209 Lettres

Lettre 2641 de Jean III Sarasin Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[Londres] 29.01.1716 [s.d.]

Je suis sensible comme

Sarasin est content d'avoir reçu une lettre de JA et d'avoir appris que sa santĂ© Ă©tait bonne en ce moment. Convaincu depuis longtemps que c'est en Angleterre qu'on raisonne le mieux sur la religion, il doit maintenant admettre que GenĂšve peut ĂȘtre mise sur le mĂȘme plan et cela grĂące Ă  JA qui a dĂ©pouillĂ© la thĂ©ologie de l'Ă©corce scolastique qui l'entourait et enseigne la religion telle que JĂ©sus-Christ et les apĂŽtres l'ont enseignĂ©e. Sa dissertation De Christo audiendo montre que c'est Ă  G...

+ 1 pages

page 1

01292_2641-1_ug70326_turrettini_file.jpg

page 2


01293_2641-2-3_ug70327_turrettini_file.jpg

page 3

01294_2641-4_ug70328_turrettini_file.jpg

[Londres] 29.01.1716 [s.d.]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.S.6


Je suis sensible comme


Sarasin est content d'avoir reçu une lettre de JA et d'avoir appris que sa santĂ© Ă©tait bonne en ce moment. Convaincu depuis longtemps que c'est en Angleterre qu'on raisonne le mieux sur la religion, il doit maintenant admettre que GenĂšve peut ĂȘtre mise sur le mĂȘme plan et cela grĂące Ă  JA qui a dĂ©pouillĂ© la thĂ©ologie de l'Ă©corce scolastique qui l'entourait et enseigne la religion telle que JĂ©sus-Christ et les apĂŽtres l'ont enseignĂ©e. Sa dissertation De Christo audiendo montre que c'est Ă  GenĂšve qu'on trouve les meilleures idĂ©es sur la thĂ©ologie et cela avec une mĂ©thode simple, dĂ©gagĂ©e de tout le fatras qui gĂątait l'esprit au lieu de le perfectionner. Ce n'est donc pas Ă©tonnant qu'il soit tellement apprĂ©ciĂ© en Angleterre oĂč on attend avec impatience ses ouvrages et on espĂšre qu'il se dĂ©cidera Ă  faire imprimer tous les Ă©crits qu'on sait qu'il a dans son cabinet. Il faut croire que la rĂ©bellion fait languir les sciences puisqu'il n'y a pas grand-chose Ă  signaler dans la RĂ©publique des Lettres. Depuis trois mois la seule chose digne d'intĂ©rĂȘt qui a paru est l'ouvrage de Prideaux intitulĂ© The Old and New Testament connected. L'auteur s'Ă©tait dĂ©jĂ  fait connaĂźtre par une vie de Mahomet et par des rĂ©flexions sur la vĂ©ritĂ© de la religion chrĂ©tienne qu'il avait ajoutĂ©es dans une IIe Ă©dition. Est actuellement sous presse le second tome [AmstelĂŠdami, 1717] du traitĂ© d'[ÉzĂ©chiel] Spanheim De prĂŠstantia [Londini, 1706]; l'impression est longue car c'est un ouvrage qui demande beaucoup d'exactitude. L'Ă©dition de la Bible des Septante par Grabe [Vetus Testamentum, Oxonii, 1707-1709] est interrompue; elle avait commencĂ© avec des subventions royales mais une fois ce docteur mort, on ne voit pas qui aurait les compĂ©tences nĂ©cessaires pour la continuer, sans tenir compte des problĂšmes de subvention. Il frĂ©quente parfois les Burnet [William, Gilbert II et Thomas I] qui l'ont chargĂ© de saluer JA; une autre personne qui se souvient trĂšs bien de lui pour l'avoir rencontrĂ© Ă  Londres est [William II] Lloyd, le fils de l'Ă©vĂȘque de Worcester [William I Lloyd] ; il lui a donnĂ© deux portraits en estampe de son pĂšre, dont l'un est pour son correspondant. Il lui transmet les salutations de plusieurs autres personnes. Il n'a pas pu encore remettre la lettre de JA Ă  l'archevĂȘque [Wake] qui a Ă©tĂ© confirmĂ© avant hier et n'est pas encore Ă  Lambeth; Sarasin ira incessamment le voir, conduit par [RenĂ© de Saumier (?)] de l'Hermitage. [Ludwig Friedrich] Bonet suggĂšre que l'Église de GenĂšve Ă©crive Ă  l'archevĂȘque. Sarasin aimerait ĂȘtre introduit auprĂšs de l'Ă©vĂȘque de Norwich [Trimnell] et demande une lettre de recommandation Ă  JA. On lui a fait la proposition de recevoir les ordres en Angleterre ; plusieurs pasteurs avec qui il en a parlĂ©, de mĂȘme que Bonet, l'y encouragent en disant que cela ferait bon effet auprĂšs des Ă©vĂȘques anglicans et montrerait que l'Église de GenĂšve n'est guĂšre Ă©loignĂ©e de la discipline anglicane et que ce qui l'empĂȘche d'adopter le gouvernement Ă©piscopal, c'est la constitution de l'État. Il demande conseil Ă  JA, comme il l'a fait avec son oncle [Jean II] ; il voudrait en tout cas avoir l'approbation de la Compagnie et savoir si cette dĂ©marche serait vue d'un mauvais Ɠil Ă  GenĂšve. La mort de [Jean I] Sarasin a crĂ©Ă© une ouverture pour [Michel] LĂ©ger qui avait Ă©tĂ© dĂ©laissĂ© dans la prĂ©sente Ă©lection. Si la Compagnie Ă©crit Ă  Wake, il aimerait qu'on lui adresse la lettre pour qu'il puisse en ĂȘtre le porteur. Le roi [George I] a comparu devant le Parlement; sa harangue a repris celle qu'il avait prononcĂ©e prĂ©cĂ©demment, sauf qu'il a annoncĂ© que l'armĂ©e du prĂ©tendant [James Francis Edward Stuart] Ă©tait arrivĂ©e en Écosse, et il a incitĂ© les deux Chambres Ă  prendre des mesures efficaces pour Ă©viter le dĂ©sordre causĂ© par cette rĂ©bellion. Le Parlement a bien accueilli l'appel du roi et promis de lui donner les moyens pour faire face Ă  toute ingĂ©rence Ă©trangĂšre. On lĂšve seize rĂ©giments ici et huit troupes en Irlande. Mylords Seafford et Huntley se sont soumis au roi. Depuis quelques jours, malgrĂ© l'armĂ©e du prĂ©tendant, les actions ont haussĂ©.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Londres

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

01292_2641-1_ug70326_turrettini_file.jpg

page 2


01293_2641-2-3_ug70327_turrettini_file.jpg

page 3

01294_2641-4_ug70328_turrettini_file.jpg