85 Lettres

Lettre 2692 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 21.10.1716

J'ay lû avec

Ostervald a lu avec plaisir les lettres de l'archevĂȘque de CantorbĂ©ry [Wake] que JA lui a fait parvenir et qu'il lui renvoie. À son tour, il lui transmet une lettre que Wake lui a Ă©crite ainsi que l'extrait d'une longue lettre que ce prĂ©lat a envoyĂ©e Ă  la Compagnie de NeuchĂątel. Ostervald n'a pas montrĂ© cette lettre Ă  beaucoup de monde Ă  cause de ce que Wake dit Ă  la fin sur l'ordination, qui pourrait laisser entendre qu'Ostervald partage ses propos et qu'on veut rĂ©tablir l'Ă©piscopat, ce qui est...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f091r_ug64264_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f091v_ug64265_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f092r_ug64266_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f092v_ug64267_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 21.10.1716


Lettre autographe. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.91-92)

Budé, Lettres, III p.91-92. Omissions.


J'ay lû avec


Ostervald a lu avec plaisir les lettres de l'archevĂȘque de CantorbĂ©ry [Wake] que JA lui a fait parvenir et qu'il lui renvoie. À son tour, il lui transmet une lettre que Wake lui a Ă©crite ainsi que l'extrait d'une longue lettre que ce prĂ©lat a envoyĂ©e Ă  la Compagnie de NeuchĂątel. Ostervald n'a pas montrĂ© cette lettre Ă  beaucoup de monde Ă  cause de ce que Wake dit Ă  la fin sur l'ordination, qui pourrait laisser entendre qu'Ostervald partage ses propos et qu'on veut rĂ©tablir l'Ă©piscopat, ce qui est naturellement faux. Le livre dont ce prĂ©lat parle a pour auteur un certain Combes qui a Ă©crit contre le catĂ©chisme d'Ostervald; il possĂšde ce livre, qui est trĂšs singulier. Cette rĂ©futation s'ajoute Ă  celle de [Philippe] NaudĂ© [Examen des deux Traittez]. Il a bien aimĂ© la lettre de [Ludwig Friedrich] Bonet, non pas Ă  cause des choses flatteuses qu'il dit de lui mais pour ses rĂ©flexions judicieuses et chrĂ©tiennes. Il a raison de dire que les peuples se soumettent quand les conducteurs sont d'accord entre eux; ils en ont fait l'expĂ©rience aussi Ă  NeuchĂątel. L'Ă©tat de l'UniversitĂ© d'Oxford est bien triste ce qui, ajoutĂ© Ă  l'impiĂ©te et aux divisions qui rĂšgnent dans le pays, ne laisse rien prĂ©sager de bon. Ce que [Jean III] Sarasin marque Ă  JA concernant la France est remarquable. Le mĂ©moire d'AufrĂšre ne doit pas ĂȘtre envoyĂ© en France de GenĂšve mais en Angleterre puisque les Ă©vĂȘques français ont quelque considĂ©ration pour les Ă©vĂȘques anglais alors qu'ils regardent les rĂ©formĂ©s comme des gens qui les dĂ©pouilleraient de leur dignitĂ© s'ils Ă©taient Ă©coutĂ©s. De ce mĂ©moire, il aimerait corriger deux points: le numĂ©ro qui concerne les maisons religieuses. Il faut y aller sagement pour Ă©viter de rĂ©volter beaucoup de monde; il suffirait de dire que ces maisons seraient conservĂ©es, moyennant des rĂ©formes en cas d'abus. Il ne faudrait pas entrer dans le dĂ©tail et dire par exemple que les revenus de ces maisons pourraient servir Ă  payer les dettes de l'État. De mĂȘme l'article 4 attaque trop ouvertement certains dogmes de l'Église catholique. On devrait se limiter Ă  supprimer l'autoritĂ© du pape et Ă  prĂ©voir la lecture biblique en langue vulgaire. DĂšs qu'on aura obtenu ces deux articles, le reste suivra, comme cela s'est passĂ© en Angleterre du temps d'Henri VIII. Ce que JA lui dit concernant ses arguments et rĂ©flexions sur l'Écriture l'engagent Ă  achever l'ouvrage [NeuchĂątel, 1720] ; il sera plus exact pour le Nouveau Testament qu'il l'a Ă©tĂ© pour l'Ancien. JA verra Ă  la fin si cela vaut la peine d'ĂȘtre imprimĂ©. Son second fils [Samuel] est Ă  Berlin oĂč il est arrivĂ© convalescent d'une dissenterie accompagnĂ©e de flux de sang et de fiĂšvre; il lui Ă©crit que Lenfant lui a dit que ses matĂ©riaux pour le Concile de BĂąle [Histoire de la guerre des hussites] Ă©taient prĂȘts et qu'il allait les arranger; Ostervald ne pense pas que l'ouvrage paraĂźtra aussitĂŽt puisqu'il faudra du temps pour lire tout ce que [Jakob Christoph] Iselin lui a envoyĂ©. Ostervald remercie JA de la thĂšse qu'il lui a envoyĂ©e [Solutio quĂŠstionis] ; il n'y a rien de plus solide, de plus judicieux et de plus net que ce petit livre. Il regardera aussi l'imprimĂ© qu'il lui a envoyĂ©. Il vient de recevoir une lettre d'[Isaac (?)] Behagel de Francfort contenant une lettre latine du docteur Bray de Londres concernant son martyrologe [Propositum de Martyrologio generali] dont la premiĂšre partie est dĂ©jĂ  sous presse. Il lui Ă©crit une chose plaisante concernant [Henri] Arnaud, ministre ou colonel des Vaudois. En dĂ©pit de son Ăąge, il a passĂ© par Francfort pour se rendre Ă  Hanovre demander au roi [Friedrich Wilhelm I] une pension de 100 Ă©cus que le feu roi Guillaume [III] lui avait accordĂ©e et qu'il avait touchĂ©e assez longtemps en qualitĂ© de colonel. Tout cela est assurĂ©ment trĂšs apostolique.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f091r_ug64264_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f091v_ug64265_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f092r_ug64266_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f092v_ug64267_turrettini_file.jpg