3 Lettres

Lettre 2681 de Christoph Balber à Jean-Alphonse Turrettini

Zurich 08.09.1716

Literas tuas... ad Cl. Ottiu[m]

Balber félicite JA de ce que Samuel Turrettini soit devenu pasteur dans la ville de Genève. S'il ne lui a pas écrit depuis longtemps, cela n'est pas dû à l'oubli mais au fait qu'il pensait que JA serait mieux informé par ses amis [Johann Baptista] Ott et [Hans Kaspar II] Escher que par lui des événements liés au piétisme. Tous deux sont en effet du nombre des examinateurs des affaires liées au piétisme. Trois exilés, [Kaspar] Ziegler, Herrliberger et [Hans Jakob II (?)] Schulthess – ce dernier é...

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00484_f092r_ug60437_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f092v_ug60438_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f093r_ug60439_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f093v_ug60440_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00484_f096r_ug60445_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00484_f096v_ug60446_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00484_f097r_ug60447_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00484_f097v_ug60448_turrettini_file.jpg

Zurich 08.09.1716


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (L)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.96-97 et 92-93)


Literas tuas... ad Cl. Ottiu[m]


Balber félicite JA de ce que Samuel Turrettini soit devenu pasteur dans la ville de Genève. S'il ne lui a pas écrit depuis longtemps, cela n'est pas dû à l'oubli mais au fait qu'il pensait que JA serait mieux informé par ses amis [Johann Baptista] Ott et [Hans Kaspar II] Escher que par lui des événements liés au piétisme. Tous deux sont en effet du nombre des examinateurs des affaires liées au piétisme. Trois exilés, [Kaspar] Ziegler, Herrliberger et [Hans Jakob II (?)] Schulthess – ce dernier étant apparenté à Balber – ont gravement péché contre la modération chrétienne et contre les dogmes eux-mêmes, ce qui ne peut que l'affliger. Schulthess, quand il est revenu dans sa patrie, n'a jamais participé ni aux assemblées publiques, bien qu'on l'en eût sollicité, ni à la cène pour Pentecôte ni à aucun autre office divin. Mais la faute la plus grave qu'on leur reproche est d'avoir tenu pour révélation, ou en tout cas pour opération divine immédiate, les propos formulés à Eistringen par Giezendanner – homme par ailleurs pieux et honnête. Ziegler a ensuite remis à Escher un écrit de leur part pour qu'il soit lu et médité devant la plus haute instance politique. Cet événement a mis le feu à l'affaire du piétisme puisqu'accepter des révélations immédiates, comme on le fait de plus en plus en Allemagne, signifie mettre en danger l'État et le ministère pastoral et dévaluer l'Écriture. Balber laisse à tous ceux qui sont plus savants que lui le soin de déterminer quelle est la meilleure méthode pour remettre les piétistes dans le droit chemin. [Johann Jakob I] Hottinger a publié un traité sur la régénération contre un livre d'un pasteur bernois, Myllerus [Johannes III Müller (?)], intitulé Zug und Gang der Gnaden, qui contient plusieurs notions dangereuses, notamment en ce qui concerne le salut du Christ et la concupiscence. Ce traité, imprimé à Berne et à Bâle, circule abondamment en ville et dans les campagnes, bien que la lecture en soit interdite. Le même Hottinger a écrit en allemand une brève histoire du piétisme qui remonte aux origines du mouvement et qui situe celles-ci dans les Pia desideria de Spener. Il attribue aux piétistes zurichois les doctrines suivantes: 1) Dieu se révèle à toutes les époques non seulement à travers l'Écriture mais aussi par des manifestations extraordinaires et immédiates 2) les livres symboliques et le serment synodal n'obligent pas la conscience mais chaque chrétien est libre non seulement de croire mais aussi d'enseigner ce que la droite raison et la conscience lui dictent 3) la Parole de Dieu est efficace seulement si elle est proposée par un ministre régénéré 4) Dieu sous le Nouveau Testament suscite des ministres extraordinaires, le ministère des pasteurs ordonnés étant corrompu 5) celui qui a l'onction de l'Esprit n'a pas besoin d'être appelé par les hommes ni de se former dans des écoles 6) il est conforme aux coutumes des premiers chrétiens que dans les assemblées publiques s'expriment non seulement les pasteurs mais aussi d'autres personnes et que ce qu'ils disent soit par la suite examiné 7) ceux chez qui on ne distingue aucun élément de régénération ne font pas partie de la véritable Église et ne doivent pas y être tolérés 8) la corruption est telle dans les Églises chrétiennes qu'aucune ne mérite le titre d'Église de Dieu; les fidèles doivent donc s'en séparer 9) après la résurrection des morts, il y aura un règne millénaire sur terre et une restitution de toute chose. Beaucoup parlent en outre d'une Parole intérieure, d'une grâce de justification et de sanctification et confondent la foi et les bonnes œuvres. Le chrétien pour eux est libre de participer ou pas à la cène. Il y en a beaucoup qui soutiennent ces doctrines mais d'autres s'en détachent et parmi ceux-ci les célèbres Spener, Francke et d'autres théologiens de Halle. Balber a été interrogé sur plusieurs choses et notamment ses rapports avec Giezendanner et Herrliberger, sur le "Collegium pietatis, sur la séparation de l'Église, sur l'inspiration etc. On lui a fait au début beaucoup d'ennuis, on a lu une vieille lettre adressée à Herrliberger. Un ministre chrétien doit écrire sa théologie sur la seule base de l'Écriture; le canon du Nouveau Testament en particulier est la norme unique et suffisante de la foi. À l'objection selon laquelle les dogmes ne sont pas clairement exprimés dans l'Écriture, il répond, avec [Samuel] Werenfels, que Dieu n'a parlé que de façon très générale et que, tous les hérétiques prétendant tirer leurs doctrines de la Bible, il a fallu rédiger des confessions de foi et des symboles, souvent exprimés à l'aide d'une méthode scolastique. Pourtant le Nouveau Testament expose les articles fondamentaux nécessaires de façon si claire et synthétique qu'il a été néfaste de bâtir des systèmes et de s'adonner à des questions futiles et scolastiquement exposées à partir d'une telle matière. Il a lu le Catéchisme d'Ostervald, «libellum planè aureum», écrit dans un langage clair, simple et parfaitement adéquat à la nature de la doctrine évangélique. Dans la première partie les dogmes de la religion chrétienne sont brièvement expliqués et de façon telle qu'ils peuvent être souscrits par toutes les familles chrétiennes. Il est vrai que l'épître (?) donne prise à ceux qui la taxent de sympathies sociniennes ou arminiennes. Ott envoie ses salutations à JA et répondra bientôt à sa lettre.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Zurich

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00484_f092r_ug60437_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f092v_ug60438_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f093r_ug60439_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f093v_ug60440_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00484_f096r_ug60445_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00484_f096v_ug60446_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00484_f097r_ug60447_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00484_f097v_ug60448_turrettini_file.jpg