir consulter l'auteur qui lui a permis d'ajouter des notes. Ce sera un bon supplĂ©ment au chapitre de Grotius sur les ambassades. Bijnkershoek l'a fĂ©licitĂ© pour sa harangue, dont il a admirĂ© notamment la libertĂ© d'expression. Barbeyrac n'a pas pu encore le rencontrer personnellement, puisque le savant n'Ă©tait pas Ă  La Haye lors de sa visite. À propos du voyage qu'il a effectuĂ©, Barbeyrac se souvient de quelque chose qui concerne JA: il Ă©tait dans la bibliothĂšque de [Jacques] Basnage et il y avait sur la table un exemplaire de la Nubes Testium de JA; en le voyant, l'hĂŽte lui dit que tout ce que l'ouvrage prouvait Ă©tait qu'il fallait se tolĂ©rer et non pas qu'il fallait se rĂ©unir. Barbeyrac aurait voulu lui faire expliquer cette belle distinction mais, Ă©tant fiĂ©vreux, il n'Ă©tait pas en condition d'entamer une telle discussion et du reste sur ces paroles de Basnage on vint annoncer que le dĂźner Ă©tait servi. Il est Ă©tonnant qu'un homme comme Basnage puisse donner dans de telles niaiseries. Barbeyrac a lu avec le plaisir habituel les deux derniĂšres disputes de JA [Disputatio, pars secunda-tertia, 1721] ; il est dommage que la santĂ© dĂ©faillante de son ami l'empĂȘche de donner au public des ouvrages de grande haleine. Il offre enfin ses services Ă  JA au cas oĂč celui-ci ou certains de ses amis seraient intĂ©ressĂ©s par la loterie Ă  laquelle ont consenti les États de la Province; il en trouvera le plan chez Fabri et Barrillot. Le TraitĂ© de l'Ă©ducation de de Crousaz est achevĂ©.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f227r_ug60707_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f227v_ug60708_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f228r_ug60709_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f228v_ug60710_turrettini_file.jpg