2 Lettres

Lettre 2641 de Jean III Sarasin à Jean-Alphonse Turrettini

[Londres] 29.01.1716 [s.d.]

Je suis sensible comme

Sarasin est content d'avoir re√ßu une lettre de JA et d'avoir appris que sa sant√© √©tait bonne en ce moment. Convaincu depuis longtemps que c'est en Angleterre qu'on raisonne le mieux sur la religion, il doit maintenant admettre que Gen√®ve peut √™tre mise sur le m√™me plan et cela gr√Ęce √† JA qui a d√©pouill√© la th√©ologie de l'√©corce scolastique qui l'entourait et enseigne la religion telle que J√©sus-Christ et les ap√ītres l'ont enseign√©e. Sa dissertation De Christo audiendo montre que c'est √† G...

+ 1 pages

page 1

01292_2641-1_ug70326_turrettini_file.jpg

page 2


01293_2641-2-3_ug70327_turrettini_file.jpg

page 3

01294_2641-4_ug70328_turrettini_file.jpg

Lettre 2641 de Jean III Sarasin à Jean-Alphonse Turrettini

[Londres] 29.01.1716 [s.d.]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.S.6


Je suis sensible comme


Sarasin est content d'avoir re√ßu une lettre de JA et d'avoir appris que sa sant√© √©tait bonne en ce moment. Convaincu depuis longtemps que c'est en Angleterre qu'on raisonne le mieux sur la religion, il doit maintenant admettre que Gen√®ve peut √™tre mise sur le m√™me plan et cela gr√Ęce √† JA qui a d√©pouill√© la th√©ologie de l'√©corce scolastique qui l'entourait et enseigne la religion telle que J√©sus-Christ et les ap√ītres l'ont enseign√©e. Sa dissertation De Christo audiendo montre que c'est √† Gen√®ve qu'on trouve les meilleures id√©es sur la th√©ologie et cela avec une m√©thode simple, d√©gag√©e de tout le fatras qui g√Ętait l'esprit au lieu de le perfectionner. Ce n'est donc pas √©tonnant qu'il soit tellement appr√©ci√© en Angleterre o√Ļ on attend avec impatience ses ouvrages et on esp√®re qu'il se d√©cidera √† faire imprimer tous les √©crits qu'on sait qu'il a dans son cabinet. Il faut croire que la r√©bellion fait languir les sciences puisqu'il n'y a pas grand-chose √† signaler dans la R√©publique des Lettres. Depuis trois mois la seule chose digne d'int√©r√™t qui a paru est l'ouvrage de Prideaux intitul√© The Old and New Testament connected. L'auteur s'√©tait d√©j√† fait conna√ģtre par une vie de Mahomet et par des r√©flexions sur la v√©rit√© de la religion chr√©tienne qu'il avait ajout√©es dans une IIe √©dition. Est actuellement sous presse le second tome [Amstel√¶dami, 1717] du trait√© d'[√Čz√©chiel] Spanheim De pr√¶stantia [Londini, 1706]; l'impression est longue car c'est un ouvrage qui demande beaucoup d'exactitude. L'√©dition de la Bible des Septante par Grabe [Vetus Testamentum, Oxonii, 1707-1709] est interrompue; elle avait commenc√© avec des subventions royales mais une fois ce docteur mort, on ne voit pas qui aurait les comp√©tences n√©cessaires pour la continuer, sans tenir compte des probl√®mes de subvention. Il fr√©quente parfois les Burnet [William, Gilbert II et Thomas I] qui l'ont charg√© de saluer JA; une autre personne qui se souvient tr√®s bien de lui pour l'avoir rencontr√© √† Londres est [William II] Lloyd, le fils de l'√©v√™que de Worcester [William I Lloyd] ; il lui a donn√© deux portraits en estampe de son p√®re, dont l'un est pour son correspondant. Il lui transmet les salutations de plusieurs autres personnes. Il n'a pas pu encore remettre la lettre de JA √† l'archev√™que [Wake] qui a √©t√© confirm√© avant hier et n'est pas encore √† Lambeth; Sarasin ira incessamment le voir, conduit par [Ren√© de Saumier (?)] de l'Hermitage. [Ludwig Friedrich] Bonet sugg√®re que l'√Čglise de Gen√®ve √©crive √† l'archev√™que. Sarasin aimerait √™tre introduit aupr√®s de l'√©v√™que de Norwich [Trimnell] et demande une lettre de recommandation √† JA. On lui a fait la proposition de recevoir les ordres en Angleterre ; plusieurs pasteurs avec qui il en a parl√©, de m√™me que Bonet, l'y encouragent en disant que cela ferait bon effet aupr√®s des √©v√™ques anglicans et montrerait que l'√Čglise de Gen√®ve n'est gu√®re √©loign√©e de la discipline anglicane et que ce qui l'emp√™che d'adopter le gouvernement √©piscopal, c'est la constitution de l'√Čtat. Il demande conseil √† JA, comme il l'a fait avec son oncle [Jean II] ; il voudrait en tout cas avoir l'approbation de la Compagnie et savoir si cette d√©marche serait vue d'un mauvais Ňďil √† Gen√®ve. La mort de [Jean I] Sarasin a cr√©√© une ouverture pour [Michel] L√©ger qui avait √©t√© d√©laiss√© dans la pr√©sente √©lection. Si la Compagnie √©crit √† Wake, il aimerait qu'on lui adresse la lettre pour qu'il puisse en √™tre le porteur. Le roi [George I] a comparu devant le Parlement; sa harangue a repris celle qu'il avait prononc√©e pr√©c√©demment, sauf qu'il a annonc√© que l'arm√©e du pr√©tendant [James Francis Edward Stuart] √©tait arriv√©e en √Čcosse, et il a incit√© les deux Chambres √† prendre des mesures efficaces pour √©viter le d√©sordre caus√© par cette r√©bellion. Le Parlement a bien accueilli l'appel du roi et promis de lui donner les moyens pour faire face √† toute ing√©rence √©trang√®re. On l√®ve seize r√©giments ici et huit troupes en Irlande. Mylords Seafford et Huntley se sont soumis au roi. Depuis quelques jours, malgr√© l'arm√©e du pr√©tendant, les actions ont hauss√©.

Adresse

Genève


Lieux

√Čmission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

01292_2641-1_ug70326_turrettini_file.jpg

page 2


01293_2641-2-3_ug70327_turrettini_file.jpg

page 3

01294_2641-4_ug70328_turrettini_file.jpg