85 Lettres

Lettre 3027 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 06.04.1720

Enfin Dieu vient

AprĂšs presque six mois de maladie, [Charles] Tribolet est mort avant hier; il a Ă©tĂ© lucide jusqu'Ă  la fin, ne perdant connaissance que les trois derniĂšres heures de sa vie. Pendant sa maladie, la pensĂ©e de son salut l'a continuellement occupĂ© et il n'a cessĂ© d'invoquer la misĂ©ricorde de Dieu pour les comptes qu'il avait Ă  lui rendre en tant que pasteur. Avec cette mort, Ostervald perd un autre lui-mĂȘme. Pendant cinquante ans tout les a unis: le sang, l'amitiĂ©, la fonction pastorale, les opinions...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f153r_ug64390_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f153v_ug64391_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f154r_ug64392_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f154v_ug64393_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 06.04.1720


Lettre autographe, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.153-154)


Enfin Dieu vient


AprĂšs presque six mois de maladie, [Charles] Tribolet est mort avant hier; il a Ă©tĂ© lucide jusqu'Ă  la fin, ne perdant connaissance que les trois derniĂšres heures de sa vie. Pendant sa maladie, la pensĂ©e de son salut l'a continuellement occupĂ© et il n'a cessĂ© d'invoquer la misĂ©ricorde de Dieu pour les comptes qu'il avait Ă  lui rendre en tant que pasteur. Avec cette mort, Ostervald perd un autre lui-mĂȘme. Pendant cinquante ans tout les a unis: le sang, l'amitiĂ©, la fonction pastorale, les opinions. C'est le seul ami qu'il ait pu consulter. La perte a Ă©tĂ© immense et pour sa famille – il laisse quatre enfants en bas Ăąge [François-Nicolas, Jean-Rodolphe, Jean-FrĂ©dĂ©ric, Charles-Samuel] – et pour la Compagnie de NeuchĂątel. Il faut se soumettre pourtant Ă  la volontĂ© de Dieu. Dans ces circonstances l'amitiĂ© de JA lui est d'autant plus chĂšre. Il lui demande de transmettre la triste nouvelle Ă  [Étienne] Jallabert et de lui dire de joindre au Nouveau Testament de Berlin [Amsterdam, 1718] qu'il doit lui envoyer les Sermons d'[Antoine I] LĂ©ger (pour un de ses amis), sermons qu'il trouve excellents. À propos de Berlin, on lui Ă©crit de cette ville que les Poggiana de Lenfant affligent tout le monde puisqu'ils flĂ©trissent la religion, le ministĂšre et le Refuge. Ostervald ne l'a pas encore vu.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f153r_ug64390_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f153v_ug64391_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f154r_ug64392_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f154v_ug64393_turrettini_file.jpg