2 Lettres

Lettre 2854 de William Wake à Jean-Alphonse Turrettini

Lambeth House (Londres) 07.03.1718 [24.02.1717 (s.v.)]

To your selfe

Wake écrit en anglais à JA puisque son correspondant comprend bien cette langue. Il n'a pas répondu plus tôt à sa lettre à cause de certaines indispositions dont il a souffert. Il espère que JA a été satisfait des quelques livres qu'il a pris la liberté de lui envoyer. La plus grande partie de ces livres est relative à une controverse dans laquelle l'Église de JA est très peu concernée. Wake a beaucoup apprécié les livres de son correspondant. Il est chagriné des controverses dont JA fait mentio...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_493_f041r_ug65883_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_493_f041v_ug65884_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_493_f042r_ug65885_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_493_f042v_ug65886_turrettini_file.jpg

Lettre 2854 de William Wake à Jean-Alphonse Turrettini

Lambeth House (Londres) 07.03.1718 [24.02.1717 (s.v.)]


Lettre autographe, signée. (Ang)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 493 (f.41-42)

Extraits dans Sykes, Wake, II, p.32-33.


To your selfe


Wake écrit en anglais à JA puisque son correspondant comprend bien cette langue. Il n'a pas répondu plus tôt à sa lettre à cause de certaines indispositions dont il a souffert. Il espère que JA a été satisfait des quelques livres qu'il a pris la liberté de lui envoyer. La plus grande partie de ces livres est relative à une controverse dans laquelle l'Église de JA est très peu concernée. Wake a beaucoup apprécié les livres de son correspondant. Il est chagriné des controverses dont JA fait mention qui ont éclaté dans les Cantons évangéliques et souhaite de tout cœur une issue pacifique; celle-ci ne pourra toutefois pas arriver tant que les Églises ne permettront pas une plus grande liberté dans la signature de formulaires de cette sorte. C'était pour la même raison que Charles I ordonna qu'on republie les Trente-Neuf articles sous son autorité avec la célèbre déclaration qui imposait une interprétation uniforme [Articles, 1628]. Les théologiens les plus éminents ont toujours considéré ces articles comme des bornes imposées à la prédication et à l'instruction plutôt que comme des articles doctrinaux que chaque ministre devait professer. Avec cela, Wake ne veut pas dire qu'il les approuve personnellement mais il pense que quand les articles principaux du christianisme sont soutenus par le Credo, quand le service public est étayé d'une solide liturgie, quand le clergé est obligé, par un plus large formulaire, à ne rien prêcher qui soit contraire à ce qui est approuvé par le corps pastoral comme étant le plus conforme aux Écritures, il est alors suffisant que les hommes ne déclarent rien qui soit contraire à ce qui est le plus clair et le plus nécessaire à ceux qui ont des charges dans l'Église. Pour les matières douteuses, il suffit qu'on soit obligé de ne pas s'opposer publiquement aux doctrines reçues par les Églises. Il a écrit tout cela à JA à titre personnel. En tout cas, de ce point de vue, la modération de l'Église d'Angleterre a toujours été exemplaire. Les Trente-Neuf articles publiés au début du règne d'Élisabeth ont été souscrits à plusieurs reprises dans les synodes tant par les évêques que par le clergé des différentes tendances. Des tentatives successives liées à la lutte contre l'arminianisme pour des souscriptions plus formelles n'ont jamais été admises par la monarchie. Celle-ci est du reste intervenue aussi par la suite, notamment à l'Université d'Oxford, pour faire cesser les controverses. Il est obligé à la comtesse de Marsay de la bonne opinion que celle-ci a de lui. Wake a écrit à [Jean III] Sarasin, qui devrait désormais être de retour à Genève, en lui donnant un aperçu de ce qui se publie actuellement en Angleterre: à Oxford, Josèphe [1720] ; à Cambridge, l'histoire ecclésiastique de Bède [1722] à laquelle Wilkins voudrait ajouter une édition des anciennes lois [Leges, 1721] ; Strype, qui a déjà publié les annales de la Réforme d'Angleterre et les vie de Cranmer, Parker et Grindal, veut publier aussi celle de Whitgift; Echard est en train de publier un ajout à ses volumes sur l'histoire civile. Il envoie ses respects à [Bénédict] Pictet.

Adresse

[Genève]


Lieux

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_493_f041r_ug65883_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_493_f041v_ug65884_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_493_f042r_ug65885_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_493_f042v_ug65886_turrettini_file.jpg