181 Lettres

Lettre 3055 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 29.06.1720

Je reçus... en son tems

Barbeyrac a reçu la Nubes Testium de JA et l'en remercie; il a lu avec intérêt la dissertation sur les points fondamentaux [Brevis et pacifica disquisitio] et il espère que l'ouvrage produira tout l'effet qu'on attend de lui. Certes, il y a encore un très grand nombre de théologiens, qui ne sont guère disposés à entendre raison mais on peut espérer qu'avec le temps l'esprit de modération fera son chemin, sinon partout du moins en certains endroits et sinon chez tous du moins chez l...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f224r_ug60701_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f224v_ug60702_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f225r_ug60703_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f225v_ug60704_turrettini_file.jpg

Groningue 29.06.1720


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.224-225)

Extraits dans Meylan, Barbeyrac, p.152.


Je reçus... en son tems


Barbeyrac a reçu la Nubes Testium de JA et l'en remercie; il a lu avec intérêt la dissertation sur les points fondamentaux [Brevis et pacifica disquisitio] et il espère que l'ouvrage produira tout l'effet qu'on attend de lui. Certes, il y a encore un très grand nombre de théologiens, qui ne sont guère disposés à entendre raison mais on peut espérer qu'avec le temps l'esprit de modération fera son chemin, sinon partout du moins en certains endroits et sinon chez tous du moins chez les politiciens. Ceux-ci ont une grande importance puisqu'ils peuvent contribuer à répandre l'esprit de modération avec de nouvelles nominations dans les académies. À cet égard en Hollande on nomme malheureusement seulement des orthodoxes, comme cela s'est passé pour la chaire de théologie d'Utrecht, qui, vacante à cause de la mort de [Frans II] Burman, vient d'être remplie par Lampe, l'un des auteurs de la Bibliotheca historico-philologico-theologica. On ne peut pas attendre beaucoup d'un homme qui regarde toutes les rêveries des coccéiens comme des oracles. Pour ce qui est d'Utrecht, Barbeyrac vient d'apprendre qu'on avait pensé à lui pour la place laissée vacante par Vitriarus le fils [Johannes Jacobus], appelé à Leyde. On avait au début fait appel à Valsmid, professeur à Marbourg, qui a refusé, probablement parce que les conditions qu'on lui offrait n'étaient pas assez avantageuses. On s'est finalement déterminé pour un autre Allemand, Otto, qu'on espère, de par sa nationalité, être en mesure d'entraîner beaucoup d'étudiants de ce pays-là. La candidature de Barbeyrac était appuyée surtout par les Anglais, comme il ressort d'une lettre envoyée d'Utrecht par Daniel [III] dont il recopie un passage pour JA. Il est vrai que les étrangers sont prévenus contre Groningue, ville qu'on juge, à tort, peu apte à recevoir des étudiants venant d'autres pays, à cause de son climat, de ses écoles, de son absence de distractions pour la jeunesse. Les chambres que Barbeyrac peut offrir aux étudiants étrangers sont très demandées; il a eu un Anglais, Elliot, qui est maintenant en route pour Genève; pour le mois de septembre il attend le neveu [Carteret Mussenden] de Leathes, résident d'Angleterre à Bruxelles; en ce moment, il a un jeune homme qui vient de Hambourg, avec son gouverneur, et qui tenait à tout prix à résider chez lui, en dépit des difficultés qu'il y a. Celles-ci sont liées au fait qu'[Ami] Lullin lui a écrit de Paris il y a quelque temps, en lui faisant part de son intention de passer une période dans l'une des académies hollandaises. Il ajoutait que si Barbeyrac pouvait l'accueillir, son choix se porterait sans faille sur Groningue. Barbeyrac lui a répondu en lui offrant une chambre mais depuis il n'a pas reçu le moindre signe de Paris. Il a su que Lullin avait été retenu dans la capitale par la maladie de son oncle [Marc Lullin] et qu'il avait toujours l'intention de se rendre en Hollande mais son silence ne se justifie pas. S'il venait maintenant, il y aurait un problème de place chez Barbeyrac. Il vient de recevoir d'Angleterre un recueil de pièces presque toutes inédites de Locke [A collection of several pieces] ; il y a aussi des lettres, dont la plupart sont adressées à Collins. L'éditeur en est Des Maizeaux, qui y a ajouté la lettre que [Pierre I] Coste avait publiée, après la mort du philosophe, dans les Nouvelles de Bernard; il paraît qu'il a fait cela pour avoir l'occasion de mal parler de Coste, avec qui il s'est brouillé. Le Dictionnaire de Bayle va bientôt paraître, avec une dédicace au régent de France [Philippe II d'Orléans]. Basnage a composé une Dissertation sur les duels. Les Sermons de Léger ne sont pas tels qu'on pouvait les attendre de lui; par contre, l'oraison inaugurale d'[Antoine I] Maurice répond à l'idée que Barbeyrac s'est faite de lui. Il a reçu aussi l'oraison inaugurale de"Mussard [De usu et præstantia juris naturalis] et se demande pourquoi [Pierre] Crommelin n'a pas voulu publier la sienne, selon l'usage. La traduction française de Grotius préparée par Barbeyrac est finalement sous presse [Le Droit de la guerre, 1724] et semble une très belle édition; la révision l'occupe beaucoup mais cela en vaut la peine. Il signale à JA le livre d'un écuyer anglais [Trott], juge suprême pour le roi [George I] en Caroline, qui s'imprime en Angleterre et dont le titre est Clavis linguæ sanctæ. Il apprend de [Georges] Polier [de Bottens] que les affaires de l'Académie de Lausanne ne sont pas encore terminées et qu'il devait être député à Berne; leurs ennemis sont bien acharnés. Il est heureux d'apprendre que [Barthélemy] Barnaud est maintenant précepteur chez JA.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f224r_ug60701_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f224v_ug60702_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f225r_ug60703_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f225v_ug60704_turrettini_file.jpg