602 Lettres

Lettre 2734 de Jean-Alphonse Turrettini à Jean Drouet

[Genève] 16.03.1717

Je suis tres-sensible

JA remercie de Drouet de la lettre que celui-ci a envoyée à l'occasion de la mort de sa mère qui avait beaucoup d'affection pour son épouse et d'estime pour lui. Il apprécierait l'entremise de son correspondant au sujet des affaires d'héritage qui sont entre C[hauvet, Benjamin] de et lui. Il espère se conduire avec justice dans ce différend et veut croire aux mêmes dispositions de la part de de Chauvet. De Drouet est au courant de l'état des biens des Pluviane en 1697, date à partir de laquelle...

+ 2 pages

page 1

00691_2734-1_ug70421_turrettini_file.jpg

page 2


00692_2734-2-3_ug70422_turrettini_file.jpg

page 3

00693_2734-4-5_ug70423_turrettini_file.jpg

page 4


00694_2734-6_ug70424_turrettini_file.jpg

Lettre 2734 de Jean-Alphonse Turrettini à Jean Drouet

[Genève] 16.03.1717


Minute autographe. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.6


Je suis tres-sensible


JA remercie de Drouet de la lettre que celui-ci a envoyée à l'occasion de la mort de sa mère qui avait beaucoup d'affection pour son épouse et d'estime pour lui. Il apprécierait l'entremise de son correspondant au sujet des affaires d'héritage qui sont entre C[hauvet, Benjamin] de et lui. Il espère se conduire avec justice dans ce différend et veut croire aux mêmes dispositions de la part de de Chauvet. De Drouet est au courant de l'état des biens des Pluviane en 1697, date à partir de laquelle de Chauvet en a eu la gestion; il a vécu chez elle [Madelaine de Pluviane], en a été entretenu avec ses sœurs, a même constitué la dot de l'une d'entre elles, [Dorothée] de Chambaud. JA se demande si la procuration que de Chauvet avait sans doute reçu de la part de Madame de Pluviane s'étendait jusque là; du reste, on sait que, pendant plusieurs années, cette dame fut hors d'état de penser à ses affaires. Il semblerait donc judicieux que de Chauvet rendît compte de sa gestion aux héritiers qui ont le même degré de parenté que lui avec Madame de Pluviane, et cela d'autant plus que ces biens ont fortement diminué depuis qu'il les a pris en main. Il est vrai que la mère de JA, qui était la seule héritière de sa sœur, avait fait donation à de Chauvet de tous les fruits de l'héritage pendant la durée de sa vie, mais elle avait réservé le droit des substitués et avait demandé pour eux à son neveu un inventaire des biens. La plupart de ces effets-là furent remis à ce moment-là par convention entre les mains du procureur des substitués. Mais tous n'y furent pas mis, telle une somme de 232 risdales dont on a appris depuis qu'elle avait été cédée par de Chauvet à Madame de Martinau [sa sœur]. Il faut donc que celui-ci accepte que les effets de l'héritage reviennent à qui de droit. JA a trouvé parmi les papiers de sa mère des sollicitations très pressantes pour l'engager à disposer de la moitié de la succession en faveur de de Chauvet; ne sachant pas ce qu'elle en a décidé et quelles sont à ce sujet les prétentions de de Chauvet, il est absolument nécessaire que celui-ci les instruise à ce propos. Il faut de même vérifier la valeur de la maison de Bernau, qui d'après de Chauvet aurait fortement baissé mais qu'on sait de source sûre avoir été évaluée à un prix fort bas sur l'inventaire des terres et de la brasserie que JA croit être de bon rapport. Tout cela montre qu'avant de procéder au partage, il faut encore des éclaircissements aux héritiers, mais JA demande que de Chauvet fasse des propositions raisonnables à ses parents.

Adresse

[Allemagne]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Allemagne

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

00691_2734-1_ug70421_turrettini_file.jpg

page 2


00692_2734-2-3_ug70422_turrettini_file.jpg

page 3

00693_2734-4-5_ug70423_turrettini_file.jpg

page 4


00694_2734-6_ug70424_turrettini_file.jpg