209 Lettres

Lettre 2933 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 26.05.1719

Eas Literas quas

La Compagnie a reçu avec beaucoup de plaisir la lettre que Wake lui a envoyée et en tant que signe de la bienveillance qu'il a à son égard et en tant qu'elle témoigne que le prélat a bien accueilli la supplication qu'elle lui avait adressée en faveur des Églises hongroises et des frères vaudois. La Compagnie le remercie de la recommandation qu'il a faite auprès de son roi [George I] et de son premier ministre [Charles I Spencer] de Sunderland. Certes, les temps sont tristes pour ces Églises en p...

Lettre 2933 de Jean-Alphonse Turrettini à William Wake

Genève 26.05.1719


Lettre autographe, signée. (L)
Christ Church Library (Oxford), Arch. W. Epist.25 (140)

Bibliotheca historico-theologico-philologica, classis 3, fasciculus 3, 1720, p.418-424.


Eas Literas quas


La Compagnie a reçu avec beaucoup de plaisir la lettre que Wake lui a envoyée et en tant que signe de la bienveillance qu'il a à son égard et en tant qu'elle témoigne que le prélat a bien accueilli la supplication qu'elle lui avait adressée en faveur des Églises hongroises et des frères vaudois. La Compagnie le remercie de la recommandation qu'il a faite auprès de son roi [George I] et de son premier ministre [Charles I Spencer] de Sunderland. Certes, les temps sont tristes pour ces Églises en proie aux attaques de l'Antéchrist dont le seul espoir est que Dieu incite les princes chrétiens à les défendre. La sollicitude chrétienne de Wake se révèle aussi dans une autre partie de sa lettre consacrée à la concorde entre les protestants, argument parmi les plus graves et importants. L'Église anglicane a du reste souvent témoigné combien elle avait à cœur ce problème. De leur côté les théologiens réformés ont toujours eu en honneur le gouvernement anglican, bien que différent du leur, et en particulier les ordinations. D'autre part, les ministres réformés ont toujours pu participer en Angleterre à la communion anglicane et vice-versa. De même, l'Église réformée a toujours eu à cœur aussi la concorde avec les luthériens, comme le témoigne l'engagement de [John] Dury et plus récemment la lettre envoyée en 1707 au roi de Prusse [Friedrich I] par Genève [Lettre de tous les pasteurs]. Très belle aussi la réponse de ce souverain [Friedrich I, Epistola]. Un autre témoignage de la bonne disposition à l'égard des luthériens, l'autorisation que la Compagnie et les Conseils de Genève ont donné à l'établissement dans la ville d'une église pour leur culte. La dernière partie de la lettre de Wake concerne les conflits à l'intérieur du monde réformé. Heureusement, pour ce qui concerne Genève, ces conflits, qui l'ont déchirée dans le passé, ne sont plus qu'un souvenir, les questions qui en furent la cause n'étant pas suffisamment importantes pour justifier la condamnation de certains ni la rupture de la paix ecclésiastique. Il faut traiter ces questions, très difficiles et non nécessaires au salut, avec un esprit de modération chrétienne et cela tant pour préserver la paix ecclésiastique que pour ne pas choquer les autres Églises, comme par exemple la luthérienne.

Adresse

[Angleterre]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Angleterre

Conservation

Oxford


Cités dans la lettre