207 Lettres

Lettre 3038 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 08.05.1720

J'ay differé de

Le nouveau collĂšgue d'Ostervald est le pasteur [David II] Sandoz, qui Ă©tait auparavant Ă  Dombresson; il s'agit d'un trĂšs bon serviteur de Dieu, qui a portĂ© beaucoup de fruits dans son ancienne Église. Il a obtenu la majoritĂ© des suffrages, devant [Jean-Louis] Chouppard et [Ferdinand] de Montmollin. Ostervald se rĂ©jouit de l'avoir comme collĂšgue. Il entrera en fonction dimanche. JA avait trop de bontĂ© de penser au fils d'Ostervald [Jean-Rodolphe II] pour ce poste; peut-ĂȘtre un jour l'occasion se...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f155r_ug64394_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f155v_ug64395_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f156r_ug64396_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f156v_ug64397_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 08.05.1720


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.155-156)


J'ay differé de


Le nouveau collĂšgue d'Ostervald est le pasteur [David II] Sandoz, qui Ă©tait auparavant Ă  Dombresson; il s'agit d'un trĂšs bon serviteur de Dieu, qui a portĂ© beaucoup de fruits dans son ancienne Église. Il a obtenu la majoritĂ© des suffrages, devant [Jean-Louis] Chouppard et [Ferdinand] de Montmollin. Ostervald se rĂ©jouit de l'avoir comme collĂšgue. Il entrera en fonction dimanche. JA avait trop de bontĂ© de penser au fils d'Ostervald [Jean-Rodolphe II] pour ce poste; peut-ĂȘtre un jour l'occasion se prĂ©sentera-t-elle pour lui de se rapprocher de NeuchĂątel, ce dont Ostervald serait naturellement content. Il se rĂ©jouit des nouvelles que JA lui donne Ă  propos de la rĂ©unification mais il avoue ne pas croire l'issue souhaitĂ©e proche. Il paraĂźt que les affaires du Palatinat empirent et que tout ceci aura des rĂ©percussions sur les autres protestants allemands. Il a toujours cru que l'empereur [Karl VI] finirait par se dĂ©masquer et qu'en persĂ©cutant les rĂ©formĂ©s en Hongrie, il ne les protĂšgerait pas en Allemagne, Ă  moins que la raison d'État ne l'y pousse. On dit des merveilles de Pfaff. Le successeur de [François Langes de Montmirail] de LubiĂšres est [Paul] de Froment, dont on parle comme d'un honnĂȘte homme et d'une personne ayant du mĂ©rite.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f155r_ug64394_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f155v_ug64395_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f156r_ug64396_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f156v_ug64397_turrettini_file.jpg