602 Lettres

Lettre 2635 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 07.12.1715

Apres les consolations

Ostervald remercie JA des deux lettres, pleines d'affection et de consolation, qu'il lui a envoyĂ©es l'une pendant que sa femme [SalomĂ© II] Ă©tait encore vivante et l'autre aprĂšs sa mort; aprĂšs Dieu, ce sont les amis qui peuvent consoler dans des circonstances pareilles. Il est encore trĂšs affectĂ© par cette disparition; avec le dĂ©cĂšs de sa femme, il perd l'ĂȘtre qui lui Ă©tait le plus cher au monde et qui, par sa piĂ©tĂ© et sa douceur, lui servait constamment d'exemple. MĂȘme s'il savait depuis un cert...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f093r_ug64268_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f093v_ug64269_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f094r_ug64270_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f094v_ug64271_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 07.12.1715


Lettre autographe, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 490 (f.93-94)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XLI, n°79.


Apres les consolations


Ostervald remercie JA des deux lettres, pleines d'affection et de consolation, qu'il lui a envoyĂ©es l'une pendant que sa femme [SalomĂ© II] Ă©tait encore vivante et l'autre aprĂšs sa mort; aprĂšs Dieu, ce sont les amis qui peuvent consoler dans des circonstances pareilles. Il est encore trĂšs affectĂ© par cette disparition; avec le dĂ©cĂšs de sa femme, il perd l'ĂȘtre qui lui Ă©tait le plus cher au monde et qui, par sa piĂ©tĂ© et sa douceur, lui servait constamment d'exemple. MĂȘme s'il savait depuis un certain temps que l'issue serait fatale, la disparition de sa femme lui a portĂ© un coup beaucoup plus rude qu'il ne l'avait imaginĂ©; il cherche sa consolation dans la priĂšre, la mĂ©ditation et la rĂ©flexion sur lui-mĂȘme. Sa femme Ă©tait d'une grande patience et rĂ©signation, d'une humeur toujours Ă©gale et a attendu la mort sans aucune crainte, Ă  tel point dĂ©tachĂ©e qu'elle n'a mĂȘme pas voulu faire revenir son fils aĂźnĂ© de BĂąle [Jean-Rodolphe II], qu'elle aimait pourtant tendrement. Ce qui console le plus Ostervald, c'est qu'elle Ă©tait Ă  la fin telle qu'il l'avait connue depuis le dĂ©but de leur mariage, toujours douce, pleine de charitĂ©, Ă©loignĂ©e de tout amour du monde. Ostervald peut dire ces choses Ă  JA parce qu'il le considĂšre comme un autre lui-mĂȘme.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00490_f093r_ug64268_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00490_f093v_ug64269_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00490_f094r_ug64270_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00490_f094v_ug64271_turrettini_file.jpg