97 Lettres

Lettre 2829 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 29.12.1717

Votre derniere lettre

Ostervald a Ă©tĂ© bien content d'apprendre par la lettre de JA oĂč en Ă©tait l'AcadĂ©mie de Lausanne avec l'affaire du Consensus. Il espĂšre que si ces messieurs se soutiennent, on ne les inquiĂštera plus. Leur ami de B[Ăąle] [Samuel Werenfels] a envoyĂ©, il y a quelque temps, Ă  un seigneur de B[erne] un Ă©crit allemand [Ausserlesene Reden] dans lequel il fait voir qu'on ne doit pas gĂȘner les consciences avec ces formulaires. On a trouvĂ© cet Ă©crit solide et on l'a communiquĂ© sans le nom de l...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f121r_ug64322_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f121v_ug64323_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f122r_ug64324_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f122v_ug64325_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 29.12.1717


Lettre autographe. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.121-122)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XLIII, n°83.


Votre derniere lettre


Ostervald a Ă©tĂ© bien content d'apprendre par la lettre de JA oĂč en Ă©tait l'AcadĂ©mie de Lausanne avec l'affaire du Consensus. Il espĂšre que si ces messieurs se soutiennent, on ne les inquiĂštera plus. Leur ami de B[Ăąle] [Samuel Werenfels] a envoyĂ©, il y a quelque temps, Ă  un seigneur de B[erne] un Ă©crit allemand [Ausserlesene Reden] dans lequel il fait voir qu'on ne doit pas gĂȘner les consciences avec ces formulaires. On a trouvĂ© cet Ă©crit solide et on l'a communiquĂ© sans le nom de l'auteur. Il se peut que les ecclĂ©siatiques de Berne, s'ils voient qu'ils ne peuvent pas atteindre leur but, se rĂ©duisent Ă  dire que, puisque le Consensus a Ă©tĂ© fait et reçu par consentement des Églises de Suisse, tout changement doit suivre la mĂȘme voie, ce qui risque de crĂ©er de nouveaux embarras. On lui Ă©crit de BĂąle que si on voulait y restaurer le Consensus, on n'y arriverait pas. Il sait que [Jakob Christoph] Iselin est ennemi de la tyrannie et pense ce qu'il faut Ă  propos du Consensus; il est honnĂȘte homme et a le cƓur bon. On marque Ă  Ostervald qu'il y a Ă  GenĂšve de jeunes gens, ministres et politiques, qui manifestent des sentiments trĂšs libres et on lui a racontĂ© Ă  ce propos une histoire. Il paraĂźt qu'un certain Helvel, connu du chancelier de France, homme mariĂ© et proche des jansĂ©nistes, Ă©tait il y a quelque temps Ă  GenĂšve dans le dessein de se convertir; mais il dit qu'il y trouva tellement de sentiments libres concernant la grĂące, JĂ©sus-Christ et, en gĂ©nĂ©ral, la religion, que cela le rĂ©volta et qu'il s'en retourna Ă  Paris. Une fois dans cette ville, il commença Ă  rĂ©pandre ce qu'il avait remarquĂ© Ă  GenĂšve et beaucoup de jansĂ©nistes s'en Ă©tonnĂšrent, ce qui les Ă©loigna beaucoup des rĂ©formĂ©s. On ajoute que beaucoup de Genevois qui sont Ă  Paris, marchands et autres, confirment ces bruits par les sentiments trĂšs libres qu'ils manifestent. On a demandĂ© Ă  Ostervald de faire savoir l'histoire Ă  JA et de lui dire qu'il pourrait, lors d'une prochaine publication, y insĂ©rer quelque chose contre le libertinage dans les idĂ©es religieuses. Cela ferait du bien en Suisse oĂč on est un peu prĂ©venu sur ce sujet. Ostervald a rĂ©pondu que JA avait dĂ©jĂ  fait savoir ce qu'il pensait de tout ceci et de l'indiffĂ©rence des religions. Il est d'avis que certains livres de thĂ©ologie français font beaucoup de mal, de mĂȘme que les conversations et les disputes que toute sorte de gens, mĂȘme de sexe fĂ©minin, ont sur ces questions. Il est Ă  craindre que la secte anglaise de ceux qui "pensent librement" ne se multiplie et ne ruine la religion. Les sentiments dangereux infectent plusieurs personnes et le Dictionnaire de Bayle y contribue pour beaucoup. Il faut que les gens de bien fassent connaĂźtre que, s'ils dĂ©testent la tyrannie, il ne dĂ©testent pas moins ce libertinage d'esprit. On a soutenu rĂ©cemment des thĂšses sous Werenfels De restitutione; [Hieronymus] Burckhardt, ministre Ă  Saint Pierre, ouvrit la dispute en rendant hommage Ă  Werenfels et en disant qu'il faisait une restitution Ă  l'UniversitĂ©. C'est une bonne thĂšse. Ostervald a vu, il ya quelque temps, la morale de Buddeus mais pas encore les deux nouveaux ouvrages de de Crousaz [TraitĂ© du beau; RĂ©flexion sur l'utilitĂ© des mathĂ©matiques] ni celui de l'ex-jĂ©suite [François de La PilloniĂšre, An Answer]. Pour ce qui est de la FĂȘte de NoĂ«l, il serait Ă  souhaiter, pour l'Ă©dification du peuple et pour l'honneur de la religion protestante, qu'on la rĂ©tablĂźt dans toutes les Églises rĂ©formĂ©es. Mais les prĂ©jugĂ©s de certaines personnes constituent un obstacle et il faut espĂ©rer qu'ils se dissipent peu Ă  peu. À NeuchĂątel, on est trĂšs content d'avoir rĂ©tabli cette FĂȘte; elle a Ă©tĂ© cĂ©lĂ©brĂ© samedi dernier d'une maniĂšre trĂšs Ă©difiante et la plus grande partie de l'Église a cĂ©lĂ©brĂ© ce jour-lĂ . À la fin de l'annĂ©e il adresse ses vƓux de conservation Ă  JA.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f121r_ug64322_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f121v_ug64323_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f122r_ug64324_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f122v_ug64325_turrettini_file.jpg