44 Lettres

Lettre 2816 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Groningue 16.10.1717

J'eus l'honneur

Barbeyrac a un peu tardé à écrire à JA à son arrivée à Groningue mais il faut du temps pour s'installer. Il regrette d'être si loin de JA, de Genève et des amis de Lausanne. Il est arrivé à Groningue le 12 août, à la période des vacances d'été qui durent deux mois; le 3 septembre, on a installé, comme chaque année, le nouveau recteur [Muykens], ensuite les deux nouveaux professeurs en théologie [Driessen et Verbruggen] et enfin Touillieu et Barbeyrac, qui firent aussi leurs oraisons inaugurales....

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f214r_ug60681_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f214v_ug60682_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f215r_ug60683_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f215v_ug60684_turrettini_file.jpg

Groningue 16.10.1717


Lettre autographe, signée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.214-215)

Extrait dans Meylan, Barbeyrac, p.122, 123, 124.


J'eus l'honneur


Barbeyrac a un peu tardé à écrire à JA à son arrivée à Groningue mais il faut du temps pour s'installer. Il regrette d'être si loin de JA, de Genève et des amis de Lausanne. Il est arrivé à Groningue le 12 août, à la période des vacances d'été qui durent deux mois; le 3 septembre, on a installé, comme chaque année, le nouveau recteur [Muykens], ensuite les deux nouveaux professeurs en théologie [Driessen et Verbruggen] et enfin Touillieu et Barbeyrac, qui firent aussi leurs oraisons inaugurales. Le tout avec beaucoup de pompe et de solemnité, car les honneurs et les privilèges sont assez grands dans cette Université. Dans les actes académiques, le recteur a le pas sur les curateurs et l'université a juridiction civile et criminelle, hormis pour les délits réclamant la peine de mort. Tout professeur est bourgeois de la ville, ce qui veut dire qu'il peut prétendre aux plus hautes charges de l'État, lui et ses enfants. Barbeyrac a une situation particulièrement avantageuse du point de vue des gages et du logement: il reçoit 1'500 florins (sans charges de prédication) et il vit dans une maison qui appartient à la province et pour laquelle il ne doit même pas payer les cheminées, comme c'est le cas pour celle de la ville (5 florins chacune). La maison est assez grande, dans le centre ville, et les fenêtres des auditoires donnent sur le jardin. Il a découvert en arrivant qu'il était le premier professeur de sa Faculté; tous les privilèges dont il jouit ne sont pas sans susciter la jalousie des Français élevés dans le pays. Ses collègues français sont du reste très flamands pour tout ce qui concerne les questions de préséance. Barbeyrac n'y peut rien, il n'a fait qu'accepter ce qu'on lui a offert et qu'il n'a pas cherché lui-même. Il n'a pas l'intention d'adopter les habitudes du pays, comme celles de boire et de fumer, et cela d'autant plus que, quelque soit l'endroit où on aille, on vous offre du vin à n'importe quel moment de la journée. Il pense que les étudiants n'ont pas besoin de tels exemples. Il a assisté, comme c'est la tradition dans cette université, à la première leçon de son collègue Driessen, qui est un grand coccéien et qui s'est déchaîné contre [Jean] Le Clerc et les jugements qu'il a exprimés dans sa Dissertatio in Genesim [Dissertatio de lingua hebraica] sur le peu d'exactitude et le peu d'éloquence des auteurs de l'Ancien Testament. Il est intéressant de remarquer que ce même professeur avait consacré sa leçon inaugurale à l'amour fraternel et au devoir de se tolérer sur les articles non fondamentaux; il avait évidemment ses raisons puisqu'il a dans la ville un antagoniste, voétien, qui pendant cinq ans a essayé de le faire passer pour un hérétique. Lui-même s'est opposé à la vocation de [Jacob] Wittich, professeur de Duisbourg qu'on voulait appeler pour la chaire de philosophie et de mathématiques (toujours vacante à cause du refus de [Johann] Bernoulli) et qui, en réfutant Spinoza, a avoué qu'on ne pouvait pas résoudre toutes les difficultés soulevées par cet athée [Disputatio]. Wittich a été pourtant disculpé par un professeur de Leyde [Van der Honert], grand orthodoxe [Repræsentatio]. Voilà comme ces messieurs se traitent les uns les autres. Malheureusement la chaire de philosophie est toujours vacante; on avait pensé à Van der Honert, un disciple de Leibniz actuellement professeur à Frankfurt sur l'Oder, dont la santé est, semble-t-il, malheureusement plutôt faible. Du reste, toutes les affaires dans le pays vont plutôt lentement parce qu'il faut mettre d'accord les deux villes de Groningue et d'Ommelander, presque toujours divisées. Il est donc d'autant plus étonnant qu'ils se soient accordé sur Barbeyrac qui, de plus, est le seul à ne pas avoir sollicité son poste. On a dû faire plusieurs réparations dans sa maison, inhabitée depuis cinq ans, ce qui l'a empêché de faire des leçons particulières mais il espère"pouvoir commencer bientôt. Il expliquera d'abord les Institutiones [de Justinien (?)], puis Grotius, avant de passer aux Pandectes [Digesta] et au petit Pufendorf [De officio, 1673]. Heureusement que son nouveau poste l'autorise à expliquer le droit naturel et le droit public. Il compte donner une édition latine du petit Pufendorf [De officiis, Giessa, 1731]. À sa première leçon publique il y avait beaucoup de monde et il a dû déjà prendre chez lui un Écossais et un Anglais qui seraient partis autrement, faute d'un logement à leur goût. Il attend aussi quelqu'un d'autre [Richard Norris] le printemps prochain, envoyé par son père [John] qui ne veut pas qu'il étudie dans les universités anglaises, à cause des mauvais principes qu'on y inculque sur le gouvernement. Sa leçon inaugurale [De studio juris recte instituendo] vient d'être imprimée et il l'enverra à JA avec certains de ses ouvrages qui sont sous presse pour réédition. D'Aguesseau, à qui il avait envoyé ses deux discours [Discours sur la permission des lois; Discours sur les bénéfices des lois], les a bien reçus et a fait à Barbeyrac bien des amabilités depuis que celui-ci est en Hollande, comme celle de faire obtenir un passeport à Garrisson, négociant en Angleterre, qui voulait aller revoir son vieux père. Il paraît que le synode wallon (dont les ministres français de Groningue ne font pas partie) vient d'approuver l'introduction de la nouvelle version des Psaumes [Genève, 1700]. Tromm, ministre flamand de Groningue, fort vieux puisque contemporain de Desmarets, vient d'achever des concordances grecques de l'Ancien et du Nouveau Testament; il en avait publié des flamandes, fort estimées. Le roi d'Angleterre [George I] a donné à [Jacques] Saurin une pension de cent pièces; l'occasion de cette gratification a été l'Épître dédicatoire du IIIe tome de ses sermons. Saurin était à Amsterdam lors du passage de Barbeyrac qui est allé l'écouter au prêche qu'il avait fait exprès pour lui, semble-t-il. Malheureusent Barbeyrac s'et quelque peu endormi, ce qui ne lui arrive que très rarement mais il faisait une chaleur étouffante; Saurin s'en est aperçu puisqu'il remarque toutes ces choses. Il a dîné avec lui ensuite et on attendait aussi Le Clerc, qui n'est pas arrivé à temps de Haarlem où il avait accompagné sa femme désireuse de changer d'air. Il aurait voulu voir ces deux messieurs ensemble; mais le jour suivant il a dîné avec Le Clerc et Noodt chez le gendre de celui-ci. Saurin lui a dit qu'on était étonné en Hollande de la manière libre dont on entendait parler les jeunes gens qui venaient de Genève sur le sujet de la religion et que si cela continuait on serait obligé de rompre avec l'Église genevoise. Et dire que lui-même est suspect aux yeux des siens! Il a fait imprimer un gros volume de dissertations sur l'Écriture où il jase à son aise. Barbeyrac a vu à Rotterdam la nouvelle édition du Dictionnaire de Bayle [Amsterdam, 1720], qui est très belle; elle devrait sortir dans dix-huit mois. On lui a montré des additions de la main de Bayle lui-même. Un ministre de l'Église wallonne de Rotterdam [Brutel de La Rivière] traduit le livre anglais de Prideaux [The old and new Testament connected], qui fait le premier article de la Bibliothèque anglaise. Il a reçu une lettre anonyme de Genève, qui l'accuse de ne pas avoir rendu des éventails qu'on lui avait donnés pour qu'il les fasse tenir à Paris; c'est étonnant puisqu'il s'est acquitté de la commission.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Groningue

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

Ouvrages

Concordantiæ græcæ versionis vulgò dictæ LXX De officio hominis, et civis, secundum legem naturalem, libri duo cum Ioannis Barbeyracii notis, & examine censuræ leibnitianæ, in calce operis subiunctæ , ex gallico in latinum sermonem transtulit Sebastian Masson , emendata & locupletata a Christoph. Frid. Ayrmanno De officio hominis et civis juxta legem naturalem libri duo Dictionnaire historique et critique Digesta sive Pandectes Discours historiques, critiques, théologiques et moraux sur les événemens les plus mémorables du Vieux et du Nouveau Testament Discours sur l'utilité des lettres et des sciences par rapport au bien de l'Etat, prononcé aux promotions publiques du Collège de Lausanne, le 2 mai 1714 Discours sur la permission des loix où l'on fait voir que ce qui est permis par les loix n'est pas toujours juste et honnête, prononcé aux promotions publiques du Collège de Lausanne le 8 de mai MDCCXV Discours sur le bénéfice des loix Disputatio philosophica de natura Dei quam [...] præside Jacobo Wittichio [...] publice ventilandam suscipit Gerhardus Nicolaus Brouwer, Medioburgo-Zelandus Histoire des Juifs et des peuples voisins Institutiones Les Devoirs de l'homme et du citoyen [...] traduit du latin [...] par J. Barbeyrac Oratio inauguralis de studio juris recte instituendo Repræsentatio cur ad criminationes quibus [...] Antonius Driessen [...] Jacobum Wittichium [...] ob habitam ante aliquot annos de natura Dei disputationem a cathedra Groningana arcere conatus est, nihil responderit Sermons sur diverses matières importantes Sermons sur divers textes de l'Ecriture Sainte The Old and New Testament connected in the History of the Jews and neighbouring Nations The Old and New Testament connected in the History of the Jews and neighbouring Nations Volkomene nederlandsche concordantie ofte woórd-register des Ouden Testaments BIBLE (Psaumes) Psaumes de David mis en vers françois, revus et approuvez par les pasteurs et professeurs de l'Eglise et de l'Académie de Genève « Dissertatio de Lingua Hebraica » dans Genesis sive Mosis Prophetæ liber primus « Jugement d'un anonyme sur l'original de cet abrégé. Avec des reflexions du Traducteur, qui serviront à éclaircir quelques principes de l'auteur » dans Samuel Pufendorf, Les Devoirs de l'homme et du citoyen ➤ Lister (23)

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f214r_ug60681_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f214v_ug60682_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f215r_ug60683_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f215v_ug60684_turrettini_file.jpg