160 Lettres

Lettre 3129 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 28.06.1721

J'ay reçu vos deux

Ostervald remercie Dieu d'avoir délivré JA du danger de mort qui le menaçait et redouble ses vœux pour la conservation de la santé de son ami. On a perdu le digne de Mirmand, ce qui affecte beaucoup Ostervald que le défunt honorait d'une amitié particulière. Il est mort comme il a vécu; il a communié deux jours avant son décès. Ostervald prêchait ce jour-là sur les paroles "l'Esprit et l'Épouse disent Viens", paroles que de Mirmand, se sentant très affaibli, s'appliqua à lui-même. Pendant sa mal...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f176r_ug64436_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f176v_ug64437_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f177r_ug64438_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f177v_ug64439_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 28.06.1721


Lettre autographe, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 490 (f.176-177)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XLIX-L, n°92.


J'ay reçu vos deux


Ostervald remercie Dieu d'avoir délivré JA du danger de mort qui le menaçait et redouble ses vœux pour la conservation de la santé de son ami. On a perdu le digne de Mirmand, ce qui affecte beaucoup Ostervald que le défunt honorait d'une amitié particulière. Il est mort comme il a vécu; il a communié deux jours avant son décès. Ostervald prêchait ce jour-là sur les paroles "l'Esprit et l'Épouse disent Viens", paroles que de Mirmand, se sentant très affaibli, s'appliqua à lui-même. Pendant sa maladie, il a donné de grandes marques de sa foi. La dernière fois qu'Ostervald l'a vu, il ne parlait plus mais écoutait avec attention; Ostervald lui parlait de la béatitude qui avait toujours fait l'objet de ses désirs et le pauvre mourant se mit à battre les mains de joie. Voilà un exemple qu'il faut imiter. Ostervald fait venir son abrégé de théologie [Compendium] de la campagne où il est entre les mains de l'un des proposants. JA recevra au premier jour ce qu'il demande. Il a envoyé la lettre de [Marc-Conrad] Trembley à [Abraham] Dumont qui est à la Brévine. La préface de la Liturgie de Neuchâtel [Bâle, 1713] indique qu'on n'a pas pu établir le culte du dimanche comme on le souhaitait puisqu'on lit toujours entre le deuxième et le dernier coup de la cloche. Il approuve entièrement les changements dont JA lui parle, mais il aimerait savoir où on veut placer la lecture. Est-ce à la tête ou au cours du service? Dans le premier cas, il est à craindre que le peuple, au bout d'un certain temps, ne vienne qu'au début de la prière et que la lecture ne soit écoutée que comme avant ou comme le sont les commandements. Ostervald a toujours pensé que la lecture du décalogue n'était pas placée au bon endroit. À propos du décalogue, il aimerait qu'on lise le 7e commandement d'après l'original et les citations du Nouveau Testament, à savoir "tu ne commettras pas d'adultère". De La Bastide, qui a, à juste titre, remplacé le mot de "paillardise" (qui choque) s'est arrêté sur ce bon chemin en traduisant "Tu t'abstiendras de toute luxure". C'est l'ancien usage qu'il y ait deux personnes distinctes pour lire et pour prêcher; pour rendre la lecture plus respectable, il faudrait choisir des proposants graves et expérimentés. À Neuchâtel, les proposants plus jeunes ne lisent pas ni ne servent à la table. Si les réformateurs n'avaient pas tout mis sens dessus dessous, on ne serait pas dans un tel embarras. On est comme des malades qui, ne se sentant pas bien, changent de lit et de situation. On peut espérer que la maladie ne sera pas mortelle et que la Réformation subsistera, même s'il a des craintes à ce sujet. Celles-ci se nourrissent de ce qu'il y a une foule d'impies et de mauvais livres parmi les réformés et que, dans les pays réformés, on attaque mortellement la religion beaucoup plus que dans les pays catholiques. Ostervald se réjouit que les thèses de JA sur la vérité de la religion chrétienne [Disputatio, pars prima, 1721] aient paru. Quant à Ostervald, il a dû se rendre aux sollicitations des Bâlois et de ses amis qui le poussent à publier quelques sermons [Douze sermons] ; il est convaincu que ces sermons sont peu de choses et, du reste, on est accablé et inondé de sermons. S'il a décidé de les publier, c'est pour se libérer des sollicitations auxquelles il était soumis. L'année dernière, quand il était malade, on l'a laissé tranquille mais cette année on est revenu à la charge. La plupart des sermons d'Ostervald concernent la vérité et l'excellence de la religion, la nécessité et la possibilité de faire ce que Dieu commande. Il donne la liste des passages bibliques de ces sermons.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Neuchâtel

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f176r_ug64436_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f176v_ug64437_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f177r_ug64438_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f177v_ug64439_turrettini_file.jpg