285 Lettres

Lettre 3074 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 08.08.1720

Votre lettre m'auroit

Ostervald se fait du souci pour la santé de JA; il devient de jour en jour plus nécessaire à l'Église, d'autant plus maintenant qu'il semble y avoir des ouvertures pour la réunification du côté de l'Allemagne. Il félicite en tout cas JA du succès de son initiative et partage sa joie. Il espère qu'on s'adoucira à B[erne] ; pour ce qui concerne Z[uric]h, il ne sait que penser. En effet, les préjugés sont terribles dans ce pays-là et une personne digne de foi lui a dit que certains ecclésiastiques...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f161r_ug64406_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f161v_ug64407_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f162r_ug64408_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f162v_ug64409_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 08.08.1720


Lettre autographe, signée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 490 (f.161-162)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XLVIII-XLIX, n°90.


Votre lettre m'auroit


Ostervald se fait du souci pour la santé de JA; il devient de jour en jour plus nécessaire à l'Église, d'autant plus maintenant qu'il semble y avoir des ouvertures pour la réunification du côté de l'Allemagne. Il félicite en tout cas JA du succès de son initiative et partage sa joie. Il espère qu'on s'adoucira à B[erne] ; pour ce qui concerne Z[uric]h, il ne sait que penser. En effet, les préjugés sont terribles dans ce pays-là et une personne digne de foi lui a dit que certains ecclésiastiques de Zurich considéraient comme chimérique le projet de réunification et l'estimaient nuisible à la vérité. La santé d'Ostervald se rétablit et il a même pu aller en ville pour traiter des affaires de la Compagnie. Il retourne en tout cas à la campagne et ne prêchera pas de sitôt; son mal venant de l'épuisement, il a besoin d'un long repos. JA juge trop favorablement l'ouvrage d'Ostervald sur l'Écriture [Argumens et réflexions] puisqu'il y voit lui-même un certain nombre de défauts mais il espère qu'il sera d'une certaine utilité pour le peuple. On le traduit en allemand à Bâle, en commençant par le Nouveau Testament mais on y joint les chapitres entiers et tout sera dans un même volume [Summarischer Inhalt]. On en a envoyé un exemplaire à l'archevêque [Wake] et dans la lettre d'accompagnement Ostervald loue l'œuvre du prélat pour la paix de l'Église. Il envoie à JA des papiers arrivés d'Angleterre et que [Samuel] Werenfels a déjà vus. L'auteur est [Grostête] de La Mothe, un honnête homme que [Ferdinand] de Montmollin connaît. Ostervald n'a aucun commerce avec lui mais il a reçu l'écrit de l'un de ses amis. Leur ami commun de Bâle [Samuel Werenfels] trouve fâcheux qu'on se serve de leurs noms pour appuyer des sentiments qui peuvent être dangereux et qu'on leur prête des sentiments qu'ils n'ont pas. Puisqu'Ostervald ne lit pas l'anglais, il ne peut pas dire si l'évêque de Bangor [Hoadly] ne s'est pas mieux expliqué dans le livre que JA lui a envoyé il y a quelque temps [An Answer to the Representation] que dans ce que dit l'ex-jésuite de La Pillonière dans la Bibliothèque anglaise [An Answer to the Reverend Dr Snape]. Il doit avouer que ce qu'il a lu dans ce journal ne l'a point satisfait. Sous prétexte de condamner la tyrannie en matière de sentiments, on y décrie la discipline, les Consistoires et les pasteurs et on y fait apparaître ces derniers comme de nouveaux papes. L'esprit d'indépendance s'est déjà assez répandu parmi les réformés et les ecclésiastiques y sont déjà assez avilis sans qu'il faille achever de détruire les ministres dans l'esprit du peuple. Ce que de La Pillonière dit au nom de l'évêque, à savoir que l'excommunication de l'Église ne décide rien devant Dieu, ne doit pas être dit aussi crûment. Ce qui se fait conformément à l'intention de Jésus-Christ doit être ratifié dans le Ciel et la discipline est une institution divine à laquelle tous doivent se soumettre et dont l'exercice est attribué aux pasteurs. Si l'évêque de Bangor s'était exprimé clairement à ce sujet, il aurait évité les plaintes du clergé. Les politiques et les jeunes d'ici disent qu'on a finalement ouvert les yeux en Angleterre et qu'un évêque a finalement osé dire qu'il fallait abolir la tyrannie représentée par les pasteurs, les Consistoires, les excommunications etc. C'est là un mal beaucoup plus grand que les inconvénients qui ne concernent que la doctrine. Que Dieu veuille établir l'ordre nécessaire dans l'Église et en bannir l'impiété et le libertinage.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Neuchâtel

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f161r_ug64406_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f161v_ug64407_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f162r_ug64408_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f162v_ug64409_turrettini_file.jpg