85 Lettres

Lettre 2896 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 19.11.1718

Je vous rens graces des

Ostervald remercie JA des livres qu'il lui a envoyĂ©s par [Marie de Langes de Montmirail] de LubiĂšres qu'il n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer aprĂšs son retour, puisqu'elle est d'abord allĂ©e Ă  la campagne. [Ferdinand] de Montmollin, qui comprend bien l'anglais, rĂ©sumera Ă  Ostervald le contenu du livre de l'Ă©vĂȘque de Bangor [Hoadly, An Answer]. Ostervald serait ravi de donner Ă  JA un portrait de lui mais malheureusement il n'en a pas pour le moment; dĂšs qu'un peintre passera, il en...

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00490_f133r_ug64346_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f133v_ug64347_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f134r_ug64348_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f134v_ug64349_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00490_f135r_ug64350_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00490_f135v_ug64351_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00490_f136r_ug64352_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00490_f136v_ug64353_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 19.11.1718


Lettre autographe, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.133-136)

Extraits dans Gretillat, Ostervald, p.XLIII, n°84.


Je vous rens graces des


Ostervald remercie JA des livres qu'il lui a envoyĂ©s par [Marie de Langes de Montmirail] de LubiĂšres qu'il n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer aprĂšs son retour, puisqu'elle est d'abord allĂ©e Ă  la campagne. [Ferdinand] de Montmollin, qui comprend bien l'anglais, rĂ©sumera Ă  Ostervald le contenu du livre de l'Ă©vĂȘque de Bangor [Hoadly, An Answer]. Ostervald serait ravi de donner Ă  JA un portrait de lui mais malheureusement il n'en a pas pour le moment; dĂšs qu'un peintre passera, il en fera faire un et le lui enverra. Il en avait en rĂ©alitĂ© un, qui remontait Ă  il y a 24 ans, mais son fils [Jean-Rodolphe II] l'a emportĂ© Ă  BĂąle. Ostervald a vu une confession de foi allemande du roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I, Das Glauben-BekĂ€nntnis], prĂ©sentĂ©e aux ministres Ă  Ratisbonne et imprimĂ©e en 1718, pour obtenir le directoire des États protestants. Il commence par dire qu'il ne croit pas ce que le pape commande de croire ni, entiĂšrement, ce que Luther, Calvin et BĂšze ont Ă©crit; il croit en revanche au PĂšre, au Fils, au Saint-Esprit et au rachat des crĂ©atures par le Christ. Il attend le salut du seul nom de JĂ©sus et ne veut, pour cela, ĂȘtre appelĂ© ni papiste ni luthĂ©rien mais simplement chrĂ©tien. Pour la prĂ©destination, il croit que Dieu appelle tous les hommes au salut; si tous ne sont pas sauvĂ©s, la cause en est leur obstination Ă  rejeter la grĂące qui leur est offerte. Il croit que les Ɠuvres ne peuvent pas ĂȘtre sĂ©parĂ©es de la foi, pas plus que la lumiĂšre du soleil, mais qu'elles ne mĂ©ritent rien. Pour les sacrements, il croit que, dans le baptĂȘme, on est lavĂ© des pĂ©chĂ©s par le sang du Christ et non par l'eau simple; de mĂȘme dans la cĂšne il croit qu'il ne participe pas Ă  la grĂące de Dieu seulement par le pain et par le vin mais aussi par le corps et par le sang. Sa conclusion est que celui qui croit en Dieu, qui cherche son salut en JĂ©sus-Christ et qui vit chrĂ©tiennement sera sauvĂ©. AprĂšs cela, il laisse Ă  chacun la libertĂ© de croire ce qu'il juge le meilleur; il a reconnu que le but des prĂȘtres est seulement mondain et ne concerne pas la gloire de Dieu. Quant aux appellations de papiste, calviniste ou luthĂ©rien, il dĂ©clare que la pure religion rĂ©formĂ©e est celle qui s'accorde le mieux avec sa propre religion; qu'ainsi il veut bien tolĂ©rer "per mundi errorem" qu'on le nomme rĂ©formĂ©, mĂȘme s'il ne voit pas en quoi sa confession de foi s'oppose Ă  la pure doctrine de Luther. Il n'a pourtant pas la prĂ©tention de dire que rĂ©formĂ© soit Ă©quivalent Ă  calviniste, un calviniste Ă©tant quelqu'un qui fait de la doctrine de Calvin sa rĂšgle de foi. Il reconnaĂźt que Calvin et Luther ont Ă©tĂ© des instruments de Dieu pour faire sortir le peuple du papisme mais ils ont pu se tromper comme n'importe qui d'autre; c'est pourquoi il n'accepte d'eux que ce qui s'accorde avec la Parole de Dieu. Il s'agit d'une confession de foi qui dĂ©plaira sĂ»rement Ă  beaucoup de monde, notamment parmi les protestants; il a raison dans le fond mais il aurait pu parler un peu moins crĂ»ment. Au reste, Ostervald a eu de la peine Ă  accorder cette confession de foi avec les ordres que le roi a donnĂ©s rĂ©cemment Ă  Berlin d'enseigner la doctrine du CatĂ©chisme de Heidelberg [Catechismus, 1563] sans s'en Ă©carter. L'ordre Ă©tant trĂšs rigide, on a fait imprimer un catĂ©chisme [CatĂ©chisme, 1717 (?)] qui explique celui de Heidelberg; il y a des choses singuliĂšres puisqu'on y explique ce que sont la paillardise ou l'adultĂšre; Lenfant y a mis une prĂ©face Ă©logieuse Ă  l'Ă©gard du CatĂ©chisme de Heidelberg, en quoi on voit qu'il a suivi davantage les intĂ©rĂȘts de la Cour que ses propres sentiments. C'est un des plus pitoyables catĂ©chismes publiĂ©s depuis longtemps; quand Ostervald l'a vu, il a cru que c'Ă©tait l'ouvrage de [Philippe] NaudĂ©. Il y a la dĂ©fense explicite de se servir d'autres catĂ©chismes; celui d'Ostervald n'est pas nommĂ© mais c'est celui qui est visĂ©. Certains minis"tres, qui l'avaient recommandĂ©, ont Ă©tĂ© repris. On est de toute façon obligĂ© de s'en servir dans ce pays-lĂ  puisque l'ordre du roi est formel et trĂšs rigide; comment accorder tout ceci avec la confession de foi?

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00490_f133r_ug64346_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f133v_ug64347_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f134r_ug64348_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f134v_ug64349_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00490_f135r_ug64350_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00490_f135v_ug64351_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00490_f136r_ug64352_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00490_f136v_ug64353_turrettini_file.jpg