143 Lettres

Lettre 2888 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 20.09.1718

Je suis confus

Barbeyrac est navré de répondre avec beaucoup de retard aux deux lettres envoyées par JA mais il attendait la fin de l'affaire du Consensus et la délivrance de la femme de son correspondant; celle-ci étant arrivé avec la naissance d'une petite fille [Marie IV] pour la conservation de laquelle il forme des vœux. Il a reçu, il y a quelques semaines, les pièces relatives à l'affaire du Consensus; il y a malheureusement un grand nombre de fautes, dues non seulement aux copistes mais au...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f216r_ug60685_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f216v_ug60686_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f217r_ug60687_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f217v_ug60688_turrettini_file.jpg

Groningue 20.09.1718


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.216-217)

Budé, Lettres, I, p.81-85. Omissions, extraits dans Meylan, Barbeyrac, p.136.


Je suis confus


Barbeyrac est navré de répondre avec beaucoup de retard aux deux lettres envoyées par JA mais il attendait la fin de l'affaire du Consensus et la délivrance de la femme de son correspondant; celle-ci étant arrivé avec la naissance d'une petite fille [Marie IV] pour la conservation de laquelle il forme des vœux. Il a reçu, il y a quelques semaines, les pièces relatives à l'affaire du Consensus; il y a malheureusement un grand nombre de fautes, dues non seulement aux copistes mais aussi aux auteurs et notamment à [Gabriel] Bergier. Il faudrait donc les refondre pour en faire quelque chose de bien tourné. Barbeyrac a fait ce qu'il a pu, a supprimé nombre de répétitions et de mauvaises expressions mais ce travail l'ennuie profondément; il attend toujours des nouvelles de la part de [Georges] Polier [de Bottens] ; il aimerait notamment savoir si on a trouvé un libraire qui pourrait se charger de l'impression. Il est évident que Barbeyrac ne doit pas figurer comme éditeur de ce recueil; dans la préface il feindra d'être un étranger qui, s'étant trouvé dans le pays pendant les affaires du Consensus, a voulu en recueillir les pièces; il datera la préface de Londres, de façon à lancer les lecteurs sur une fausse piste. S'il a le temps, il pourra faire voir que les souverains n'ont aucun droit d'exiger une telle signature à moins qu'elle ne porte la restriction "quatenus scripturæ consentit", ce qui la rend inutile et ne contentera pas les orthodoxes présomptueux et persécuteurs; il montrera au contraire que les souverains ont le droit de réprimer les théologiens à formules, qui veulent s'attirer par là une autorité plus grande que celle des magistrats eux-mêmes. Il transcrit par la suite une note qu'il a rédigée pour l'endroit où on parle de la Formula concordiæ et dont JA lui avait parlé comme ayant besoin de quelques suppléments. Le principal auteur et promoteur de la Formule de concorde fut un théologien enragé, nommé Jacques Andreae. À son instigation l'Électeur Auguste, animé contre les théologiens de Wittemberg, qui suivaient à propos de l'eucharistie Melanchthon, dont le sentiment était le même que celui de Calvin et de Zwingli, fit assembler à Torgau, en 1576, quinze théologiens qui dressèrent la première ébauche de la Formula. Les théologiens de Wittemberg, qui refusèrent de la signer, furent emprisonnés et bannis de la Saxe électorale; des savants d'autres sciences eurent à essuyer le même sort. Après ces événements, on songea à faire recevoir la Formula dans toutes les Églises luthériennes; d'autres réunions eurent lieu, toujours sous l'égide d'Andreae, qui n'épargnait même pas ceux de son parti, et on arriva en 1580 à la publication de la Formula. Mais, avant et après la publication, plusieurs princes luthériens, plusieurs villes libres et plusieurs théologiens refusèrent de la signer. Donc ce que dit le mémoire des Messieurs de Lausanne à propos de la Formule comme source de discorde est tout à fait exact. Il y a un nouveau journal théologique, dont quatre fascicules ont déjà paru sous le nom de Bibliotheca historico-philologico-theologica et dont le plan a été présenté dans l'Histoire critique de [Samuel] Masson; les auteurs sont des coccéiens et il est surprenant qu'ils aient publié, dans le IIIe fascicule, les Cogitationes de JA, en les louant; c'est dire qu'ils ne les ont probablement pas comprises! [Charles] de La Motte lui disait il y a quelque temps qu'il y avait un libraire d'Amsterdam [Mortier] qui possédait la copie complète de l'abrégé d'histoire ecclésiastique de JA et qu'il s'apprêtait à l'imprimer et qu'un libraire était prêt à publier en un volume toutes ses dissertations, si le Genevois voulait bien les lui fou"rnir, dûment corrigées. Il paraît même que [Jean] Le Clerc a dû en écrire à JA [voir lettre 2856]; Barbeyrac espère bien que ces projets se réaliseront. JA ne saurait rien faire de plus utile à la Hollande, pays où la théologie est fort crasseuse et les théologiens aussi peu judicieux que peu modérés. Il y a eu à Groningue une dispute, qui n'est pas encore finie, entre le premier professeur de théologie, Dassier, et un autre professeur de la même discipline, van der Honert, à propos de [Jakob] Wittich, qu'on voulait appeler dans cette université pour l'enseignement de la philosophie et des mathématiques. La querelle a finalement bénéficié à Wittich, qu'on a appelé à Leyde à succéder à [Jacques] Bernard, ce qui ne serait pas arrivé sans cette controverse. Barbeyrac ne nierait pourtant pas qu'il y ait quelques graines de spinozisme dans la dissertation de Wittich [Disputatio de natura Dei] qui a été au centre de la controverse, mais il y a eu beaucoup de passion dans toute la querelle, Wittich ayant été mal attaqué et mal défendu. Voilà à quoi aboutissent les controverses quand le but recherché n'est pas la vérité. Cela lui fait penser au livre d'un bénédictin [Ceillier], qui s'imprime à Paris contre lui et qui s'intitule Apologie des Pères contre M. Barbeyrac. Il ne pense pas que cela demande une longue réponse, à moins que ce ne soit l'occasion de dire des choses utiles au public. Il estime avoir déjà dit tout ce qu'il y avait de raisonnable à dire sur le sujet dans la préface de son Pufendorf [Le Droit de la nature et des gens, Amsterdam, 1706], qui a été justement l'occasion de l'Apologie. L'introduction des Psaumes révisés [Genève, 1700] est toujours accrochée, à cause de la résistance de quelques ministres, notamment d'Amsterdam. Barbeyrac travaille actuellement à une nouvelle édition du De jure belli de Grotius [Amstelædami, 1720] ; il y aura de petites notes critiques qui corrigeront Grotius quand il se trompe ou renverront à l'édition française [Amsterdam, 1724], qui n'est pas encore terminée. Barbeyrac avait été sollicité pour reprendre les Nouvelles après la mort de Bernard; bien que le travail fût intéressant et bien payé, il a refusé; de Limiers a jeté feu et flamme pour avoir cette charge mais pour l'instant il ne l'a pas obtenue. Barbeyrac s'excuse d'avoir tardé à fournir à JA la liste des meilleures éditions des auteurs latins; il lui fournira aussi celle des auteurs grecs, s'il le désire. Il aura beaucoup de plaisir à voir [Ami] Lullin quand il sera à Groningue; il semble qu'il a pris avec lui toutes les pièces concernant le Consensus.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

Ouvrages

Apologie de la morale des Pères de l'Eglise contre les accusations de Jean Barbeyrac, par le R. P. D. Remy Ceillier Cogitationes de variis theologiæ capitibus, quas […] sub præsidio Jo. Alphonsi Turrettini […] publicè tuebitur Samuel Turrettinus Genevensis, die Martii 7a Aprilis horâ locôque solitis Concordia : pia et unanimi consensu repetita confessio fidei & doctrinæ electorum, principum et ordinum imperii, atque eorundem theologorum, qui Augustanam confessionem amplectuntur , cui ex sacra scriptura, unica illa veritatis norma et regula, quorundam articulorum, qui post D. Martini Lutheri felicem ex hac vita exitum, in controversiam venerunt, solida accessit Declaratio De jure belli ac pacis libri tres cum annotatis auctoris Disputatio philosophica de natura Dei quam [...] præside Jacobo Wittichio [...] publice ventilandam suscipit Gerhardus Nicolaus Brouwer, Medioburgo-Zelandus Formula Consensus Ecclesiarum Helveticarum Reformatarum circa doctrinam de gratia universali et connexa aliaque nonnulla capita Historiæ ecclesiasticæ compendium a Christo nato usque ad annum MDCC Le Droit de la guerre et de la paix Le Droit de la nature et des gens, ou système général des principes les plus importants, de la morale, de la jurisprudence et de la politique [...] traduit du latin par J. Barbeyrac Nouvelles de la République des Lettres BIBLE (Psaumes) Psaumes de David mis en vers françois, revus et approuvez par les pasteurs et professeurs de l'Eglise et de l'Académie de Genève « Plan d'un nouvel ouvrage de critique et de littérature que Mr Jacques de Hase se propose de publier incessamment » ➤ Lister (12)

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f216r_ug60685_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f216v_ug60686_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f217r_ug60687_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f217v_ug60688_turrettini_file.jpg